Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
PREVIEW

Furry Tales

Fakir Bleu par Fakir Bleu,  email
 
Nouveaux venus dans la jungle vidéo ludique, les bordelais de Mad Monkey Studio s'engagent dans le compétitif secteur du RTS avec Furry Tales, disposant de quelques idées originales pour adapter la jouabilité au petit monde des consoles de salon. Bon point pour eux, ils nous ont envoyé une version preview pour que l'on s'en fasse une meilleure idée.
Sheep'n Tales (hommage au maître)
Sous couvert de l'histoire classique d'un affrontement entre loups et moutons pour l'hégémonie d'un monde, Furry Tales compte imposer ses vues, notamment au niveau gameplay, à un genre qui, s'il est bien codifié sur PC, ne dispose pas de réelle référence sur console. Le jeu, au design enfantin et au character design très européen, met le joueur aux commandes de moutons moins pacifiques que leur paisibles bêlements le laisserait supposer. Devant la menace des canidés, vous disposerez d'unités telles que l'infanterie, les artilleurs, les véhicules de reconnaissances et autres avatars du genre. La gestion est classique avec une base centrale, des garnisons pouvant produire les unités et des moulins permettant de récolter des ressources. Ici, pas de collectes quelconques, tout est basé autour de l'action. La capture de nouveaux bâtiments se fera en y installant plus ou moins d'unités suivant la taille de l'édifice ; à vous de bien gérer votre troupe afin qu'une fois le bâtiment capturé, vous puissiez résister à un assaut. Bref, les poncifs du genre sont bien là, et sous couvert de l'originalité de la mise en scène, on se retrouve en terrain connu dès les premières minutes pad en main.

Une maniabilité aboutie
Ceci dit, la maniabilité et la réflexion autour du jeu par le biais du gamepad restent les atouts majeurs du jeu. Vous incarnez un leader (pensez Warcraft III) que vous contrôlez à l'aide du stick gauche. Vous êtes suivi par la cohorte de vos unités que vous allez pouvoir orienter autour de vous par le biais du stick droit. Les boutons vont vous permettre d'une simple pression d'aller sur l'un de vos bâtiments afin de produire des unités, puis de les rapatrier ; c'est très bien pensé et apporte une aisance de gestion considérable. Vous pouvez également à l'aide d'une touche changer de leader et ainsi former aisément des groupes distincts permettant des attaques simultanées. Les contrôles sont donc forts bien pensés et constituent assurément une des leçons à retenir de ce jeu.

Chich' Kebab
Toutefois, tout n'est pas rose au pays des moutons. Nos chères têtes blondes constituent clairement la cible car pour des joueurs un peu aguerris, le challenge proposé se révèle insuffisant. En effet, l'IA n'est pas ce qu'il y a de plus agressive : vous n'aurez jamais à faire face à une attaque massive dans vos retranchements, la menace étant plutôt constituée de petits groupes d'ennemis disposés régulièrement sur la carte. De plus, la durée de vie est limitée du fait d'un nombre de missions plutôt réduit. Le prix de 15€ est tout de même attractif et le jeu est un achat judicieux pour les enfants, la mniabilité aisée et ledesign leur étant adapté. Pour les autres, on pourra retenir une jouabilité fort bien pensée qui ne dépareillerait pas dans un jeu plus mature et à la durée de vie plus conséquente. Quel dommage qu'il loupe Noël, en fait.

SCREENSHOTS

Rechercher sur Factornews