Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
TEST

The Chronicles of Riddick : Escape from Butcher Bay

Zaza le Nounours par Zaza le Nounours,  email  @ZazaLeNounours
Lorsqu'on n'y prête pas trop attention, The Chronicles of Riddick : Escape from Butcher Bay - Developer's Cut ne fait pas forcément envie : les jeux basés sur une licence cinématographique, on sait ce que ça vaut, à savoir pas grand-chose. Quand de plus la licence en question est celle d'un petit film de série Z starring Vin Diesel, acteur plus célèbre pour son imposante musculature que pour son interprétation de rôles à haute teneur en psychologie, on a de quoi avoir peur. Et quand enfin on sait que le jeu est un transfuge de la Xbox, toutes les raisons sont bonnes pour prendre direct les CD et jouer au frisbee avec, ou s'en faire de jolis sous-bocks, sans autre forme de procès. Et pourtant. Pourtant ce Chronicles of Riddick : Escape from Butcher Bay - Developer's Cut (on ne s'en lasse pas) est tout simplement la preuve que les bonnes surprises, et même les excellentes, ça existe encore.

Attention : article sans supers jeux de mots sur Vin Diesel



Commençons par un petit historique du personnage de Riddick, apparu pour la première fois en 2000 dans Pitch Black, petit film de SF horrifique sans prétention mais rigolo et plutôt original. Vin Diesel y incarne Richard B. Riddick, une vraie ordure affreusement antipathique, individualiste et ultra-violente, mais dotée d'un pouvoir assez spécial sur lequel ses compagnons d'infortune vont malheureusement (pour eux) devoir compter pour se sortir en vie de la planète infestée d'aliens sur laquelle ils ont échoué. Suite au succès rencontré par le film, il est venu à l'idée de l'acteur de développer un véritable univers autour de Riddick. Une suite (The Chronicles of Riddick) a donc vu le jour l'été dernier, ainsi qu'un petit film d'animation (Dark Fury), situé chronologiquement entre les deux longs métrages. Quant au jeu qui nous intéresse aujourd'hui, il s'agit d'une préquelle à Pitch Black. Voilà pour le contexte.

Pour ce qui est du scénario du jeu, il prend donc place avant les événements de Pitch Black. Riddick a été capturé par Johns, le chasseur de primes interprété par Cole Hauser dans le film, et se retrouve transféré à Butcher Bay, une prison de haute sécurité à côté de laquelle Alcatraz ferait figure de Disneyland galactique. Riddick supportant assez mal le milieu carcéral et les ramassages de savonnettes sous la douche, notre chauve musculeux va donc tout mettre en oeuvre pour s'évader le plus rapidement possible de cette taule.



Un moteur qui monte haut dans les tours



Bien évidemment, la première chose qui frappe lorsqu'on lance TCoR:EfBB-DC (parce qu'on s'en lasse un peu en fait), ce sont bien évidemment les superbes graphismes du jeu, tout simplement au niveau d'un Doom III pour ce qui est de la technique pure et dure : models de persos normal-mappés à outrance, éclairages dynamiques de partout et, petit plus par rapport au bébé de Carmack, des soft shadows qui vont bien si vous avez la carte graphique de nanti nécessaire.

Bien sûr, un bon moteur ne fait pas tout, et il faut reconnaître que les artistes ont su exploiter cette débauche de technologie à la perfection : les superbes personnages semblent vivants, ceci autant grâce à leur modélisation qu'à leurs animations, et les décors, tout en tons ocres/rouille/crado, sont vraiment très détaillés et très bien architecturés. L'ambiance prison du futur est ainsi presque palpable, d'autant plus qu'aucun hud ne vient empiéter sur l'écran : les munitions restantes se lisent directement sur les armes, et les quelques petits carrés blancs symbolisant la barre de vie n'apparaissent que lors des combats. Cerise sur le gâteau, Vin Diesel et Cole Hauser ont prêté leurs traits et leur organe (vocal, évidemment) au jeu : la ressemblance est réellement frappante et ajoute encore à l'atmosphère. Dans cette débauche visuelle, seules les textures un peu baveuses feront parfois un peu tache, et encore. Enfin, les joueurs lassés de diriger une caméra flottante dans les FPS seront ravis d'apprendre que l'on peut voir ses pieds et ses épaules, et ça, c'est vraiment un signe qui ne trompe pas quant à la qualité du jeu.



