Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
ARTICLE

[Indécouverte] Sunless Sea

narc par narc,  email
 
Le choc fit trembler mes os humides, et la mèche de ma lampe s’éteignit au rythme du vent, rejeté par la porte branlante de la capitainerie. Le vaste et ténébreux manoir d’Hunters Keep se dressait tel un épouvantail à l’orée de l’embarcadère. J’allais devoir faire preuve de tact et finesse pour découvrir l’histoire et les secrets de la fratrie qui vivaient terrés sur cet îlot. Chacune des trois soeurs possédaient une parcelle de ce mystère que je pourrais certainement revendre un bon prix; cette mer sans soleil en possédant tant.

Si vous avez choisi de faire le tour du manoir, rendez-vous page 162

Dès l’écran titre de Sunless Sea, commence à se construire l’ambiance si particulière et profonde qui va nous accompagner durant toutes nos parties. Le titre des londoniens de Failbetter Games, arrivé en early access sur Steam début juillet, est un croisement entre FTL , Don’t starve et “les livres dont vous êtes le héros”, le tout mâtiné de steampunk, Lovecraft et Jules Verne. Cependant, il est important de noter que Sunless Sea est avant tout un écrin, pour mettre en évidence le StoryNexus Engine que les développeurs avaient conçus pour leur précédente itération, Fallen London. Ce moteur va créer à partir d’un lore plutôt riche et d’un squelette narratif fixe, la chair et la peau du récit de façon procédurale. Chaque partie nous apporte non seulement une carte aléatoire, mais surtout des histoires nouvelles, avec embranchements multiples, le tout faisant un assemblage dodu, et sans cicatrice disgracieuse.



Si l’exploration est notre but, la recomposition des différentes histoires, arcs et secrets, sera notre objectif pour avancer ou plutôt ne pas mourir violemment. Sunless Sea est une expérience littéraire nichée dans des mécaniques de jeu assez classiques, mais très bien intégrées. Chaque partie commencera par une création de personnage, classique dans sa forme, mais surprenante sur le fond. Nous pourrons ainsi incarner un philosophe, un poète, un prêtre ou encore un ancien combattant de la guerre de 68. Chaque “classe” possède ses traits et bonus particuliers, mais construit également la face roleplay du titre. Prendrez-vous la mer pour écrire le livre de référence sur ce monde fait de ténèbres, ou chercherez-vous l’argent qui vous permettra de dépasser votre condition sociale? Voulez-vous que l’on vous appelle “Sir”, “My Lord”, ou “citizen” pour montrer votre engagement égalitariste ? Les éléments influençant le gameplay et les autres construisant l’histoire se mêlent parfaitement pour vous permettre d’entrer pleinement dans la peau de votre personnage.

Au milieu des ténèbres personne ne vous entendra mourir

Une fois la création de notre personnage effectuée, la partie démarre avec notre petit rafiot amarré au quai de Fallen London. Notre premier objectif sera de visiter les lieux alentours pour découvrir des informations sur ses populations et cartographier les lieux. Sunless sea s’affiche en vue de haut sur une sorte de carte en 2D, mélangeant l’aspect télescopique d’un Google Earth avec des textures dessinées à la main, le tout baigné dans des ténèbres verdâtres et un environnement sonore hypnotique. Ces choix de character design sont particulièrement tranchés, ne plairont certainement pas à tout le monde, mais pour ma part j’ai été fasciné par le résultat obtenu, l’audace pour dessiner ce monde, et la cohérence avec les propos décrits dans les nombreux textes qui jalonneront notre aventure. La partie graphique est selon moi, après la création aléatoire de l’histoire, la deuxième grande réussite de Sunless Sea.

On peut braver les lois humaines mais non résister aux lois de la nature

Les mécaniques de progression sont elles, beaucoup plus classiques. On est proche d’un FTL pour la partie exploration mais moins guerrier dans la finalité, et d’un Don’t Starve pour la partie survie mais sans craft. Sunless Sea emprunte également à ces deux illustres représentants de la scène indé une difficulté impitoyable, parfois surlignée par des résultats d’actions ou choix difficiles à anticiper, et des combats parfois aléatoires dans leur déroulement. Il existe aussi toute une partie commerce, mais cela m’a semblé sans grand intérêt pour l’instant. Pour le reste des choix de game design, Failbetter Games a repris un système de combat au tour par tour classique, mais un peu obscur sur certains aspects et une permadeath désactivable, même si le titre est pensé comme un rogue like dans sa progression. On rencontrera également de nombreuses créatures ou navires béliqueux sur notre route, et on devra gérer nos ressources, carburant ou vivres sous peine de devoir s’adonner au cannibalisme ou finir dévoré par un crabe géant.

Sunless sea est indéniablement un grand jeu en devenir, peut-être même un très grand jeu. L’audace de sa réalisation, le parti pris radical de sa narration, son moteur procédural d’histoire, et sa couche rogue like/exploration, m’ont complètement absorbé. Le titre est par ailleurs dense, sachant que je n’ai pas abordé en détails certains aspects du titre, notamment son bestiaire, sa partie militaire ou les implications des choix. Un point cependant rendra le titre un peu difficile d’accès: son anglais. Le jeu n’est pas traduit et l’équipe de Failbetter Games a précisé qu’il leur sera impossible de traduire le jeu vu la complexité et le nombre de textes qu’il comporte. Un (très) bon niveau d’anglais me semble nécessaire pour se lancer dans l’aventure, sous peine de passer à côté de l’essentiel de ce titre, qui est l’un de mes coups de coeur de l’année.
Rechercher sur Factornews