Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
 
ARTICLE

[Popcorn] Warcraft : La critique dont vous êtes le Héros

Fougère par Fougère,  email  @JeSuisUneFouger
Vous vous demandez si voir Warcraft : Le commencement vaut le coup. Sans déchaîner les passions, les critiques à propos du film disent un peu tout et son contraire. Heureusement, Factor est là.
Si vous ne connaissez pas l'univers du film, allez en 1 et sortez de la caverne où vous hibernez depuis 20 ans. Si vous avez joué à WoW ou Warcraft et que vous hurlez devant le stream de la Blizzcon quand Chris Metsen gueule "FOR THE HORDE", allez en 2. Si vous connaissez mieux l'histoire d'Azeroth que l'histoire de France, y compris l'arbre généalogique de Thrall sur les 20 dernières générations, allez en 3.
1. Si vous ne connaissez pas l'univers, le film Warcraft doit vous sembler assez générique. C'est de la fantasy tout ce qu'il y'a de plus normale, avec un univers qui donne l'impression d'être vaste. Impression renforcée par le montage un poil frénétique qui est en vigueur durant la majorité du film, où on passe d'un endroit à l'autre rapidement. Le scénario est également assez connu, avec ce qu'il faut de moments de gloire, de trahisons et de romance naissante. Si vous faites un tour sur Google pour en savoir plus sur l'univers après la séance, rendez-vous en 4, si vous aimez les feux d'artifices, rendez-vous en 5.

2. Le film Warcraft a été pensé pour vous. Attention, je ne dis pas qu'il a été réalisé pour les joueurs qui connaissent l'univers, car il faut bien attirer le grand public, mais la production a clairement fait un effort pour intégrer un maximum de références dans le film. Que ce soit au niveau de la magie, des lieux ou des personnages, le film fait du pied à tous les fanboys de Blizzard. Et ça fonctionne, car à défaut d'être toujours exactes, ces références sont plaisantes à voir sur un grand écran. Si vous parlez allemand en seconde langue, allez en 6, sinon allez en 4.

3. Je vous le dit tout de suite, le film ne respecte pas le lore de Warcraft. La qualité de la modélisation d'Azeroth vous transportera de joie, mais le scénario et le lore décrit dans le film ne correspondront pas à votre vision de l'univers, qu'on imaginait un peu plus sombre et violent, surtout à cette époque de l’Histoire. Vous ne pouvez vous empêcher de remarquer des petits détails gênants, et allez en 4.



4. Une fois le choc devant la modélisation de l'univers passé, vous remarquerez des tonnes de petites différences avec l'image que vous vous en faisiez. Tout a été fait avec la bénédiction de Blizzard, et cela reste mineur pour ce qui est du visuel, mais de plus grandes modifications ont été faites sur le déroulement des événements de la première guerre. Si la qualité visuelle de l'adaptation est extraordinaire, l'adaptation des événements est plutôt du niveau "C'est pas comme dans le bouquin". Si vous êtes fan de Hulk, allez en 7, si vous préférez Docteur Banner, allez en 8.

5. Une mention spéciale pour la magie, qui est vraiment très bien exploitée tout au long du film. C'est surement un des aspects de l'univers qui est le moins flagrant dans le jeu, mais la magie est présente littéralement partout dans Warcraft, dans des formes infiniment variées. Cette omniprésence est très bien rendue dans le film, en plus d'une modélisation particulièrement soignée et spectaculaire, à tel point que la menace que représente les Orcs est parfois éclipsée par celle de la magie gangrénée (le Fel en VO). Si Gul’Dan est votre modèle dans la vie, rendez-vous en 7, sinon allez en 6.

6. Un des points noir du film, c'est son utilisation des langues que parlent les différents protagonistes. C'est bien connu, les Humains et les Orcs ne peuvent communiquer (surtout à ce moment-là de l'histoire) parce qu'ils ne parlent pas la même langue. On entend ponctuellement les Orcs utiliser leur dialecte pour discuter entre eux et une scène du film oblige Garona à jouer les traductrices. Sauf que dans cette même scène, les Orcs et les Humains parlent anglais, dépendamment du placement de la caméra. C'est très déstabilisant, tant on a l'impression que les Orcs parlent anglais quand ça leur chante. Vous êtes confus et vous rendez à la conclusion.



7. Que ce soit au niveau de l'image ou des personnages, les Orcs sont clairement les stars du film. La technique de modélisation des personnages rend quelque chose de superbe, une image à la hauteur du mythe. Le casting présent se permet d'aligner quelque uns des Orcs les plus connus de Warcraft (Durotan, Orgrim, Garona ou Gul'Dan), ce qui fera plaisir à tous les fans de la Horde. Mais le choix d'utiliser de vrais humains pour incarner leurs adversaires devient catastrophique dès qu'il s'agit de les faire se battre. Tous les combats opposants des Orcs en images de synthèse à des Humains de chair et d'os ont l'air étrange, pas un seul ne sonne juste. Vous êtes enthousiaste et vous rendez à la conclusion.

8. De leur côté, les humains ne s'en tirent pas trop mal. Une mention spéciale pour Kadghar, qui est vraiment le personnage le plus intéressant du film. Cependant, et malgré des costumes et accessoires qui sont de toute beauté, la présence d'acteurs de chair et de sang fait tâche dans le film. On se demande vraiment pourquoi les producteurs ont décidé de ne pas appliquer le même traitement aux acteurs humains qu'à ceux qui jouent les orcs. Le résultat n'est pas moche, mais donne un sentiment d'inachevé très désagréable. Vous êtes déçu et vous rendez à la conclusion.
Warcraft n'est pas le petit miracle qui donnera ses lettres de noblesses à l'adaptation de jeu vidéo, mais il dispose de qualités qui le mettent un peu au-dessus de la mêlée. Il aurait pu être bien meilleur si quelques erreurs grossières n'avaient pas été commies. On sort frustré de la projection, mais on espère que le prochain saura corriger ces défauts, car comme l'indique le titre, tout ça n'est que le commencement.
Rechercher sur Factornews