Un gameplay sans plomb



Contrairement à ce que certains aigris reprochent à Doom III, TCoR:EfBB-DC n'oublie pas de proposer un gameplay digne de ce nom riche en petites originalités. Ainsi, et c'est plutôt pas banal pour un jeu catalogué FPS, les phases de shoot sont au final assez rares. Riddick est dans une prison, et dans le futur comme aujourd'hui, le port d'arme par les détenus n'est pas autorisé. De plus, les flingues des matons sont protégés par un vérificateur d'ADN, et si un quidam non-connu de la base de données de Butcher Bay s'enhardissait à vouloir prendre en main une pétoire, une décharge électrique capable d'assommer un taureau le rappellerait bien vite à l'ordre. Riddick va donc devoir dans la plupart des cas se servir de la seule arme qu'il possèdera en permanence au sein de la prison : ses poings. Les combats à mains nues sont en effet légion, et s'avèrent simples mais efficaces : clic gauche plus une direction pour frapper, clic droit pour parer, et en avant la musique. Toutefois, notre anti-héros mettra bien vite la main sur des armes blanches plus ou moins artisanales, comme des tournevis, des scalpels, et autres bouts de ferraille contondants, bien utiles pour en découdre avec la racaille résidant à Butcher Bay.

Celà dit, les armes à feu ne sont pas non plus complètement absentes, et Riddick arrivera bien vite à feinter le système de sécurité. S'en suivront alors moult carnages au sein de la matonnerie, ou contre d'autres ennemis un peu plus undergrounds (et à poil) ou alienoïdes. Plutôt amusantes, ces phases de de tir s'avèrent bien dynamiques, du fait de la faible résistance de Riddick (eh, un débardeur noir, c'est pas aussi résistant que du kevlar) et de l'aggressivité des gardes de la prison. Aggressivité malheureusement entachée par une IA parfois assez légère qui vous perdra de vue dès que vous quittez la pièce. Dommage, mais pas dramatique non plus. Quelques phases de bourrinage pur et dur, aux commandes de robots armés pratiquement indestructibles viendront ponctuer le jeu en faisant office de défouloir bienvenu.

Les phases armées sont cependant peu nombreuses, et ne s'avèrent pas être les plus amusantes. Il est bien plus jouissif d'éteindre toutes les lumières, de se faufiler dans l'ombre en y voyant comme en plein jour grâce au pouvoir de vision nocturne que Riddick récupère en cours d'aventure, et de briser discrètement la nuque du malheureux garde apeuré. Si l'approche discrète venait à échouer, n'hésitez pas à rusher sur le garde et à retourner son flingue contre lui pour repeindre les murs au jus de cervelle, assorti du petit bruit flasque qui va bien.

D'autres phases davantage axées "aventure" s'insèrent également dans le jeu. Elles consistent à discuter avec certains taulards ou matons, et à accomplir quelques missions pour eux, en échange d'armes, de fric ou de paquets de cigarettes (ces derniers débloquant des bonus comme des artworks ou un making-of). Si certaines sont facultatives, la plupart feront en revanche avancer le scénario.



Un petit goût de bouchon



Après cette avalanche d'éloges, il est temps de passer aux critiques. Enfin, à LA critique, plutôt : la durée de vie. Défaut de plus en plus récurrent, TCoR:EfBB-DC ne vous tiendra en haleine que durant sept ou huit heures grand maximum. Des heures certes bien remplies et variées, mais cette variété fait qu'on ne s'ennuie jamais, et le jeu semble du coup encore plus court. De plus, aucun mode multijoueurs n'étant disponible, il ne faudra pas non plus compter augmenter la durée de vie de ce côté-là. Terminer l'aventure une première fois débloquera un mode "commentaire", permettant de la rejouer en découvrant de-ci de-là des indications sur le développement du jeu ou des petites anecdotes de la part des développeurs. Une bien bonne initiative, déjà présente sur de nombreux films en DVD, et que l'on aimerait retrouver plus souvent dans les jeux.

