Preview - The Darwin Project : The Truman Snow - - Factornews
Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
PREVIEW

The Darwin Project : The Truman Snow

Fougère par Fougère,  email  @JeSuisUneFouger
 
Qui ne connaît pas Truman Burbank ? Star d’une télé-réalité à son insu, la planète a passé des centaines d’heures à observer le moindre de ses mouvements. De sa naissance jusqu’à sa propre libération, le public a vécu avec lui tous les moments forts de son existence ! Qui allait remplacer l'homme le plus connu du monde dans le cœur de millions de téléspectateurs après l'évasion flamboyante de la vedette du Truman Show ? Cette semaine, on s'intéresse à un concurrent sérieux venu de la chaîne MTV (Murder Television) : The Darwin Project.
Conçu comme un show à grande échelle, The Darwin Project reprend les fondations posées par son prédécesseur, avec une émission tournée dans un espace délimité par un énorme dôme, des caméras présentes dans tous les coins et l’assurance d’avoir toujours quelque chose à observer, grâce à ses 24 installations réparties sur toute la planète. On oublie le quotidien de monsieur-tout-le-monde, ici le spectacle est assuré par des prisonniers qui vont devoir se battre jusqu'à ce qu'il n'en reste qu'un ! La production fait le choix audacieux de ne recruter que des condamnés à mort, blanc-seing moral fort appréciable, qui devront lutter sous l’œil attentif d’un réalisateur, contrôlant un drone-caméra lui donnant une liberté jamais vue auparavant, comme pouvoir filmer le cœur de l’action sans risquer de blessures graves. Les concepteurs ayant appris leur leçon, cette émission propose des interactions avec le public, afin d’éviter les zones de creux et l’ennui. Ainsi, le réalisateur a accès à tout un panel d’outils permettant de pimenter les matchs, certains étant soumis au vote des spectateurs. En exclusivité mondiale, l'équipe de TéléFactor a été autorisée à suivre le déroulement d'une "émission-test", où les producteurs présentent un prototype, ici un segment qui dure une quinzaine de minutes, à différents publics afin de recueillir leurs avis et suggestions.

Prison Trekk

Le condamné va être téléporté dans une arène pleine de neige, divisée en 7 zones distinctes, avec 9 autres candidats et le réalisateur. Avant de devoir s’affronter pour divertir le public, tous les participants seront rassemblés dans un lobby, ce qui leur permettra de discuter avec leurs futures proies tout en préparant leur plan de jeu. Ici, ils pourront réfléchir à leur stratégie et surtout quels outils sélectionner pour remporter la victoire. Est-ce qu’ils vont essayer de la jouer furtif, avec des bottes qui rendent le pistage plus difficile et un manteau plus résistant au froid ? Ou bourrin, avec des flèches qui font plus dégâts et des améliorations pour la sacro-sainte hache ? Peut-être qu’il faut penser tactique, et emmener de quoi fabriquer des tas de pièges qui surprendront les adversaires quand ils se penseront en sécurité. Les plus malins profiteront de ce temps d’attente pour discuter avec leurs compagnons d’infortune. Qui sait, ils arriveront peut-être à conclure une alliance fragile avec un autre condamné à mort, ou bien ils parviendront à s'attirer les faveurs du public qui observe à travers cette immense caméra volante. Cette séquence peut également donner naissance à des rivalités tenaces, comme celle mise en scène dans « Jersey Shoryuken », l'émission qui fait s’affronter en 1 contre 1 des habitants de Jersey Shore pour régler des querelles de voisinage.



