Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
TEST

[Test à la bourre] The Evil Within

Nicaulas par Nicaulas,  email  @nicaulasfactor
 
Shinji Mikami est peut-être l’un des plus gros malentendus de ces dernières années. Depuis qu’il a quitté Capcom, l’éditeur est accusé d’avoir trahi l’esprit survival horror de Resident Evil pour en faire une licence d’action bas du front. Pourtant, c’est bel et bien Mikami qui avait amorcé le virage avec Resident Evil 4 et ses différents protos. Et ses créations n’ont depuis pas renoncé à une grosse part d’action, parfois bourrine. Lui-même revendique un équilibre entre fun immédiat spectaculaire et gameplay de fond plus exigeant. Quand The Evil Within est sorti après pas mal de péripéties, il a cependant été présenté comme un retour aux sources/le renouveau du « vrai » survival horror
On pourra toujours ergoter sur ce qu’est un « vrai » survival horror et s’interroger sur cette antiphrase qu’est le renouvellement par le retour aux sources. Ce serait accorder beaucoup trop de temps à ce qui n’est, au final, qu’un discours publicitaire. Mais au moins l’ambition est posée : rien que par son titre, The Evil Within se veut être un Resident Evil How it Should Be Edition.

Saw must go on

Mais avant tout, le jeu se veut gore. Empilement de cadavres, décors poisseux, mutilations, torture : toute l’esthétique du titre, ainsi que certaines phases de gameplay, fleurent bon le body horror mâtiné de torture porn. Prenons le risque de spoiler ce qui est de toute façon très rapidement évident pour qui a deux neurones : le scenario nous fait incarner le détective Sebastian Castellanos et tourne autour d’une expérience de conscience collective et de la plongée dans la psyché d’un psychopathe. A part l’introduction du jeu (et encore, c’est sujet à débat), tout se déroule donc dans un monde qui n’a pas vocation à être crédible et cohérent avec des règles préétablies, mais qui a l’élasticité et la folie de l’esprit humain. De fait, dans son scénario, dans son esthétique, dans ses variations de gameplay, Evil Within s’autorise beaucoup de choses et explore avec gourmandise de nombreuses pistes, allant à fond dans différents délires visuels.



Parfois, on est clairement dans la surenchère un peu épuisante. Surtout que, contrairement aux meilleures œuvres de body horror, Evil Within se complaît gratuitement dans ses effets les plus trash, sans particulièrement chercher à s’appuyer dessus pour développer un discours ou susciter d’autres réactions qu’un « beurk » chez le joueur. Heureusement, le jeu a le bon goût d’alterner rapidement les univers, et on évite de peu l’empilement de cadavres mutilés jusqu’à la nausée, notre attention étant détournée vers des décors différents. Et plus globalement, difficile de considérer qu’on est ailleurs que dans une grosse série Z horrifique nanardesque à souhait. Incarner un détective hanté par la mort de sa fille et la disparition de sa femme et qui doit se battre tout autant contre ses propres démons que contre ses ennemis, passe encore. Mais outre les punchlines douteuses débitées avec une conviction toute relative par les doubleurs, tous les rebondissements avec nos compagnons d’infortune frisent régulièrement le ridicule. On a l’impression de retrouver cette grosse cruche d’Ashley qui tombait dans tous les pièges en paniquant, photocopiée en multiples exemplaires légèrement différents.

Ctrl+C « RE4 » Ctrl+V « RE4 (2) »

Et ça n’est pas la seule ressemblance avec les Resident Evil, le 4 en particulier. Si on n’a pas tous les détails sur le développement chaotique du jeu, on ressort d’Evil Within avec la désagréable conviction que suite à un reboot tardif, Mikami s’est « contenté » de refaire une recette qu’il connaît bien et qui a fonctionné à merveille, il y a dix ans. On est donc ici dans un TPS avec caméra à l’épaule, d’où on peut se mettre en position de tir et shooter toute une tripotée d’ennemis aux caractéristiques particulières, et on évolue dans des niveaux fermés qu’on doit traverser en s’occupant de grappes d’ennemis et/ou de puzzles. On évolue successivement dans un village boueux, dans un manoir à double escalier, dans une église, dans un château au bord d’un lac, dans un laboratoire de la recherche du futur… on n’est pas vraiment dans un jeu à l’identité propre, mais plutôt invité à une soirée diapos dans le salon de Mikami. « Alors ça c’est la scène du pont de Resident Evil 4. Je l’aime bien, du coup je l’ai foutu là. Pareil pour la scène de la maison, je l’ai mise ici. Et là j’ai copié l’église et le village. Oh, et il y a un ennemi avec une tronçonneuse.»