Pourvu d'une plastique irréprochable et d'un gameplay varié, ce Chronicles of Riddick : Escape from Butcher Bay - Developer's Cut qu'on n'avait pas vu venir jusqu'à sa sortie sur Xbox l'été dernier séduit, et ce malgré une durée de vie ridiculement courte (notez l'absence de jeu de mots facile). Les fans de FPS auraient tort de passer à côté de cette petite perle, véritable première bonne surprise de l'année.

SCREENSHOTS

 

Commentaires

Masquer les commentaires lus.
Vous devez être connecté pour pouvoir participer à la discussion.
Cliquez ici pour vous connecter ou vous inscrire.
Soutenez Factornews.com

Tribune

_Kame_
(00h35) _Kame_ C'est cool pour le côté défi, mais on parle de planètes et satellites un tout petit peu hostile à l'humain. Je serai plus content quand on annoncera qu'on a inventé un nouveau mode de propulsion.
MrPapillon
(00h26) MrPapillon Et ça fera une excuse de plus à Yotleotl de dire qu'ils sont financés par des fonds publics américains.
MrPapillon
(00h26) MrPapillon C'est aussi bon pour les scientifiques, surtout que ça coûtera pas cher relativement.
MrPapillon
(00h26) MrPapillon Kame> Elon Musk souhaite établir une autoroute vers Mars. Donc tout client est le bienvenu. Minage ou pas. Scientifiques ou pas. Il faut pas oublier, c'est que leur fusée peut aller aussi sur Europa ou plein d'autres destinations.
MrPapillon
(00h24) MrPapillon Et le minage d'astéroïdes, c'est Larry Page à titre personnel, pas Google.
MrPapillon
(00h24) MrPapillon CBL > Euh, SpaceX c'est aussi les satellites en orbite basse et en géo.
_Kame_
(00h24) _Kame_ Ouaip, ramener des minerais. Même si je souhaite qu'ils réussissent, j'ai pas la sensation qu'envoyer 100 personnes sur Mars, ça soit vachement utile.
CBL
(00h15) CBL Mas étant remplie de flotte, la planète va devenir une station service pour les drones miniers
CBL
(00h15) CBL Mars est "à deux pas" de la ceinture d'astéroides
CBL
(00h14) CBL Le meme Google qui veut se lancer dans l'exploration minière d'astéroides
CBL
(00h13) CBL L'actionnaire majoritaire de SpaceX, c'est Google
mardi 27 septembre 2016
_Kame_
(23h59) _Kame_ Tout ça pour aller se faire chier sur une planète désertique. (ahah).
MrPapillon
(23h43) MrPapillon Mais toute la conf' regorge de détails techniques, et c'est encore plus épique que juste avec les détails de cette vidéo.
MrPapillon
(23h42) MrPapillon La vidéo qui résume : [youtube.com]
MrPapillon
(23h42) MrPapillon L
MrPapillon
(23h30) MrPapillon Jusqu'à présent, SpaceX n'a annoncé que le transport. Le reste sera sûrement fait entièrement ou en coopération avec d'autres organismes/entreprises. J'imagine que même une grande partie de l'intérieur du vaisseau (MCT) sera conçu par le client.
MrPapillon
(23h28) MrPapillon Si on devait réduire au plus petit dénominateur commun, on ne serait jamais allés sur la Lune, et on aurait jamais rien fait d'ailleurs.
MrPapillon
(23h28) MrPapillon Yolteotl > Mais on s'en fout de facile ou pas. Ce qui est intéressant c'est s'ils vont y arriver ou pas.
Yolteotl
(23h23) Yolteotl "Facile" quand on a accès à un marché interne qui permet de le financer de façon incomparable à ce qu'on retrouve en Europe ou n'importe où ailleurs sur la planète. Je te laisse volontiers aller sur Mars en premier en tout cas :)
MrPapillon
(23h15) MrPapillon Et en seulement 10 ans, c'est les premiers à avoir un plan de baisse des coûts cohérent. Alors que ça fait depuis 60 ans qu'on envoie des trucs dans l'espace.
MrPapillon
