Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
 
PREVIEW

Drifting Lands, l'accès anti-pipé

miniblob par miniblob,  email  @ptiblob
Développeur / Editeur : Alkemi Games
Supports : PC / Mac
Il faut de solides connaissances alchimiques pour réaliser de bons cocktails. Un peu trop d'alcool et c'est le mal de tête assuré, trop de sucre et le tout risque fort de finir dans la cuvette des toilettes... Bref, réussir ses mélanges demande du doigté, de la créativité et un peu de modération, autant de qualités qu'on espère retrouver du côté des équipes d'Alkemi qui ont visiblement fait du mashup leur spécialité.
Alkemi, le nom de ce développeur vous dit peut-être quelque chose, mais ce n'est pas forcément parce que vous avez touché à l'une de ses productions. En effet, ce studio nantais n'a pour l'instant sorti qu'un seul titre, un certain Transcripted qui se proposait de faire un mix entre les gameplays d'un puzzle-game à la Zuma et d'un twin stick shooter à la Geometry Wars. Le résultat était plutôt chouette mais n'a pas connu un succès retentissant ; et pour cause, en coulisse une bataille judiciaire faisait rage entre Alkemi et son éditeur Topware à qui il était reproché notamment de ne pas avoir poussé le jeu... Finalement, quatre années après son lancement initial, Transcripted était de retour cet été sur Steam, permettant à ses papas de se consacrer entièrement à leur second projet, Drifting Lands, qui vient de passer en early access.

Fou du loot


Chez Alkemi, on reste fidèle à l'idée de dépoussiérer la formule du shoot'em up en y incorporant des éléments issus d'autres horizons. Avec Drifting Lands, c'est clairement du côté du hack'n slash que vient cette inspiration. A première vue, on se retrouve devant un shmup à scrolling horizontal tout ce qu'il y a de plus classique : trois vaisseaux de base histoire de parier plutôt sur la rapidité ou la solidité, un rendu graphique frais et plutôt mignon qui rappelle vaguement celui de Sine Mora, à priori les amateurs du genre ne devraient pas être très dépaysés en lançant le jeu pour la première fois. Et pourtant, il suffit d'enchaîner deux ou trois niveaux pour comprendre que Drifting Lands a quelque chose d'original à proposer.



S'il est plutôt habituel dans un shmup de pouvoir changer d'arme principale pour coller au mieux à notre style de jeu, Drifting Lands pousse bien plus loin les possibilités de personnalisation. En effet, le jeu repose en bonne partie sur un système de loot et de rareté de l'équipement. Entre deux missions, on se rend au hangar pour jeter un œil à ce que l'on a récupéré, éventuellement changer quelques pièces et revendre le stock superflu. L'argent est le nerf de la guerre, il permet aussi bien d'acheter de nouveaux éléments, de débloquer des compétences et même de faire évoluer les trois caractéristiques qui vont déterminer la résistance et la puissance d'attaque de chacun de vos vaisseaux.



Dans un premier temps, on prend tout ce système de progression pour une fantaisie un peu exotique, mais en avançant dans les niveaux, en montant en grade, la difficulté pique de plus en plus, et il devient réellement nécessaire de maîtriser toutes les statistiques de son vaisseau pour avoir la moindre chance face aux déluges de boulettes qui se profilent. Pour s'en sortir, il n'y a pas trente-six solutions, il faut travailler son build. Choisir intelligemment ses compétences (deux passives et quatre actives) ne suffit pas, il faut aussi penser à les optimiser en dénichant des pièces qui vont les booster. Là où Drifting Lands marque des points, c'est qu'il laisse au joueur la possibilité d'expérimenter une belle palette de builds diversifiés et que chacun d'entre eux va se traduire par une façon de jouer bien particulière.

Travaux en cours


Le contenu est déjà relativement riche et varié mais il ne faut pas oublier que nous avons pour l'instant affaire à un early access, du coup on constate encore quelques gros trous dans cette jolie mosaïque. Par exemple, la trame scénaristique est encore aux abonnés absents, mais soyons honnête, l'histoire constitue rarement la pièce maîtresse d'un shoot'em up. On sera en revanche un peu plus embêté par l'aspect minimaliste du tuto et des explications des mécaniques de jeu. On a ainsi du mal à saisir rapidement l'utilité du système de Focus et la façon dont il fonctionne.



Mais plus globalement le jeu manque encore d'un chouïa de lisibilité dans ses menus et de clarification. On jongle ainsi avec une foule de statistiques mais certains modificateurs demeurent assez obscurs et on ne sait pas toujours quels seront les effets d'un changement de pièce avant de se lancer dans le feu de l'action. De la même manière, la description des compétences laisse parfois un peu de flottement et dans l'idéal on aurait aimé avoir droit à de courtes vidéos de présentation histoire de savoir où on met les pieds. Enfin, les pièces ont souvent à la fois des bonus qui viendront modifier les trois caractéristiques et des prérequis dans ces fameuses caractéristiques, il suffit parfois d'en déséquiper une pour qu'une bonne partie de son stuff devienne inutilisable, y compris l'élément qu'on vient de retirer... Il aurait été sympathique qu'un petit message vienne nous prévenir avant de commettre ce genre de bourde.



Bref, Drifting Lands a encore quelques efforts à faire pour se montrer tout à fait présentable au premier venu. En l'état il est déjà parfaitement jouable, cependant les moins patients auront sans doute du mal avec l'idée de découvrir les différentes mécaniques de jeu par eux-mêmes. Mais à condition que vous aimiez fouiller un peu, essayer des dizaines de builds avant de tomber sur celui qui vous convienne, et que l'idée de mixer du shmup avec du hack'n slash vous plaise, vous auriez tort de passer à côté de cet early access proposé à un prix relativement doux (près de 14 €).

Alkemi n'a pas tout à fait terminé sa tambouille mais il s’échappe de sa cuisine un doux fumet qui laisse présager un joli gueuleton lorsque les préparatifs seront terminés. Cerise sur le gâteau, les cuistots prennent visiblement en considération les remarques de leurs invités pour améliorer leur recette. En un mot, Drifting Lands s’offre pour l'instant un early access comme on les aime et qui augure plutôt de bonnes choses concernant sa version finale.
Rechercher sur Factornews