Bien sûr, il y a des nouveautés et des subtilités. Visuellement, bien que le titre ait cinq grosses années de retard, il s’autorise beaucoup plus de choses dans la mise en scène, y compris lors de phases de jeu avec des décors évolutifs en fonction de l’avancée du joueur. Après avoir tweaké le FOV avec Flawless Widescreen, on se retrouve avec un personnage beaucoup plus maniable, qui peut strafer, s’accroupir ou encore se retourner facilement. Et il faut bien reconnaître qu’une fois affranchie des liens logiques entre les niveaux (puisqu’on est dans l’esprit humain, pas besoin de transition entre un laboratoire du futur et une église romane), la composition baroque d’Evil Within passe bien mieux que dans un Resident Evil qui, malgré tout, essaie de poser un background crédible et cohérent.



Dommage que tout ceci soit, au final, assez déplaisant à jouer. Le jeu part pourtant sur une base intéressante, puisque vous êtes armés de votre seul couteau. Il faut la jouer infiltration pour contourner les ennemis et les choper à la nuque, ou bien utiliser les pièges disposés à votre attention dans le décor pour les retourner contre eux. Tant qu’on tweake le jeu avec Flawless Widescreen (oui, j’insiste), c’est jouable et pas trop mal foutu. On s’imagine même devoir gérer ses ressources au poil de cul et ne les utiliser que quand c’est nécessaire. Sauf qu’ensuite (à partir du chapitre 5, à peu près), on repart sur du Resident Evil 4 nettement plus pan pan boum boum avec ressources à foison, et une succession de toutes petites phases de jeu ludiquement déconnectées les unes des autres. Ce n’est pas tout à fait comme ça qu’on imaginait l’équilibre entre l’exigence du survival horror et l’action d’un shooter. D’autant moins que sur un jeu relativement court (quinze chapitres et autant d’heures), il aurait mieux valu travailler à fond un ou deux types de gameplay et abandonner les autres. Après un chapitre final qui s’apparente à un bordel grandguignolesque, on est plutôt heureux d’en avoir enfin fini avec ce jeu qui ne sait jamais vraiment à quel saint se vouer, multipliant les tentatives de gameplay inabouties, et se rabattant finalement sur un… bah sur un jeu d’action bas du front, en fait. La boucle est bouclée.
 

Commentaires

Masquer les commentaires lus.
vasquaal
 
Je suis d'accord sur certaines de ses imperfections. Par contre, j'ai trouvé le jeu jouissif et assez dur. Et ça faisait plaisir après tant de jeux trop simplifiés. J'ai adoré cette tension permanente et la capacité de TEW à ne pas laisser le joueur se reposer un seul moment ou presque. Chaque niveau est différent, et au contraire, par un système de jeu reposant sur l'utilisation du décors à notre avantage associé à un nombre d'armes limité avec munitions limitées, je l'ai trouvé plus que satisfaisant.

Alors certes, ce n'est pas hyper novateur, d'autres jeux moins audacieux ont été moins emmerdé pour ça, mais cela reste un titre classique mais toujours intéressant à jouer. Après, faut pas s'étonner d'y voir un best of Shinji Mikami.
spook
 
Je veux un dossier sur Flawless Widerscreen maintenant. :)
Nicaulas
 
@vasquaal : j'avais fait ce constat aussi au départ, mais c'est valable uniquement pour les premiers niveaux. Après, j'avais été tellement prudent que je n'avais quasiment rien utilisé comme ressource et j'ai pu spammer les ennemis dans les passages difficiles (genre tenir à distance le mec avec une boîte sur la tête, ou la femme araignée). Et ça part vraiment trop dans tous les sens à partir du moment où on retrouve Joseph.

