Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
PREVIEW

Call of Duty 3

Zaza le Nounours par Zaza le Nounours,  email  @ZazaLeNounours
 
Activision a convié une meute de journalistes français dans le luxueux Marriott Hotel des Champs-Elysées (du genre avec des dorures partout et de la moquette dans laquelle on s'enfonce jusqu'aux genoux) pour leur présenter quelques-uns des titres que l'éditeur compte sortir à la fin de l'année. Au programme : du skate, du FPS historique, du Lego et du super-héros, le tout servi sur Xbox 360. On débute notre petit tour d'horizon avec la preview de Call of Duty 3, qui sera suivie dans quelques jours par celle de Tony Hawk Project 8.
On pourrait faire court, et dire que le jeu ressemble à n'importe quel autre FPS basé sur la Seconde Guerre Mondiale, mais ça ne serait pas très professionnel. Alors tentons de broder un peu : Call of Duty 3, troisième épisode du concurrent direct des Medal of Honor de chez EA, reprend les bases de la série, et ne semble pas apporter grand chose au genre. Ah merde, ça va être dur de développer, en fait.

Le jeu proposera une fois de plus d'incarner différents personnages. On trouvera donc les traditionnels trouffions US et anglais, mais également, petite originalité, des soldats polonais et canadiens.

La progression sera paraît-il moins linéaire qu'auparavant, avec des cartes plus ouvertes et laissant par moment le choix de la direction à suivre. Il ne faudra quand même pas s'attendre à un clone de Far Cry avec des mercenaires remplacés par des Nazis, non plus : au mieux, on se sentira un peu moins à l'étroit dans les maps-couloirs.

Le jeu propose paraît-il un tout nouveau moteur graphique, mais franchement, la différence avec Call of Duty 2 (déjà bien mignon à sa sortie) n'était pas flagrante : certains éléments du décor semblent taillés à la serpe, et les textures ne sont pas toujours très fines. La map présentée était toutefois bien terne, Normandie oblige, et on espère pouvoir traverser des niveaux aussi colorés que la campagne nord-africaine de Call of Duty 2. En revanche les explosions, et surtout les effets de fumée qui s'ensuivent, sont vraiment très bien foutus. On notera la présence d'un effet de depth of field lors de l'utilisation de la vue Ironsight, mais qui semblait un peu moins réussi que celui de Call of Juarez.

Au rayon des petites nouveautés, on nous annonce un système de combat au corps à corps. Des affrontements virils façon Chronicles of Riddick dans un Call of Duty ? Non, pas vraiment : vous franchissez une porte, et horreur ! Un allemand grimaçant vous saute dessus tente de vous étouffer avec son fusil. Il vous faudra alors bourriner sur les gâchettes pour le repousser, avant de le finir d'un bon coup de crosse. Oui, en fait, le combat au corps à corps annoncé ressemble beaucoup à un QTE tout con.

Bref, Call of Duty 3, c'est Call of Duty 2, mais avec un 3 à la place du 2 : il y a un script toutes les deux secondes, ça pète dans tous les sens, c'est plutôt joli et ça ne risque pas de vous faire chauffer les neurones. Les fans de la série apprécieront, les réfractaires au genre "FPS ultra-scripté" resteront une fois de plus de marbre. Pas de surprise, donc.
Rechercher sur Factornews