(23h14) MrPapillon Et bien sûr on parle encore une fois des contrats avec la Nasa, alors qu'ils sont soumis à des appels d'offre, et que toutes les autres boîtes de la planète ont des contrats avec le public.
MrPapillon
(23h13) MrPapillon ULA continue à utiliser les mêmes éternels lanceurs.
MrPapillon
(23h13) MrPapillon Et Ariane n'a annoncé Ariane 6 que parce que ça bougeait à côté.
MrPapillon
(23h13) MrPapillon Et on parle de casser les prix pour financer la R&D. Mais Roscosmos fait plus vraiment de R&D.
MrPapillon
(23h11) MrPapillon Et les contrats de la Nasa sont plus complexes qu'un simple lancer de satellite.
MrPapillon
(23h11) MrPapillon Yolteotl > Les contrats de la Nasa sont sur plusieurs lancements, pas qu'un seul.
MrPapillon
(23h10) MrPapillon Ils ont fait des procès pour simplement avoir le "droit" de participer aux appels d'offre sur l'armement. Ils viennent d'obtenir leur premier contrat dessus à force, il y avait beaucoup trop de magouilles entre ULA et l'armée avant.
Yolteotl
(23h10) Yolteotl MrPapillon > c'est la que je dis que tu te plantes, ils ne coutent pas 80 millions, le cout est plus élevé, pas le double mais pas loin. C'est grace aux contrats gouvernementaux que SpaceX casse les prix et laisse miroiter un prix si bas.
MrPapillon
(23h10) MrPapillon Oui, mais les contrats d'armement c'est pas SpaceX.
MrPapillon
(23h09) MrPapillon Un satellite en orbite par SpaceX coûte moins cher que chez les concurrents.
Yolteotl
(23h09) Yolteotl Dans une certaine boite que je connais assez bien, les commerciaux ont "enfin" réussi à décrocher un contrat d'équipement pour l'armée américaine. Quand la France commande le dit équipement en 5 exemplaires, les USA c'est 100/200/300.
MrPapillon
(23h09) MrPapillon Un satellite en orbite par SpaceX coûte 80 millions de $. On fait des satellites à des milliards de $.
MrPapillon
(23h08) MrPapillon Yolteotl > La plupart des gouvernements des pays industrialisés peuvent financer des fusées SpaceX.
MrPapillon
(23h08) MrPapillon La Nasa n'est pas un organisme qui ne développe qu'en interne, c'est un organisme qui sous-traite beaucoup.
Yolteotl
(23h07) Yolteotl MrPapillon > "C'est pareil pour les autres pays", c'est que tu n'as pas vraiment conscience des effets d'échelle que ça représente. Aucun autre gouvernement de la planète ne peut financer comme le font les USA.
MrPapillon
(23h07) MrPapillon Les principaux concurrents actuels de SpaceX, c'est BlueOrigin, ULA, Roscosmos, Ariane. Tous principalement financés par des fonds publics.
MrPapillon
(23h06) MrPapillon Ariane vient de commencer à peine à entrevoir des plans de réutilisation des lanceurs, comme le font aussi les russes et ULA. Tout ça depuis que SpaceX a montré des succès dedans.
MrPapillon
(23h06) MrPapillon Ariane n'a pas de plan de colonisation de Mars en urgence.
MrPapillon
(23h05) MrPapillon D'ailleurs il y a eu des procès par SpaceX pour ça.
MrPapillon
(23h05) MrPapillon Faut pas oublier que les autres lanceurs américains sont encore plus soutenus par le gouvernement que SpaceX.
MrPapillon
(23h04) MrPapillon Et pour les autres boîtes aux US.
Yolteotl
(23h04) Yolteotl des lanceurs aux autres compagnies. Ils ne sont pas spécialement plus ambitieux ou doués que les gars de l'Agence Spatiale Européenne qui ont bien moins de fonds derrière
MrPapillon
(23h04) MrPapillon Oui et c'est pareil pour les autres pays.
Yolteotl
(23h03) Yolteotl MrPapillon > Comme je le disais, ils gagnent des clients parce que la concurrence est faussée. La NASA et le gouvernement américain souhaitaient avoir une compagnie américaine avec des contrats si importants qu'ils peuvent se permettre de vendre à perte