@spook : demande à Max, c'est lui qui m'a conseillé d'installer ça quand j'ai récup la version de test.
M0rb
 
Cette histoire de Ruvik/Mikami, c'est une volonté du jeu ou c'est ton interprétation à toi ? Et si c'est une volonté est-ce que ça marche ?
Parce que dans The Talos Principle malgrés un scénar encore plus clair (tu joues un robot dans une simu) cet aspect là ne marchait pas vraiment, et je sais toujours pas vraiment si c'était le propos des devs ou bien mon imagination.
Nicaulas
 
M0rb a écrit :
Cette histoire de Ruvik/Mikami, c'est une volonté du jeu ou c'est ton interprétation à toi ? Et si c'est une volonté est-ce que ça marche ?
Parce que dans The Talos Principle malgrés un scénar encore plus clair (tu joues un robot dans une simu) cet aspect là ne marchait pas vraiment, et je sais toujours pas vraiment si c'était le propos des devs ou bien mon imagination.


Mon interprétation.

Enfin, encore plus que d'habitude. C'est pour ça que j'ai repoussé ça dans une page à part en précisant bien qu'il est possible que je me noie dans mon propre foutre.

C'est d'autant moins sûr que ça soit une volonté de développement, je miserais plutôt sur un reboot tardif et Mikami regardant ses troupes "Bon, notre jeu de vampires en coop c'est de la merde, on n'a plus le temps d'inventer quelque chose de nouveau. On fait un remake bordélique de RE4 ?"

Mais c'est l'un des seuls trucs amusants que j'ai réussi à faire avec le jeu, essayer de comprendre à quel moment le projet s'est mis à vriller pour aboutir à ça, et s'il n'y avait pas des interprétations plus farfelues pour expliquer ça.
kimo
 
pour intervenir rapidement sur le sujet, et reprendre une conversation précédente avec Nicaulas, je trouve que ce qui est intéressant dans le jeu, ce n'est pas tant l'interprétation qu'on peut donner du scénario du jeu (qui peut être complétement différente d'une personne à l'autre), mais plutôt la construction du jeu, son "montage" et ce qu'il nous dit sur la grammaire du jeu moderne, et plus particulièrement celle du survival horror (comparé avec Alien isolation que j'ai joué juste avant, Evil Within décape).

Pour moi, il vaut donc mieux prendre l'objet de l'extérieur, comme un symptôme, et regarder comment il fonctionne et ce que ça nous dit plutôt que de chercher ce qu'il "signifie" depuis son scénario. La question mikami = ruvik est du coup plus anecdotique, disons plus un clin d’œil qu'un point de réflexion vraiment sérieux.

En tout cas dans sa structure, je trouve le jeu très intéressant et plein de bonnes idées (visuelles et de gameplay). Je le trouve d'ailleurs plus réussi lorsqu'il fait les choses que quand il essaie de faire du discours. Ce qui est heureusement assez rare et généralement désamorcé par le grotesque du jeu : son côté nanard qui cherche pas à être trop sérieux le sauve !

Et par rapport à ce que j'ai joué de Talos Principle, les deux jeux ne jouent clairement pas sur le même terrain (ni n'ont les mêmes ambitions). Dans The Evil Within, il n'y a pas de poudre aux yeux d'érudition, et c'est une énorme différence selon moi. Le jeu élabore sa propre matière théorique à partir d'un "genre" (comme on dirait film de genre) et de des mécanismes propres à ce genre (remontées ici avec un plaisir de sagouin) et non pas à partir d'un discours théorique surajouté. Pas besoin de fournir au joueur des pistes d'interprétation en voix off, de faire démonstration de son intelligence ou d'afficher des revendications philosophiques pour pousser le joueur à réfléchir sur l'espace qu'il est en train de parcourir, bien au contraire. Et c'est ça qui est jouissif et qui rend The Evil Within immédiatement plus sympathique que Talos Principle.
__MaX__
 
Il y a un point sur lequel tu n'appuies pas et à priori tout le monde de l'internet (et mon frangin aussi) est assez d'accord dessus : les checkpoint / sauvegardes sont horribles. Je dois toujours le finir après avoir joué 30 minutes dessus, donc je n'ai pas d'avis la dessus, mais apparemment ça semble être propice aux crises de nerf surtout dans des difficultés assez élevées.

@spook : je pourrais faire une news dessus éventuellement (un dossier c'est pas forcément ultra nécessaire tellement c'est simple à aborder comme logiciel).
Nicaulas
 
Je ne sais pas d'où ça vient ( j'ai pourtant pas joué en easy), mais je suis mort très rarement. Du coup les check points, j'ai pas fait gaffe. Et je coupais mes parties en fin de chapitre.
M0rb
 
On peut pas vraiment parler d'érudition avec les quelques citations tronquées de Talos. Et le jeu n'est pas prétentieux non plus. Il se mélange juste un peu les pinceaux entre son gameplay d'ouvrier, son scénar SF et son trip existentialiste.

