Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
PREVIEW

Inside My Radio

Niko par Niko,  email  @nik0tine  
 
​Le sens du rythme, on l’a ou on l’a pas. Mais quand un jeu de plateforme te fait comprendre que tu fais définitivement partie de la seconde catégorie, c’est un poil vexant.
En fait, Inside My Radio est un rhythm plateformer game. Les déplacements sont libres, en revanche, saut, dash, pulse (permettant d’activer des éléments de décors) ou piqué devront être calés sur la musique de fond avec la précision d’un métronome. Ce n’est pas extrêmement compliqué en soi; en revanche, cela nécessite de désapprendre des réflexes oeil-main cablés dans notre petit cerveau depuis la préhistoire. Un truc tout bête : on ne saute pas lorsque que l’on arrive à l’extrémité d’une plateforme; on saute quand on est sur le bord *et* que l’on a le bon tempo. Sans quoi le saut est tout simplement refusé et on se retrouve souvent précipité dans quelque piège idiot.

Une fois cela assimilé, Inside my Radio devient vraiment chouettos : les niveaux sont parfaitement linéaires avec quelques puzzles simplistes en guise d’entre-acte, mais il jouent à fond la carte de la kinestésie. Beaucoup d’éléments de décors produisent ainsi des notes quand on passe sur eux et “jouer” la mélodie du niveau sans accroc est très gratifiant.

Trois salles, trois ambiances

La version preview que nous avons essayé comportait une portion des trois mondes musicaux disponibles : Electro, Dub et Disco. C’est ce dernier qui m’a semblé le mieux exploiter le concept avec une bande son et un level design fort réussis. Même pour un handicapé du rythme comme moi (ce que le jeu aimait à me rappeler en me suggérant d’activer les aides visuelles), Inside my Radio était relativement facile et il est tout à fait envisageable (mais parfaitement honteux) de passer certains passages en force, en bourrinant le bouton. Le jeu ne sanctionne pas outre mesure l’opération, mais rappelle à la fin du niveau le nombre de fautes de rythme pour meurtrir votre ego. Ca marche pas mal, j’ai fait une bonne dizaine de runs.

Reste la question de la durée de vie : notre version alpha se terminait en 15/20 minutes approximativement, et représentait entre un tiers et un quart du jeu selon le développeur (9 niveaux en tout, trois dans chaque environnement musical). Il faudra vérifier tout cela sur la version finale, dont le prix devrait tourner autour d'une dizaine d'euros.