MrPapillon
(23h00) MrPapillon Mais là on parle de SpaceX sinon, c'est vraiment être de mauvaise foi de nier leur succès. Plein de clients s'ajoutent à leur carnet.
MrPapillon
(22h58) MrPapillon Yolteotl > Oui ça a été racheté récemment.
MrPapillon
(22h57) MrPapillon (Tesla n'a pas besoin de gagner de l'argent à ce stage aussi. Ils ont besoin de grandir le plus vite possible et de devancer tous les constructeurs établis).
Yolteotl
(22h57) Yolteotl [bloomberg.com]
Yolteotl
(22h56) Yolteotl [fr.wikipedia.org] " L'idée de ce projet a été suggérée par leur cousin Elon Musk, qui a aidé à la création de la société et en est devenu président."
MrPapillon
(22h56) MrPapillon Il faut pas oublier que SpaceX envoie régulièrement des capsules sur l'ISS.
MrPapillon
(22h55) MrPapillon (sauf si on remonte aux premiers falcons des débuts de SpaceX)
MrPapillon
(22h55) MrPapillon Les deux derniers gros foirages sont dus à des anomalies sur le tank du deuxième étage. Il semble qu'il y ait une faiblesse à endroit particulier par là-bas et ils vont y remédier. Le reste n'est que succès.
MrPapillon
(22h53) MrPapillon Sachant qu'ils ont commencé il y a dix ans et qu'ils ont devancé les autres sur les technos du futur, alors que les autres tablent sur des technos vieilles de plus de 50 ans.
MrPapillon
(22h52) MrPapillon Actuellement, malgré les derniers foirages, ils ont un taux de réussite tout à fait satisfaisant, à plus de 92-93% je crois.
MrPapillon
(22h52) MrPapillon SpaceX a réussi largement plus de fois qu'ils ont eu d'échecs.
MrPapillon
(22h51) MrPapillon SolarCity n'est pas dirigé par Elon Musk.
MrPapillon
(22h51) MrPapillon Yolteotl > Non, la Nasa est cliente.
Yolteotl
(22h46) Yolteotl C'est bien que Ellon Musk soit ambitieux, mais SolarCity est un échec, Tesla ne dégage toujours pas de bénéfice (et n'en dégagera pas avant plusieurs années), et SpaceX s'est vautré plus de fois qu'ils n'ont réussi pour l'instant.
Yolteotl
(22h44) Yolteotl c'est ça qui leur permet de casser les prix à l'international, ils vendent à perte parce qu'ils ont des contrats nationaux monstrueusement élevés amortissant le coup.
Yolteotl
(22h43) Yolteotl MrPapillon > "Financement privé", mwai, ils tirent leur cash des contrats avec la Nasa
MrPapillon
(22h29) MrPapillon Surtout que SpaceX a un financement privé et que la boîte est contrôlée par une idéologie forte et humaniste.
MrPapillon
(22h28) MrPapillon C'est un argument pour toi, pas pour moi. Il y a plein de boîtes qui fournissent de bons services partout. C'est pas évident d'écrire un bouquin cyberpunk où les entreprises sont cools et que ça fonctionne bien.
CBL
(22h26) CBL Cela n'a rien à voir avec le progres
MrPapillon
(22h25) MrPapillon Le truc, c'est que malgré les négativités, la qualité de vie des humains n'a fait que progresser au fil du temps.
MrPapillon
(22h23) MrPapillon Dans toute l'histoire de l'humanité, il y a eu des gens qui ont été contre le progrès avec ceci ou cela comme arguments. Et souvent ça a été dans le faux.
CBL
(22h22) CBL Pour l'instant
MrPapillon
(22h21) MrPapillon CBL > SpaceX ne fournit que le transport.
MrPapillon
(22h20) MrPapillon Vers la Lune, c'était 2 fois plus de radiations seulement (je viens de voir les chiffres).
MrCroa
(22h20) MrCroa Je pense que dans l'ISS le bouclier magnétique de la terre protège toujours
CBL
(22h19) CBL Et les gens applaudissent
CBL
(22h19) CBL Tous les romans cyberpunk prédisent que laisser la colonisation aux mains des entreprises est un désastre assuré