L'analyse de Nicaulas est vraiment intéressante : l'omniprésence du designer dans le jeu (tout particulièrement dans un genre ultra-dirigiste comme le survival horror) et sa starification, ça se prête bien à l'exercice.
Ça m'a aussi rappelé ce post sur Gamasutra où les designers vivent un enfer en tentant de développer ce genre de jeux destinés à faire vivre un enfer au joueur : http://www.gamasutra.com/blogs/SergioHidalgo/20141105/229468/The_mental_tax_of_making_horror_games.php
Vous devez être connecté pour pouvoir participer à la discussion.
Cliquez ici pour vous connecter ou vous inscrire.
Soutenez Factornews.com

Tribune

Crusing
(17h09) Crusing Le vertueux > C'est pas le genre d'info qu'on doit passer sous silence? comme n'avoir qu'une couille?
Le vertueux
(16h54) Le vertueux Je me suis acheté un monocycle électrique, jetez vous sur les côtés si vous me voyez !
noir_desir
(16h29) noir_desir Crusing > ^^' remarque il voulait supprimer les juges d'instruction lors de son précédent mandat...
Crusing
(15h57) Crusing noir_desir > j'aimerai bien que sarko nous sorte maintenant un "j'ai confiance en la justice de mon pays"
noir_desir
(14h13) noir_desir thedan > c'est bête surtout quand on pense , que les sarkolatres aiment la justice ^^'
thedan
(14h10) thedan noir_desir > tout à fait, je leur ai sorti l'article
MrPapillon
(14h10) MrPapillon Poker VR : [youtube.com]
noir_desir
(14h07) noir_desir thedan > C'est surtout qu'il y a eu une jurisprudence, qui ne te mets pas l'abri quand ton mail est de ton boulot...
thedan
(14h05) thedan d'ailleurs ils se sont pris un retour de manivelles... Pas de mails perso, pas de mails politiques au bureau Non mais
thedan
(14h04) thedan de toute façon, t'as des sarko idolâtres. Tu peux leur mettre le nez dedans, ils te diront que ça sens la rose... J'ai vu passer certains mails persos au boulot d'adhérents aux Républicains qui sont sarko idolâtres, ça vaut son pesant de conneries
noir_desir
(13h18) noir_desir Crusing > on ne croirait pas comme ça
noir_desir
(13h18) noir_desir Crusing > les commentaires oui, mais les amis de sarko qui passe à la télé. C'est évident hollande est tellement fort, qu'il a infiltré la Norvège (soit dit en passant l'un des pays les moins corrompu du monde). Finalement il est trop fort hollande,
Crusing
(13h10) Crusing noir_desir > héhé, j'ai lu les comms sur le site europe1, c'est exactement ça "encore une pseudo affaire" "les mediaco-bobo-gaucho..."
noir_desir
(13h07) noir_desir Crusing > c'est fou, et le pire comme cela vient de la norvege, dans le cadre d'une affaire de corruption pétrolière, son camps ne peut s'agiter en disant que ça vient de hollande (ou des bobo-bien pensant)
Crusing
(12h30) Crusing Comme disait le directeur de campagne de sarkozy "house of cards, c'est un peu tendre" : [mediapart.fr]
Crusing
(12h17) Crusing (oups stun pdf)
Crusing
(12h16) Crusing choo.t > haha adblock me ferme la page direct :D
Crusing
(12h04) Crusing kmplt242 > J'iomagine qu'on peut avoir une dérogation pour le jazz, mais c'ets limite [bestbassgear.com]
kmplt242
(11h39) kmplt242 Ce qui choque le plus c'est qu'il n'y a pas" écouter de la musique", mais "écouter de la musique classique". Toujours cette hierarchisation dans les genres de musique.
Toutoune
(11h38) Toutoune Merci. J'ai ri.
kmplt242
(11h34) kmplt242 Toutoune > (11h30) Ben tu cultive des tomates.
Toutoune
(11h30) Toutoune Mais en quoi faire du jardinage c'est de la culture ?!
choo.t
(11h20) choo.t thedan > "Question :Pour chacune des activités suivantes,dites-moi si, pour vous personnellement, elle fait partie de la culture ?"
thedan
