Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
PREVIEW

Burnout Revenge

toof par toof,  email
 
La rentrée approche avec son lot de jeux et parmi eux, on y trouve Burnout Revenge. Après un troisème épisode plutôt réussi mais misant principalement sur la vitesse et les crashs, les détracteurs de ce dernier espéraient bien voir revenir la finesse (somme toute relative, soyons d'accord) de la conduite de Burnout 2 : Point of Impact.

C'est la version Xbox qui propose de faire les premiers tours de roues du nouveau jeu de Criterion Studios : vous imaginez la Batmobile dans une zone industrielle tortueuse bondée comme un centre ville un samedi après midi ? Voilà, vous y êtes presque.


Tout d'abord, d'un point de vue technique le jeu ne semble pas avoir bien évolué depuis Burnout 3. Certes, les décors font un peu moins fouillis et lancé à pleine vitesse, on s'y retrouverai presque plus facilement. Au niveau de la modélisation des voitures, c'est kif-kif, avec peut être quelques améliorations sur les reflets sur les voitures, un détail.

Pour ce qui est du gameplay, la démo propose une course ou le but est de faire un maximum de Takedown (vous savez, balancer les concurrents dans le décors) et lors des premières secondes, on ne se sent pas trop dépaysé. Ce n'est qu'après avoir tenté le premier takedown qu'on ravale sa salive : ce n'est plus aussi facile qu'avant ! D'ailleurs, le ralenti des crashs, qui était trop long et lourdingue dans Burnout 3, est cette fois ci nettement plus bref et mieux mis en scène, si je puis dire.

Parmis les petites améliorations, car il ne semble pas y avoir de vértiables changements (qui l'eut cru ?), on notera la présence d'un circuit plus ouvert, avec de multiples embranchements. Au départ, on se laisse dépasser par les évenements et on se retrouve paumé sans comprendre pourquoi. Ensuite, toujours au niveau de la piste, les tremplins et autres passages surélevés sont légions, ce qui fait que l'on passe pas mal de temps les quatre fers en l'air.

Et pour finir, Criterion a fait en sorte qu'on ne s'attaque plus au premier adversaire venu : certains, ceux qui nous aurons fait les pires vacheries, seront différenciés des autres pour qu'on puisse se venger sur eux en douce plutôt que sur d'autres, en les collant contre un pilier ou un 38 tonnes. Et au cas ou, on dispose même d'une arme : si on se crashe, on a la possibilité de faire exploser sa propre voiture pour entraîner tous les salopards qui nous collaient au derrière en essayant de nous envoyer voir les vaches (les fameux "Revenge").

Burnout Revenge ne s'annonce que comme une simple évolution de Burnout 3, sans réelle nouveauté mais apportant tout de même quelques petites joyeusetés qui pourraient rendre le jeu encore plus bourrin et fun. On sera fixé au mois de septembre, le jeu étant prévu sur Xbox et PS2.

SCREENSHOTS

Rechercher sur Factornews