Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
PREVIEW

Prince Of Persia

CBL par CBL,  email  @CBL_Factor
 
En attendant le futur film, les nouvelles aventures du Prince de Perse se situent sur PC, PS3 et 360. Il ne vient plus de Perse et on se demande de quoi il est prince mais après une présentation du jeu sur 360, on s'en fout un peu car Prince of Persia a bien plus à offrir qu'une cohérence avec le reste de l'univers PoP.
Prince of Persia entame un nouveau cycle avec un nouveau prince accompagné d'une nouvelle princesse (Elika) qui a le pouvoir de délivrer le monde de la Corruption. Durant la présentation, on a pu découvrir un monde encore jamais présenté : celui de l'Alchimiste. C'est un bric à brac de planches, de tuyaux, de lierre, de ballons, de plate-formes instables, de fumée... une sorte d'Aubervilliers en version steampunk. Graphiquement c'est vraiment superbe. La distance de vue est énorme et permet d'admirer des décors splendides et une architecture travaillée. Le plus bluffant est quand Elika enlève la Corruption. On voit le monde prendre des couleurs, l'herbe pousser, la lumière changer... La Corruption en elle-même se manifeste par des formes noires qui font un peu penser à Twilight Princess. Le seul défaut à mon avis est... le prince lui-même. Le cel-shading fait qu'on a l'impression qu'il n'est pas toujours bien intégré au monde. En parlant du prince, il ne devrait normalement pas être affecté par la Corruption. L'idée n'était pas de refaire Les Deux Royaumes. Par contre, on dialogue bien plus avec Elika qu'on ne le faisait avec Farah. On en apprend ainsi beaucoup sur l'histoire et le monde.

Le monde est assez ouvert et se parcourt de manière non linéaire. En gros, on choisit l'endroit où on va, on dégomme le demi-boss local, la princesse Elika délivre la zone de la Corruption et on passe à la suivante. Les combats sont finalement très peu nombreux, pas très passionnants et se résolvent en partie à base de quick time event. Le gros du gameplay se situe dans la partie plate-forme. Le prince a acquis encore des nouveaux mouvements par rapport à la précédente trilogie. Par exemple, sa griffe lui permet de s'accrocher au mur pendant un temps pour se laisser glisser ou s'élancer. En appuyant sur Y, on interagit avec Elika ce qui permet de faire des double-sauts. Plus tard, Elika apprend de nouveaux pouvoirs ce qui débloque de nouveaux mouvements. Tout se fait de manière fluide et naturelle et c'en est presque déconcertant. Ce n'est pas pour autant facile et on se gauffre assez souvent. Le game over n'existe pas : quand on tombe, Elika nous rattrape et nous renvoie sur la précédente plate-forme stable. Globalement, ça revient à utiliser le retour rapide de Sands of Time. Pour ma part, j'avoue préférer quand un jeu se la joue Die & Retry. C'est parfois frustrant mais la satisfaction de réussir un passage difficile qu'on a recommencé 50 fois est sans égal.

La difficulté du jeu s'adapte au niveau du joueur. Si on comprends aisément ce que ça signifie pour les combats, on ne voit pas très bien ce que ça change quand on saute de plate-forme en plate-forme. A vrai dire, le RP d'Ubisoft ne le savait pas non plus. En tout cas, on nous a promis une quinzaine d'heures de jeu, un peu plus si on veut vraiment fouiller le monde à fond pour ramasser toutes les orbes de lumière. Comme on peut prendre différents chemins dans les mondes, la rejouabilité devrait être très correcte. Le jeu sortira le 4 décembre.
Rechercher sur Factornews