(11h12) thedan choo.t > aprés ça dépends comment sont posés les questions... Mais ça m'étonne assez peu quand on y réfléchit
choo.t
(10h59) choo.t [culturecommunication.gouv.fr]
choo.t
(10h58) choo.t thedan > c'est flippant leur sondage, c'est des rétrogrades de qualité qu'ils ont chopé. La BD moins culturelle que la mode. Collectionner des timbres, plus culturel que le graffiti, le jardinage, plus culturel que le rap.
thedan
(10h52) thedan le jeu vidéo et la culture : [lemonde.fr] !!!
zouz
(10h21) zouz Avant on envoyait des chiens ou des singes dans l'espace pour voir si ça passait, maintenant on envoie des milliardaires. En fait elle pas si pourrie notre époque.
MrPapillon
(08h59) MrPapillon Oui, et il y a beaucoup plus de choses intéressantes à faire là-bas.
_Kame_
(08h34) _Kame_ Y'a juste une petite différence. C'est sur Terre.
MrPapillon
(07h00) MrPapillon L'Antarctique est hostile et pourtant on fait de plus en plus d'activités là-bas, et le tourisme augmente (malgré les interdictions/restrictions).
_Kame_
(00h35) _Kame_ C'est cool pour le côté défi, mais on parle de planètes et satellites un tout petit peu hostile à l'humain. Je serai plus content quand on annoncera qu'on a inventé un nouveau mode de propulsion.
MrPapillon
(00h26) MrPapillon Et ça fera une excuse de plus à Yotleotl de dire qu'ils sont financés par des fonds publics américains.
MrPapillon
(00h26) MrPapillon C'est aussi bon pour les scientifiques, surtout que ça coûtera pas cher relativement.
MrPapillon
(00h26) MrPapillon Kame> Elon Musk souhaite établir une autoroute vers Mars. Donc tout client est le bienvenu. Minage ou pas. Scientifiques ou pas. Il faut pas oublier, c'est que leur fusée peut aller aussi sur Europa ou plein d'autres destinations.
MrPapillon
(00h24) MrPapillon Et le minage d'astéroïdes, c'est Larry Page à titre personnel, pas Google.
MrPapillon
(00h24) MrPapillon CBL > Euh, SpaceX c'est aussi les satellites en orbite basse et en géo.
_Kame_
(00h24) _Kame_ Ouaip, ramener des minerais. Même si je souhaite qu'ils réussissent, j'ai pas la sensation qu'envoyer 100 personnes sur Mars, ça soit vachement utile.
CBL
(00h15) CBL Mas étant remplie de flotte, la planète va devenir une station service pour les drones miniers
CBL
(00h15) CBL Mars est "à deux pas" de la ceinture d'astéroides
CBL
(00h14) CBL Le meme Google qui veut se lancer dans l'exploration minière d'astéroides
CBL
(00h13) CBL L'actionnaire majoritaire de SpaceX, c'est Google
mardi 27 septembre 2016
_Kame_
(23h59) _Kame_ Tout ça pour aller se faire chier sur une planète désertique. (ahah).
MrPapillon
(23h43) MrPapillon Mais toute la conf' regorge de détails techniques, et c'est encore plus épique que juste avec les détails de cette vidéo.
MrPapillon
(23h42) MrPapillon La vidéo qui résume : [youtube.com]
MrPapillon
(23h42) MrPapillon L
MrPapillon
(23h30) MrPapillon Jusqu'à présent, SpaceX n'a annoncé que le transport. Le reste sera sûrement fait entièrement ou en coopération avec d'autres organismes/entreprises. J'imagine que même une grande partie de l'intérieur du vaisseau (MCT) sera conçu par le client.
MrPapillon
(23h28) MrPapillon Si on devait réduire au plus petit dénominateur commun, on ne serait jamais allés sur la Lune, et on aurait jamais rien fait d'ailleurs.
MrPapillon
(23h28) MrPapillon Yolteotl > Mais on s'en fout de facile ou pas. Ce qui est intéressant c'est s'ils vont y arriver ou pas.
Yolteotl
(23h23) Yolteotl "Facile" quand on a accès à un marché interne qui permet de le financer de façon incomparable à ce qu'on retrouve en Europe ou n'importe où ailleurs sur la planète. Je te laisse volontiers aller sur Mars en premier en tout cas :)
