Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
PREVIEW

The Club

CBL par CBL,  email  @CBL_Factor
 
à l'occasion de la GC. Nous avons pu y jouer hier soir à une version plus aboutie sur 360 et PS3. C'est l'occasion de développer certains concepts du futur shoot de Bizarre, qui sera sans doute leur dernier jeu pour un éditeur autre qu'Activision. Rappelons rapidement le concept de base : The Club est un TPS où le joueur choisit son personnage parmi 8 stéréotypes avant d'être laché dans des arènes blindées de furieux qui veulent vous faire la peau.
Au nombre de huit, ces arènes vous font visiter Venise, une ancienne prison avec sa chaise électrique, un grand manoir, une usine... Le level design oscille entre le pire et le meilleur. On passe d'une succession de couloirs/pièces à des grands espaces ouverts sur plusieurs niveaux. Il y a une dizaine d'épreuves dans chaque arène qui consistent pour la plupart à la traverser en arrivant en vie et en flinguant le plus de monde possible. Mais le but n'est pas juste de finir une épreuve mais de faire le meilleur score possible. Pour cela, il faut réaliser quelques coups spéciaux comme des head shots ou des penetrator (on tire à travers la vitre d'un bouclier pare-balle) et surtout faire des combo. Une fois le premier ennemi descendu, le combo commence.

Back Slide Head Shot 360 x 16



Plus on tue d'ennemis et plus on améliore son combo ce qui se traduit par une augmentation du multiplicateur de score, exactement comme dans un Tony Hawk. Si on ne tue personne pendant une période, la barre de combo redescend et le multiplicateur baisse. En chemin, on tombe sur des panneaux "crâne" qu'il faut dégommer et qui permettent de maintenir sa barre de combo. L'idéal est bien entendu terminer une épreuve en un seul combo. Tous les choix de game design vont dans ce sens : les niveaux sont ultra-linéaires avec des grosses flèches pour indiquer le chemin (malgré quelques pièces secondaires où on trouve des crânes), le jeu est scripté jusqu'à l'os et l'IA des ennemis est réduite à son stricte minimum.

Du coup, le jeu demande une exigeance particulièrement old school qui oblige le joueur à refaire les mêmes épreuves de nombreuses fois pour apprendre par coeur les niveaux et les positions des ennemis afin de faire le parcours le plus optimal possible. Pour donner une comparaison farfelue, c'est le Crazy Taxi du TPS. La difficulté est corsée mais la marge de progression est immense et c'est un vrai bonheur d'enchainer les head shots. Je pense que l'apport du clavier/souris dans la version PC permettra de faire des combo encore plus fous mais les développeurs ont pensé à ceux qui voulaient mettre le jeu à rude épreuve sur console en offrant la possibilité d'augmenter la sensibilité et de virer l'auto-aim.

Club Sandwich SNCF



The Club n'est pas exempt de défauts. Globalement, il n'est pas très beau, surtout après une année orgiaque à base de Bioshock et de Crysis mais il tourne à 60 fps. La version PS3 me semble moins belle que la 360 avec des couleurs plus ternes. Il est possible de filer des coups de crosse mais c'est assez risible et il n'est pas rare de cogner dans le vide. Les bruits de flingues varie de la machine à écrire à la grosse sulfateuse. Le plus gros reproche qu'on peut faire au jeu est une certaine molesse dans les déplacement malgré la nervosité de l'ensemble. Pour compenser, les developpeurs ont inclus un sprint à la Gears Of War (pendant lequel on ne peut pas tirer) et un bouton pour faire un 180 degrés instantané. Le jeu est aussi un peu rigide dans les déplacements et on est parfois bloqué par une marche de 50 cm de haut. C'est logique par rapport au jeu mais c'est assez frustrant.

On attendra de voir ce que donnera le jeu sur la durée ainsi que l'ensemble des niveaux et des épreuves pour juger. On attendra aussi de voir ce que donnera le online (jusqu'à 16 joueurs). Dans l'état, c'est un jeu vraiment fun pour peu qu'on en comprenne la philosophie et qu'on persévère. Comme pour Crazy Taxi, certains n'y verront qu'un petit jeu fun qui sert à se défouler en faisant une petite partie quotidienne et d'autres se jetteront à corps perdu dans le scoring. Sortie prévue le 8 février 2008.

SCREENSHOTS

Rechercher sur Factornews