Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
 
PREVIEW

EGX 2019 : Premières battles musicales dans No Straight Roads

billou95 par billou95,  email  @billou_95
Développeur / Editeur : Sold Out Metronomik
Supports : PC / PS4
Autrefois la patrie du rock hargneux, Vinyl City est désormais sous le joug de la NSR avec à sa tête la dominatrice Tatiana et ses sbires qui ne jurent que par l'EDM (la musique électronique) et souhaitent mettre une bonne fois pour toutes aux rebus les guitares et autres instruments à cordes. C'en est trop pour la dynamique auteure-compositrice-interprète Mayday qui va se lancer dans une quête pour rétablir le bon goût musical dans la ville.
Créé par Metronomik, un sympathique studio malaisien avec à sa tête l'ancien game designer de Final Fantasy XV Wan Hazmer, No Straight Roads représente le leitmotiv de l'équipe, à savoir mettre le son en avant dans le jeu vidéo sans pour autant tomber dans le jeu de rythme lambda. Le titre mélange action et plateforme et présentera 8 mondes explorant diverses ambiances musicales. On y joue Mayday, mais la rockeuse sera bientôt aidée dans sa tâche par le breakdanceur Zuke. Outre les phases de plateforme dont on a pas pu prendre connaissance, le jeu présentera des phases de boss contre les minions de Tatiana et c'est l'un d'entre eux, DJ Subatomic Supernova que nous avons pu rencontrer dans notre démo.

Comme son nom l'indique, ce robot à la fâcheuse tendance à se prendre pour le centre de la galaxie. On a donc dû enchainer les phases de combat dans une arène circulaire rappelant le système solaire avec le boss en guise d'étoile. Il fallait tout d'abord donner des coups de guitare dans les planètes tournoyant autour de lui pour libérer de l'énergie qui permettait ensuite d'envoyer des jets de plasma guitarifique dans sa tronche. Les deux héros pouvaient également transformer la sonde (Voyager ?) en lance-missiles géant, ceci tout en évitant les éruptions solaires provoquées par le DJ mécanique (en sautant par dessus un laser à chaque rotation autour du "soleil" et en évitant de tirs dans un mini-jeu de rythme).

Le tout terminant par une superbe cinématique mettant en scène nos deux héros en train d'envoyer le robot en orbite de la plus belle des façons. Que dire sinon que le jeu à une pêche d'enfer, des dialogues super bien doublés et une bande originale vraiment cool, d'un côté comme de l'autre composée par Masahiro Aoki (FF XV: Comrades et la série des Sengoku Basara). Pour un peu on se croirait dans un mix entre un Space Channel 5 encore plus déjanté et des bastons épiques à la Gurren Lagann. On reste un peu sur notre faim, car on aurait vraiment aimé voir ce que le studio a prévu pour les phases de plateforme, mais on est rassurés sur la capacité des développeurs à nous donner le smile et nous faire nous trémousser sans pour autant passer par un gameplay déjà-vu.

Rechercher sur Factornews