MrPapillon
(23h15) MrPapillon Et en seulement 10 ans, c'est les premiers à avoir un plan de baisse des coûts cohérent. Alors que ça fait depuis 60 ans qu'on envoie des trucs dans l'espace.
MrPapillon
(23h14) MrPapillon Et bien sûr on parle encore une fois des contrats avec la Nasa, alors qu'ils sont soumis à des appels d'offre, et que toutes les autres boîtes de la planète ont des contrats avec le public.
MrPapillon
(23h13) MrPapillon ULA continue à utiliser les mêmes éternels lanceurs.
MrPapillon
(23h13) MrPapillon Et Ariane n'a annoncé Ariane 6 que parce que ça bougeait à côté.
MrPapillon
(23h13) MrPapillon Et on parle de casser les prix pour financer la R&D. Mais Roscosmos fait plus vraiment de R&D.
MrPapillon
(23h11) MrPapillon Et les contrats de la Nasa sont plus complexes qu'un simple lancer de satellite.
MrPapillon
(23h11) MrPapillon Yolteotl > Les contrats de la Nasa sont sur plusieurs lancements, pas qu'un seul.
MrPapillon
(23h10) MrPapillon Ils ont fait des procès pour simplement avoir le "droit" de participer aux appels d'offre sur l'armement. Ils viennent d'obtenir leur premier contrat dessus à force, il y avait beaucoup trop de magouilles entre ULA et l'armée avant.
Yolteotl
(23h10) Yolteotl MrPapillon > c'est la que je dis que tu te plantes, ils ne coutent pas 80 millions, le cout est plus élevé, pas le double mais pas loin. C'est grace aux contrats gouvernementaux que SpaceX casse les prix et laisse miroiter un prix si bas.
MrPapillon
(23h10) MrPapillon Oui, mais les contrats d'armement c'est pas SpaceX.
MrPapillon
(23h09) MrPapillon Un satellite en orbite par SpaceX coûte moins cher que chez les concurrents.
Yolteotl
(23h09) Yolteotl Dans une certaine boite que je connais assez bien, les commerciaux ont "enfin" réussi à décrocher un contrat d'équipement pour l'armée américaine. Quand la France commande le dit équipement en 5 exemplaires, les USA c'est 100/200/300.
MrPapillon
(23h09) MrPapillon Un satellite en orbite par SpaceX coûte 80 millions de $. On fait des satellites à des milliards de $.
MrPapillon
(23h08) MrPapillon Yolteotl > La plupart des gouvernements des pays industrialisés peuvent financer des fusées SpaceX.
MrPapillon
(23h08) MrPapillon La Nasa n'est pas un organisme qui ne développe qu'en interne, c'est un organisme qui sous-traite beaucoup.
Yolteotl
(23h07) Yolteotl MrPapillon > "C'est pareil pour les autres pays", c'est que tu n'as pas vraiment conscience des effets d'échelle que ça représente. Aucun autre gouvernement de la planète ne peut financer comme le font les USA.
MrPapillon
(23h07) MrPapillon Les principaux concurrents actuels de SpaceX, c'est BlueOrigin, ULA, Roscosmos, Ariane. Tous principalement financés par des fonds publics.
MrPapillon
(23h06) MrPapillon Ariane vient de commencer à peine à entrevoir des plans de réutilisation des lanceurs, comme le font aussi les russes et ULA. Tout ça depuis que SpaceX a montré des succès dedans.
MrPapillon
(23h06) MrPapillon Ariane n'a pas de plan de colonisation de Mars en urgence.
MrPapillon
(23h05) MrPapillon D'ailleurs il y a eu des procès par SpaceX pour ça.
MrPapillon
(23h05) MrPapillon Faut pas oublier que les autres lanceurs américains sont encore plus soutenus par le gouvernement que SpaceX.
MrPapillon
(23h04) MrPapillon Et pour les autres boîtes aux US.
Yolteotl
(23h04) Yolteotl des lanceurs aux autres compagnies. Ils ne sont pas spécialement plus ambitieux ou doués que les gars de l'Agence Spatiale Européenne qui ont bien moins de fonds derrière
MrPapillon
(23h04) MrPapillon Oui et c'est pareil pour les autres pays.
