Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
ARTICLE

[Unplugged] Grand Austria Hotel

javierulf par javierulf,  email  @javierulf
 
Tous les spécialistes le disent, passer 24h/24 devant un écran est moyennement bon pour le teint. Mais ce serait dommage de devenir productifs en arrêtant de jouer pour autant, pour vous aider à mettre ce temps à profit, Factor propose sa chronique Unplugged. On y cause jeux de plateaux, de cartes, et autres machins impossibles à télécharger sur Steam.
Je reviens de vacances, et je ne vais pas vous cacher que j’ai passé un très bon moment à Vienne. J’ai beau avoir écumé les pages d’Hotels.com ou AirBnB, j’ai décidé de me lancer dans un trip un peu rétro en visitant le Grand Austria Hôtel. Son nom évocateur et son style ancien me rappelant le film de Wes Anderson, je me suis dit que j’allais y passer un bon moment. Qui plus est, les responsables de ces lieux ont bonne réputation, on a déjà parlé d'eux ici. Bref, ça sentait la bonne pioche.

Le resto

En tant que touriste français bien élevé, je fais la queue à mon arrivée sur le plateau de jeu. Je suis le dernier, et il y a 4 personnes devant moi, je vois d’ailleurs que chacun est déjà installé à une table dont la nappe est soit bleue, rouge, jaune ou verte. Un truc qui attire mon attention également, ce sont les différentes inscriptions sur ces nappes, mais j’aurai l'occasion d’en parler plus tard. Je me suis d’ailleurs rendu compte que je ne faisais pas la queue pour un seul hôtel, mais un maximum de 4. Je n’avais pas vraiment le choix de l’hôtel dans lequel j’allais me rendre, c’est le maitre d’hôtel qui choisit sa clientèle, tradition autrichienne certainement. Dès que j’ai été sélectionné, j’ai remarqué que la file avançait et que j’étais immédiatement remplacé par une autre carte client. D’ailleurs, plus le client est loin dans la file, plus le maitre d’hôtel doit débourser de l’argent pour le convier chez lui, l’effet de nouveauté certainement.
 
On m’installe directement au restaurant de l’hôtel qui est plutôt cosy, il n’accepte que 3 personnes. C’est ma première fois en Autriche, je me dis que je vais tester les spécialités locales. Je commande donc ce qu’on me propose sur la carte : un strudel, un gâteau, un café et un verre de vin. Pas très équilibré tout ça. Une commande très complète qui semble ravir mon maitre d’hôtel, car il sait que je vais lui rapporter des points de victoire un bon pourboire… par contre, je vais devoir m’armer de patience, un de mes voisins arrivé après moi, n’ayant demandé que du café est servi bien plus rapidement que moi. 

Histoire un peu surréaliste, j’ai entendu dire que le maitre d’hôtel attendait un bon lancé de dé pour faire ses courses et me servir correctement. Ses commandes 1 et 2 correspondent à la nourriture et à la boisson. Autre tradition autrichienne, le maitre d’hôtel récupère autant de ressource que de nombre de dé de la valeur concernée. Puis il en retire un. Autant dire que si j’attends mon strudel depuis 10 minutes, c’est que le 1 n’est pas tombé depuis un moment, ou alors qu’un maitre d’hôtel d’un concurrent se sera servi avant et qu’il n’était pas intéressant d’en prendre a ce tour… Mais bon, vu que l’ordre de tour est redispatché une fois que tous les dés ont été utilisés, j’aurai peut-être mon strudel plus rapidement au prochain coup !



Après un peu d’attente, on me sert donc un cube blanc, un orange, un marron et un noir. J’ai attendu tout ce temps pour cette saleté de bouffe lyophilisée ?

La chambre

A peine avalés, le maitre d’hôtel me remet entre les mains du valet. L’hôtel fait quatre étage de hauteur et j’ai l’impression que le plus on va haut, le plus de points de notoriété cela rapportera à l’hôtel. Du coup, je me tape 4 étages à pied, on passe devant des portes fermées, des chambres vides. Le valet me dit que le dé 3 permet aux valets de préparer un nombre de chambre égale au nombre de dé 3 présent. L’une des lois stricte de l’hôtel, c’est aussi de préparer des chambres adjacentes et de favoriser le remplissage de sections de la même couleur pour plus de points de prestiges, d’argent ou d’avancée sur la piste de l’empereur selon la couleur de la tapisserie. Il m’envoie dans une chambre de la même couleur que la nappe de ma table, la règle de l’hôtel me dit-il. En revanche, mon voisin de restaurant servi rapidement que je croise à l’étage, va dans la chambre qu’il veut, certainement à cause de la nappe verte. Les infos présentes sur ma nappe sont en fait une forme de bonus que le maitre d’hôtel récupère quand le valet ferme la porte de ma chambre. Visiblement, tous les clients ont des bonus différents.

Le service

J’ai aussi eu l'occasion de croiser de nombreuses personnes du staff dans cet hôtel. Certains que je n’ai vu qu’une fois, d’autres présents une fois par jour, et d’autres qui n’arrêtaient pas de bosser. Ils sont embauchés grâce au dé 5, le pôle emploi local. Plus il y a de dés, plus ils sont chers à embaucher, et dès qu’ils sont placés devant le maitre d’hôtel, il doit directement les payer. Pas une mauvaise situation si vous voulez un emploi saisonnier !



Je n’ai pas évoqué le dé 4 qui permet de récupérer de l’argent ou d’avancer sur ce qu'ils appellent la "piste de l’empereur". Je vous ai prévenu, c’est rétro. Au tour 3, 5 et 7, selon la place de votre hôtel sur cette piste, il récupère soit un bonus, soit un malus.
Le dé 6 lui, permet de réaliser l’une des 5 autres actions proposées par les autres dés. Il faut payer par contre, mais j’ai vu par la fenêtre de ma chambre que c’était intéressant quand il y avait beaucoup de dés.

La ville

Accoudé à la fenêtre de ma chambre, j'ai une vue imprenable sur le jardin qu’entourent les hôtels. Il y a 3 objectifs politiques placardés par la mairie de Vienne. C’est une sorte d’encouragement pour les hôtels restaurant qui bordent le jardin. Du coup, je comprends mieux pourquoi je suis au 4ème étage, y’en a un qui donne des points bonus à celui qui a plus de clients à cet étage, un autre pour celui qui a le plus de personnes dans une chambre jaune par exemple. J’entendais un employé l’autre jour dire que ces objectifs changeaient à chaque fois qu’il recommençait à venir travailler ici et que la mairie en avait pleins de différents en stock. Du coup, si je reviens une prochaine fois, je serai peut-être traité différemment. Ces objectifs rapportent pas mal de points de prestige à celui qui les remplit en priorité, il n’y a que 3 places, avec des points décroissants, donc le 4ème larron se retrouve sans points.

En parlant de point, j’ai aussi eu l'occasion de discuter avec les cuistos qui me disaient que s’il restait un client dans le restaurant à la fin de la saison et que sa commande était incomplète, l’hôtel perdait 5 points de prestige. Pas mal de pression sur leurs épaules et celles du maitre d’hôtel pour satisfaire la clientèle.
 
 
En tout cas voilà, les vacances sont finies. De retour devant mon écran, je vais certainement aller faire un tour sur tripadvisor pour donner 4,5 points à cet hôtel assez original, plutôt complexe et qui donne envie de revenir car on y est traité différement à chaque fois. Cette boite me parait trop sous-cotée d’ailleurs.
Comment ? On ne donne pas de note, même pas un macaron ? Je vais mettre un beau strudel bien gras alors !
Rechercher sur Factornews