Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
PREVIEW

Sim City

kimo par kimo,  email
 
Ce n’est pas tous les ans que sort un nouveau SimCity, et, un peu comme pour chaque version de Civilization, à l’annonce d'un nouvel épisode, une immense impatience s'installe chez les fans et de nombreuses attentes viennent mettre la pression aux développeurs. On espérait donc avoir quelques réponses à nos interrogations avec cette version de démonstration. Il a fallu redescendre sur terre : le jeu, encore loin d’être achevé, tournait en version pre-alpha. Des textes manquaient, une bonne partie des bâtiments n’était pas disponibles, et toute la partie gestion - le véritable nerf de la guerre - était absente de cette version. On pouvait donc jouer à un tutoriel de construction pas tout à fait fini, sur une ville plutôt petite, réglages graphiques au minimum syndical.


Dans ces conditions, on était bien loin du rendu final que les vidéos laissent entrevoir. On pouvait zoomer et pivoter librement pour constater que, tout de même, le jeu avait bel et bien terminé sa métamorphose 3D. Tous les éléments des constructions sont désormais modélisés, des maisons aux voitures, ce qui à terme devrait donner un sérieux coup de jeune à la série qui, il faut l’admettre, en avait bien besoin.

Même sur une durée de test très courte, certaines nouveautés sautaient aux yeux : les parcelles de construction sont donc désormais prédécoupées, et les zones délimitées par les routes se remplissent en un ou deux clics, ce qui ne change pas fondamentalement la façon dont on découpe nos villes, mais devrait éviter les aberrations routières de Sim City 4 et donner à la ville un aspect moins quadrillé. Les conséquences en terme de zones de développement et de circulation sont encore difficilement appréhendables, mais niveau visuel et confort, c’est un plus certain.



Les bâtiments les plus importants (l’hôtel de ville par exemple) peuvent visiblement être améliorés sous certaines conditions (taille de la ville, population, argent...). La plupart des immeubles publics sont maintenant personnalisables avec des annexes (un garage supplémentaire, un service de dispensaire...) pour en améliorer certains aspects ou leur ajouter des fonctionnalités.

L’eau, électricité et le système d’égout sont formalisés par des bulles qui circulent sur la carte : on se trouve donc devant un espèce de système veineux irriguant toute la ville, ce qui permet de saisir assez rapidement où se situent les problèmes majeurs. De même, des bulles colorées (rouges, oranges, vertes) apparaissent au-dessus des bâtiments ou des citoyens pour signaler les problèmes, les alternatives, ou simplement féliciter le bon fonctionnement des infrastructures. Il n’y avait heureusement pas l’air d’y avoir les horribles missions de conduite de Sim City 4. Un volet transport public était aussi disponible, laissant entrevoir la possibilité de construire des lignes de bus et autres joyeusetés. Malheureusement, il fallait se contenter là encore d’icônes grisées pour tenter d’imaginer ce que le jeu final proposera.



Rien de visible non plus sur les fonctionnalités multijoueurs et sociales pourtant alléchantes, il faudra se contenter des promesses déjà faites : jouer sur des régions entières où les villes des autres joueurs entreront en interaction avec les vôtres en matière d’emploi, d’hygiène, de prix des matières énergétiques... Un système de classement et des défis divers (dont les gagnants seront récompensés) doit aussi être mis en place, ce qui promet quelques nuits blanches aux acharnés de la compétition.

Que dire au final de cette version d’essai ? Sur une durée si courte, et sans le volet gestion, difficile de percevoir les changements profonds qui sous-tendent cette nouvelle mouture. Rien sur les décrets, les taxes et les évènements sociaux, écologiques et politiques avec lesquels il faudra jongler pour maintenir sa ville à flot. Les quelques idées nouvelles aperçues ici, si elles sont sympathiques, devront réussir à prouver leur intérêt sur le long terme. Le jeu se veut en tout cas plus lisible et plus ergonomique, sans pour autant montrer de signes avant coureur de simplification outrancière, ce qui reste en soi une excellente nouvelle. Reste l'impatience d'en découvrir plus, et on espère vivement avoir le temps de se faire un avis plus concret d’ici la sortie du jeu, en Mars 2013.
Rechercher sur Factornews