Yolteotl
(23h03) Yolteotl MrPapillon > Comme je le disais, ils gagnent des clients parce que la concurrence est faussée. La NASA et le gouvernement américain souhaitaient avoir une compagnie américaine avec des contrats si importants qu'ils peuvent se permettre de vendre à perte
MrPapillon
(23h00) MrPapillon Mais là on parle de SpaceX sinon, c'est vraiment être de mauvaise foi de nier leur succès. Plein de clients s'ajoutent à leur carnet.
MrPapillon
(22h58) MrPapillon Yolteotl > Oui ça a été racheté récemment.
MrPapillon
(22h57) MrPapillon (Tesla n'a pas besoin de gagner de l'argent à ce stage aussi. Ils ont besoin de grandir le plus vite possible et de devancer tous les constructeurs établis).
Yolteotl
(22h57) Yolteotl [bloomberg.com]
Yolteotl
(22h56) Yolteotl [fr.wikipedia.org] " L'idée de ce projet a été suggérée par leur cousin Elon Musk, qui a aidé à la création de la société et en est devenu président."
MrPapillon
(22h56) MrPapillon Il faut pas oublier que SpaceX envoie régulièrement des capsules sur l'ISS.
MrPapillon
(22h55) MrPapillon (sauf si on remonte aux premiers falcons des débuts de SpaceX)
MrPapillon
(22h55) MrPapillon Les deux derniers gros foirages sont dus à des anomalies sur le tank du deuxième étage. Il semble qu'il y ait une faiblesse à endroit particulier par là-bas et ils vont y remédier. Le reste n'est que succès.
MrPapillon
(22h53) MrPapillon Sachant qu'ils ont commencé il y a dix ans et qu'ils ont devancé les autres sur les technos du futur, alors que les autres tablent sur des technos vieilles de plus de 50 ans.
MrPapillon
(22h52) MrPapillon Actuellement, malgré les derniers foirages, ils ont un taux de réussite tout à fait satisfaisant, à plus de 92-93% je crois.
MrPapillon
(22h52) MrPapillon SpaceX a réussi largement plus de fois qu'ils ont eu d'échecs.
MrPapillon
(22h51) MrPapillon SolarCity n'est pas dirigé par Elon Musk.
MrPapillon
(22h51) MrPapillon Yolteotl > Non, la Nasa est cliente.
Yolteotl
(22h46) Yolteotl C'est bien que Ellon Musk soit ambitieux, mais SolarCity est un échec, Tesla ne dégage toujours pas de bénéfice (et n'en dégagera pas avant plusieurs années), et SpaceX s'est vautré plus de fois qu'ils n'ont réussi pour l'instant.
Yolteotl
(22h44) Yolteotl c'est ça qui leur permet de casser les prix à l'international, ils vendent à perte parce qu'ils ont des contrats nationaux monstrueusement élevés amortissant le coup.
Yolteotl
(22h43) Yolteotl MrPapillon > "Financement privé", mwai, ils tirent leur cash des contrats avec la Nasa
MrPapillon
(22h29) MrPapillon Surtout que SpaceX a un financement privé et que la boîte est contrôlée par une idéologie forte et humaniste.
MrPapillon
(22h28) MrPapillon C'est un argument pour toi, pas pour moi. Il y a plein de boîtes qui fournissent de bons services partout. C'est pas évident d'écrire un bouquin cyberpunk où les entreprises sont cools et que ça fonctionne bien.
CBL
(22h26) CBL Cela n'a rien à voir avec le progres
MrPapillon
(22h25) MrPapillon Le truc, c'est que malgré les négativités, la qualité de vie des humains n'a fait que progresser au fil du temps.
MrPapillon
(22h23) MrPapillon Dans toute l'histoire de l'humanité, il y a eu des gens qui ont été contre le progrès avec ceci ou cela comme arguments. Et souvent ça a été dans le faux.
CBL
(22h22) CBL Pour l'instant
MrPapillon
(22h21) MrPapillon CBL > SpaceX ne fournit que le transport.
MrPapillon
(22h20) MrPapillon Vers la Lune, c'était 2 fois plus de radiations seulement (je viens de voir les chiffres).
MrCroa
(22h20) MrCroa Je pense que dans l'ISS le bouclier magnétique de la terre protège toujours