Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
ARTICLE

Nintendo 3DS : le gros dossier

Joule par Joule,  email  @j0ule  
Cela fait maintenant une bonne semaine que la 3DS est arrivée chez Factornews, et quelques jours que l’on peut tester ses premiers jeux (Super Street Fighter IV 3D Edition et Nintendogs + Cats, en l’occurrence, et Super Monkey Ball 3D devrait arriver prochainement). Mais donc avant de parler en détail des jeux que l’on possède, il était temps de s’exprimer sur la console en elle-même, ses nouveautés, les surprises qu’elle recèle et sur son lineup en général.


“La 3D sans lunette”. À peine a-t-on la console en mains que l’on veut tout de suite se mesurer au slogan de la machine. Force est de constater que l’effet de profondeur est très bien rendu, plus d’ailleurs dans les jeux que sur les menus de la console. Les menus et combats de Super Street Fighter IV 3D Edition sont un excellent exemple de la technologie bien utilisée : suffisamment bluffant sans être tape-à-l’oeil. Par contre, le gros inconvénient, c’est qu’il faut rester bien en face de l’écran du haut, dans un certain axe, et demeurer le plus immobile possible sous peine de se flinguer les yeux. Ceux qui aiment jouer dans des endroits un peu remuants comme le bus ou la centrale de Fukushima risquent de ne pas apprécier. Cela ferme la porte à certaines possibilités pour les développeurs d’inclure du mouvement en plus de la 3D : ceux qui ont testé Super Monkey Ball 3D en inclinant la machine pleurent encore des larmes de sang.

Toutefois, lorsque vous êtes dans un endroit peu adéquat, que vous voulez vous reposer les yeux ou que vous souhaitez jouer à un jeu qui force à bouger la console, une réglette salvatrice permet de désactiver l’effet, pour se retrouver avec un bon écran 2D des familles. Cette réglette fait d’ailleurs un peu cheap comparé au reste des éléments de la console, plutôt classieux et robustes. La croix est de bonne facture, tandis que le stick analogique est ce qui manquait réellement à sa grande sœur. Le pack de départ inclus la 3DS, son stylet télescopique, une carte SD de 2Go pour stocker ses photos et plus tard ses jeux, une station de recharge, un bloc d’alim, six cartes pour jouer aux jeux de réalité augmentée et des pavés de documentation. Deux caméras externes permettent de photographier en 3D, tandis qu’une interne permet de prendre sa trogne en photo. Deux coloris sont disponibles pour la sortie européenne : noir cosmos et bleu lagon. C’est cette dernière que nous avons, et disons que l’on pense que la noire doit être plus jolie.




Du côté technique, certains jeux en jettent pas mal. Les deux versions finales que l’on a font bonne impression, notamment SSF4 qui tabasse bien en 3D, sans mauvais jeu de mot. On attend avec hâte la première mise à jour de la console qui ajoutera le Nintendo eShop, en espérant que la scène indé s’intéresse à cette machine qui tend les bras à de nouveaux concepts de jeux. Réalité augmentée, 3D, connectivité, et toujours le tactile avec double écran, les outils sont là. Par contre, tout cela a un prix : selon les différents tests et nos premières utilisations, l'autonomie de la batterie dépasse rarement et difficilement les trois heures (en condition de jeu, avec 3D et Wifi activés).
Rechercher sur Factornews