Cette phase ne dure qu’une poignée de minutes et après un décompte final, les voilà propulsés dans l’arène, où tout le monde démarre de la même façon, en combinaison orange avec une hache et un arc. Pour survivre, il va falloir récolter des ressources (du bois et des morceaux de cuirs), les utiliser pour créer de l’équipement puis chasser les autres joueurs tout en gardant sa température corporelle à un niveau décent pour ne pas mourir de froid. Pour maximiser ses chances, il faut garder en tête que l’arène a été conçues afin de favoriser les affrontements entre candidats, car ils sont avant tout ici pour fournir un divertissement aux milliers de personnes qui les observent. Ainsi, les traces de pas brillent dans la neige fraîche, un survivant peut donc facilement les suivre jusqu’à la position d’un adversaire un peu étourdi. De même, toutes les ressources récoltées et les éléments fabriqués par les compétiteurs laisseront des « restes » qui peuvent être exploités pour connaître leur position exacte pendant une vingtaine de secondes. Il faudra donc qu’ils soient malins pour réussir à éviter les combats, soit en piégeant leur piste afin de surprendre celui qui les suit, soit en utilisant les radars répartis un peu partout dans l’arène. Ceux-ci prennent la forme d’une maison avec un gros télescope sur le toit, avec un écran à l’intérieur qui représente l’ensemble de la zone de jeu et qui affiche la position en temps réel de tous les participants. Une fois informé, un candidat peut rapidement décider quoi faire ensuite pour maximiser ses chances de survie : essayer de tendre une embuscade au joueur isolé dans un coin de la carte, fuir celui qui le traque depuis 2 minutes en partant dans une autre direction et en cachant ses traces au mieux ou bien approcher des condamnés en train de s’affronter, en espérant pouvoir tuer le vainqueur d’une flèche dans la tête au moment où il baissera sa garde. Enfin, les plus audacieux essayeront de discuter avec leurs ennemis ou le réalisateur, pour essayer de calmer le jeu lorsqu’ils sont en mauvaise posture. Qui sait, ils peuvent parfois tomber sur un naïf qu’ils trahiront à la première occasion, dans des séquences étrangement semblables à celle qui ont fait le succès de The Apprentice Killer, l’émission où des tueurs à gages débutants s’affrontent pour être embauchés par un tyran.

Mateur en scène

C’est pour assister à ce genre de scène que le rôle du réalisateur a été mis en place. Loin d’être réservé à des professionnels, le contrôle de cette caméra est laissé à des gens s’étant inscrits pour remplir ce rôle, qui seront tirés au hasard au début de chaque match. Ils auront à leur disposition un arsenal de bonus à distribuer selon leurs envies, allant d’un assortiment de drones donnant des boosts à un joueur jusqu'à la bombe nucléaire qui pacifiera complètement une zone spécifique. Leur incidence sur la partie sera donc assez variée, selon le caractère de la personne derrière les contrôles. Les prisonniers peuvent tomber sur quelqu’un de fair-play, qui donnera un avantage aux participants en difficulté et un handicap à ceux qui sont trop dangereux, ou sur un mec complètement imbu de sa propre puissance qui avantagera honteusement un candidat particulier ou passera son temps à pourrir la vie de tout le monde. Mais gardez en tête que ce rôle est loin d’être anecdotique, car c’est lui qui va pousser les morts en sursis à se dépasser. Car pour ceux se retrouvant dans cette situation, seul et isolé, largué au milieu d’un environnement hostile avec 9 autres personnes cherchant à leur faire la peau, il y a de quoi être paralysé de terreur. Mais il suffit qu’une gigantesque caméra vienne planer au-dessus d’eux, elle et les milliers de spectateurs observant le moindre de leurs faits et gestes, et les voilà partis récolter du bois afin de construire des pièges et miner la zone centrale de la map, tout ça pour ne pas passer pour un baltringue devant un auditoire avide de violence. De plus, le public est invité à participer, à travers un système de vote qui va rythmer toute la partie. Au début, il devra se choisir un favori, puis il pourra voter pour l’attribution de certains bonus à mesure que l’émission progresse. Les enjeux vont devenir de plus en plus excitants, les adversaires vont gagner en puissance à chaque exécution, jusqu’à culminer avec l’affrontement final, dans une zone de jeu qui va se réduire comme une peau de chagrin. Suivre cette chasse brutale et sanguinaire, c’est un plaisir rare, qui est sublimé quand un réalisateur compétent est aux manettes de la caméra. Un peu comme les mythiques séquences de fin de saison de « Bachelor Royal », ces matchs à mort qui font s’affronter 20 concurrentes en même temps dans une arène pleine d’armes rudimentaires. 
Pour ce coup d’essai, ce nouveau programme télévisé est plein de promesses. La production est attentive aux retours des spectateurs, et travaille déjà sur de nouveaux modes de jeux ainsi que des arènes plus variées. On attend avec impatience que le programme soit finalisé et que la première saison de ce show d’un nouveau genre débarque sur nos écrans. Peut être le futur divertissement familial que nous attendions tous !
Rechercher sur Factornews