Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
PREVIEW

Dreamfall

Zaza le Nounours par Zaza le Nounours,  email  @ZazaLeNounours
 
Les éditeurs ont tout compris : pour que les grands journalistes disent du bien de leurs jeux, il suffit de les faire boire. Et c'est ainsi que Micro Application nous a conviés il y a quelques jours dans le cadre... "raffraichissant" du Kube Hotel afin de nous présenter Dreamfall, la suite de The Longest Journey, avant de nous faire ingurgiter des quantités peu avouables de vodka. Heureusement pour l'objectivité si chère à certains de nos lecteurs, j'ai attendu que mes idées soient redevenues claires pour vous faire ce rapide compte-rendu de la présentation.

De The Longest Journey, il ne subsiste à peu de choses près dans Dreamfall que l'univers, et la jeune héroïne April Ryan, qui sera un des trois personnages contrôlables, avec Zoe Castillo et Kian. Au début de l'aventure, on contrôle ces trois personnages à tour de rôle, sans trop savoir quel est le véritable lien scénaristique qui les unit. D'ailleurs, en parlant du scénario, on n'en a pratiquement rien appris lors de cette présentation, afin de ne pas gâcher le plaisir de la découverte.

En revanche, on nous a présenté quelques-uns des environnements que le joueur sera amené à parcourir, et il faut reconnaître que FunCom a fait du beau boulot, avec des paysages par moments vraiment sublimes, très détaillés et colorés. On ne sait pas encore comment tout celà s'enchaînera, mais on fait confiance aux scénaristes pour nous pondre quelque chose d'aussi fort que dans The Longest Journey. Les personnages sont eux aussi dans l'ensemble bien réalisés, mais leur animation est en revanche un peu raide. On appréciera la présence de lipsynch qui, s'il n'est pas au niveau de celui de Half-Life², fait tout de même plaisir à voir. L'ensemble, malgré la présence de quelques bugs graphiques et d'une caméra pas toujours bien placée, est donc franchement réussi.

Mais parlons maintenant des doutes qui subsistent sur le gameplay du jeu. FunCom a beau nous vendre Dreamfall comme un véritable jeu d'aventure, ce qu'on a pu en voir ne nous a pas complètement rassurés à ce sujet. Les combats seront bel et bien présents durant le jeu : Zoe pourra toujours les éviter, en revanche April et Kian ne pourront pas y échapper. Et si on nous affirme qu'ils ne seront jamais contraignants, ce qu'on a aucun mal à croire, on doute un peu de leur réelle utilité, tant ils s'avèrent absolument inintéressants : une attaque faible, une attaque forte, une parade, et en voiture Simone pour trente secondes d'affrontements mollassons.

Malheureusement, les gars de FunCom ne se sont pas arrêtés là, et ils ont également cru bon d'intégrer des phases d'infiltration. On ne sait pas trop combien de fois de telles phases seront présentes, mais une chose est sûre : si elles sont toutes du niveau de celle que nous avons pu apercevoir, les développeurs auraient mieux fait de s'abstenir.

Et pour ce qui est de l'aspect aventure du titre, si il faut reconnaître qu'on n'en a presque rien vu et que donc il est sûrement prématuré d'émettre une opinion trop tranchée, la petite heure passée sur le jeu ne permet pas non plus de s'enthousiasmer outre-mesure : beaucoup de dialogues, très peu d'énigmes (voire pas du tout, après réflexion).

Bref, cette présentation de Dreamfall n'a pas réussi à lever toutes les inquiétudes quant à cette pseudo-diversité dans le gameplay. Alors, on essaye encore d'y croire, mais on attendra la version finale pour savoir si oui ou non ce Dreamfall est bien le digne descendant de The Longest Journey. Jørgen Tharaldsen, de chez FunCom, ayant cité Fahrenheit dans ses sources d'inspiration, autant dire qu'on n'est pas vraiment rassurés.
Rechercher sur Factornews