MrPapillon
(22h18) MrPapillon Certains restent plus d'un an dessus.
MrPapillon
(22h18) MrPapillon Et concernant les radiations, il y a des gens sur la station ISS aussi.
MrPapillon
(22h17) MrPapillon Bah les radiations qui viennent de partout sont plus faibles. Donc oui ça augmente un peu les probabs de cancer, mais la cigarette aussi.
MrCroa
(22h17) MrCroa et entourer la capsule d'eau, ça me paraît pas super pratique
MrCroa
(22h16) MrCroa Mais concernant l'eau apparemment, les radiations n'arrivent pas que d'un côté, du coup un bouclier d'eau tourné vers le soleil ne protégerait pas
MrPapillon
(22h14) MrPapillon Les radiations c'est pas hyper problématique. La quantité de radiations est pas énorme, sauf quand il y a des pics. Et l'eau protège très bien.
MrCroa
(22h12) MrCroa La question piège avec les radiations, pas évident. C'est clair qu'il y a pleins de trucs à gérer et faut se dire que les premiers à partir vont sûrement crever
MrPapillon
(22h11) MrPapillon Ah j'avais pas fait gaffe. Mais en général les français sont pessimistes, surtout face aux grands projets.
Alroc
(22h10) Alroc Y'a un truc qui est ouf d'ailleurs en france c'est a quel point les lignes médiatique sont anti Musk. ON sent les supports de PSA / Renault, Airbus a la presse française c'est assez ouf
Alroc
(22h09) Alroc Wow, "If you are prepared to die, ok, you can go" no joke :/
MrCroa
(22h09) MrCroa Des questions pas des dissertations !
Alroc
(22h08) Alroc MrPapillon >Dailleurs il s'est fait secher :p
Alroc
(22h08) Alroc MrCroa > Tesla / SolarCity / SpaceX / Hyperloop (dans une certaine mesure). Fiiou
MrPapillon
(22h07) MrPapillon Le mec bourré qui demande s'il y aura des toilettes sur Mars, ça fait redescendre le côté épique du truc.
MrCroa
(22h06) MrCroa Quand on voit la photo de 2002 où il danse avec des maracas, c'est fou le progrès déjà parcouru... xD
MrCroa
(22h05) MrCroa Je crois que ça doit être l'homme le plus ambitieux de toute l'histoire de l'humanité ^^
Alroc
(22h03) Alroc MrPapillon > Ce mec est fou, je l'adore !
MrPapillon
(21h58) MrPapillon Je me demande si avec le hype de dingue que ça va générer, il va pas arriver à atteindre 10% de la notoriété de Steve Jobs.
MrPapillon
(21h57) MrPapillon 10 milliards de personnes regardent les confs iPhones, cent personnes les confs SpaceX, mais là ça tue méchamment ce coup-ci.
MrPapillon
(21h46) MrPapillon Ah non j'ai mal entendu, c'était "The only reasons I accumulate assets, is to fund to make mankind a multi-planetary civilization".
MrPapillon
(21h45) MrPapillon "The only reason I accumulate assets, is to fund racist memes and shitposts".
MrPapillon
(21h23) MrPapillon Ça tue, on a l'impression de voir un truc de sf, mais ils ont prévu ça pour dans 9 ans.
MrPapillon
(21h07) MrPapillon On sent la pression dans sa voix. C'est peut-être une des confs les plus importantes de toute l'histoire de l'humanité.
MrPapillon
(21h04) MrPapillon Ouaip, y a Zubrin il paraît dans la salle. Un autre gars très bizarre mais très très convaincant. J'espère qu'il va dire des trucs.
Dks
(21h03) Dks MrPapillon > c'est bien ça ne fait pas vendeur de tapis sur le coup ^^
MrPapillon
(21h02) MrPapillon Ouf.
MrPapillon
(21h01) MrPapillon Bon là c'est revenu avec un truc plus familier : un discours ultra mal énoncé d'Elon Musk. On est en terrain connu.
MrPapillon
(21h00) MrPapillon "Zeu fondeur of SpaceSex"
MrPapillon
(21h00) MrPapillon Un gars du CNES, le pire accent que j'ai entendu de toutes mes vies.