Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
PREVIEW

Battlefield 3

Zaza le Nounours par Zaza le Nounours,  email  @ZazaLeNounours
 
Hier, nous avons été invités par Electronic Arts à découvrir deux de ses gros jeux à venir pour la fin de l'année : Battlefield 3 et Need for Speed The Run. On reviendra un peu plus tard sur le nouveau NFS et on va se concentrer en attendant sur le FPS guerrier de Dice.
Après un petit briefing qui rappelait les principaux points forts du jeu (le gros travail effectué sur le rendu visuel, les animations, la partie sonore, la desctruction des environnements) et présentait succinctement le Battlelog (le mini-réseau social intégré au jeu), on a pu découvrir une séquence de gameplay solo tirée de la mission Operation Guillotine, déjà aperçue par ici. Manque de pot, la combinaison map de nuit très sombre + démonstration faite sur un vidéo-projecteur dans une pièce trop éclairée a fait qu'on ne voyait pratiquement rien.

Après un petit coucou rapide du charmant Andy McNab (un ancien SAS, ancien consultant d'une compagnie militaire privée, sorte de Tom Clancy anglais) qui participe à l'écriture du scénario du jeu et va même pondre un bouquin racontant une histoire parallèle à celle du mode solo, on a pu enfin s'essayer au jeu. Sur consoles.

Sur PS3, on avait droit à cette mission Operation Guillotine, et à la mission coop déjà aperçue à la Gamescom demandant aux deux joueurs d'aller récupérer un otage, de l'extraire et ensuite de faire un peu de rail shooting sur des HumVee. Aussi bien à un qu'à deux joueurs, ces deux missions étaient terriblement linéaires, avec des scripts partout, des mini-QTE et des environnements très étriqués. Un genre de sous-Call of Duty, la grosse mise en scène qui tâche en moins, car il faut bien avouer que c'était quand même dans l'ensemble assez mou du genou et pas très impressionnant.



Du coup, on a baclé ça vite fait avant d'aller s'essayer au multi sur la map Operation Metro. Là encore, peu de surprise puisque c'était la même carte parisienne en mode Rush (des objectifs à détruire par une équipe, à défendre par l'autre, et une map qui se débloque au fur et à mesure de la partie) sur laquelle on avait échangé quelques civilités à l'E3. La seule différence, c'était que l'on jouait sur X360 avec les horribles pads Razer avec tout ce que ça implique comme imprécision dans la visée (malgré un autoaim assez prononcé) et que c'était pas très heureux d'un point de vue graphique - surtout que Dice avait eu la riche idée de nous rebalancer le trailer de la carte multijoueur Caspian Border juste avant dans sa version PC. Ce n'est pas non plus catastrophique mais le jeu sur consoles souffrait d'un aliasing très prononcé et de textures qui mettaient un temps fou à s'afficher. Reste que malgré ça le jeu demeure très agréable, grâce à un gameplay bien rôdé (même si uniquement piéton sur cette map) et à un bon level design avec une carte très vaste et truffée de recoins et routes alternatives qui en plus propose une bonne variété dans les zones de combat qui se débloquent : d'abord un parc, puis le métro, et enfin des rues parisiennes typiques.

On ne peut pas dire que l'on ressorte bouleversés par cette présentation de Battlefield 3. Les extraits du mode solo et coop font un peu "Call of Duty du pauvre" et le fait que tout cela tournait sur ces vieilles carnes de PS3 et Xbox 360 empêchait d'en prendre plein les yeux. Heureusement, il reste le mode multi qui, si il ne nous a rien montré de nouveau aujourd'hui, sera bien évidemment le gros morceau du jeu et devrait proposer une nouvelle fois une expérience très efficace. Il ne reste plus qu'à attendre maintenant le début de la bêta, qui devrait commencer "sous peu".

SCREENSHOTS

Rechercher sur Factornews