Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
ARTICLE

Wii, LE GWOO DOSSIER

ClémentXVII par ClémentXVII,  email  @ClementXVII
Cela fait maintenant quelques semaines qu'est sortie la petite dernière de Nintendo. Bien que les mères de famille tentent par tous les moyens de trouver une Wii, voire une wiimote avant le mois de janvier, la mienne trône chez moi depuis le jour de sa sortie, accompagnée de cinq galettes de jeux. Après une période des fêtes où elle est restée allumée non stop, il est temps pour moi de passer à la chaîne “Traitement de texte” afin de vous faire part de nos impressions...

Lors du salon E3 2005, Nintendo nous montra un morceau de plastique noir pas plus épais que trois boîtiers DVD, prétendant que leur nouvelle console "Révolutionnerait" non pas les jeux, mais la façon dont on joue. Venant de la part des pères de la Gamecube, cette annonce fut évidemment prise avec des pincettes. Il faut dire que la présentation était assez vague au sujet des jeux, de la jouabilité, et des capacités de la console... alors que chez Microsoft et Sony, les démos technologiques en jetaient plein les mirettes.


Quelques mois plus tard, la manette révolutionnaire est dévoilée, et les joueurs sont divisés entre ceux qui sont emballés par la vidéo, et les sceptiques qui font remarquer qu'on n'a toujours pas vu une seule image de jeu, et qu'à moins d'un an de la sortie de la console, ça craint... mais personne ne se doute que Nintendo est en train de lancer son coup médiatique de marketing viral, de créer un véritable buzz autour de sa nouvelle console. Ils feront encore plus fort six mois plus tard, lorsqu'on apprend que finalement, la "Révolution" annoncée s'appellera Wii. Les sites anglophones sont horrifiés, le comité de censure aux USA fait remarquer que ce nom pourrait inciter à faire des blagues pipi-caca (enfin, surtout pipi), tandis que les francophones se contentent de jeux de mots plus ou moins foireux.


Bref, à quelques semaines de l'E3 2006, l'opération « Marketing Viral » de Nintendo bat son plein, ce qui fait des milliers d'yeux qui suivront la conférence de presse, qui auront l'occasion de voir les premières images de jeux Nintendo, avant de pouvoir y jouer sur le salon.





On l'a vu, Nintendo revient de loin. Qu'en est-il maintenant de cette petite console? Elle qui ne fait même pas de HD (avec un câble composant on peut faire du 480p), qui n'a pas de son 5.1, pas de disque dur,... mais qui est aussi épaisse que trois boîtiers DVD? La première chose qui frappe quand on regarde la Wii, c'est que le design est tout en simplicité: un bloc rectangulaire blanc, et seulement le strict minimum est visible à l'oeil nu : les boutons power, reset et eject, ainsi que le mange-disques (qui accepte les disques Gamecube comme les jeux Wii). Le reste se trouve planqué derrière des petits cache-misère en plastique : le lecteur de cartes SD (et bouton de synchronisation de Wiimote) se trouvent sur la face avant, alors que les emplacements réservés à la Gamecube (4 entrées pour Gamepad, 2 slots pour les cartes mémoires) se trouvent au-dessus, et aussi planqués derrière un petit plastique blanc. A l'arrière de la console se trouvent la fiche pour l'adaptateur secteur, le port vidéo, celui de la sensor bar, ainsi que deux ports USB. Cette console minimaliste prendra même un minimum de place si vous la posez dans le socle que Nintendo livre avec la console. Il faudra aussi placer un récepteur infrarouge sur votre téléviseur, utilisé pour déterminer la position du pointeur de la manette. On aurait préféré un récepteur avec plus de portée (quand on s'écarte de plus de 4 mètres, il y a des ratés), mais heureusement ce dernier est fourni avec un câble suffisamment long pour pouvoir être placé à une distance raisonnable des joueurs et de l'écran, pratique pour ceux qui jouent avec un rétroprojecteur (faudra juste faire attention de ne pas marcher sur le récepteur).





Bon, la console est placée, il est temps de sortir la Wiimote. Elle se distingue d'une télécommande habituelle par sa forme (elle est plutôt longue et épaisse) et par son nombre de boutons réduit. Les deux piles AA qu'elle contient font qu'elle tient bien dans la main. Attention cependant à ne pas la tenir trop bas dans la main, car certains jeux (Zelda, par exemple), nécessitent l'utilisation du bouton 'A' ainsi que de la croix directionnelle. Au bas de la manette se trouve un connecteur propriétaire pour brancher des manettes d'extension Nintendo. A l'heure actuelle, il n'existe que le nunchuk (extension classique pour la plupart des jeux, il est composé d'un pad directionnel et de deux boutons) et la manette classique (pratique pour jouer aux jeux de la Virtual Console, si vous n'avez pas de manette GameCube). Ces dernières sont très légères, et n'ont pas besoin d'autres piles que celle de la Wiimote pour fonctionner. La console est livrée en standard avec une Wiimote et un nunchuk. Sur chaque Wiimote, un bouton Home permet d'ajuster différents paramètres: le volume du haut parleur intégré aux Wiimote, la synchronisation de nouvelles manettes et modification de l'ordre de celles-ci, la vibration, ainsi qu'un bouton permettant de réinitialiser le jeu ou de retourner au menu principal de la Wii sans avoir à se lever. Seule exception à cette règle: les jeux Gamecube. En effet, lorsqu'un jeu Gamecube est démarré, la Wiimote est ignorée, et il faudra donc passer par un hard reset pour retourner à l'écran de démarrage de la Wii.

Rechercher sur Factornews