Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
 
TEST

Skies of Arcadia Legend

Fakir Bleu par ,  email
La sortie de Skies of Arcadia Legends, jeu estampillé Sega sur la console Nintendo, est l’occasion pour ce qui ont zappé la version Dreamcast d’avoir accès à ce qui constitue encore un monument du RPG. Alors virez maman, la copine, le chien et tata Yvette pour plonger dans une aventure dont vous ressortirez béat de bonheur.

Robin des airs (collant bleu non fourni)


L’histoire vous place dans la peau de pirates, qui volent aux riches pour donner aux pauvres (eux même en fait, pas cons les pirates…). Au détour d’une de leurs péripéties, ils sont amenés à rencontrer une mystérieuse jeune fille d’origine inconnue. Comme elle est en proie à de terribles dangers entre les mains de l’Empire Valuan, nos joyeux moussaillons décident de l’aider. En fait, c’est la destinée de leur monde entier qu’il vont finir par tenir entre leurs mains. Je ne vous dévoile pas plus le scénario qui, sous un aspect assez classique, emprunte de nombreux détours qui vous tiendront en haleine. Skies of Arcadia Legend se déroule dans un monde onirique, où les continents sont constitués d’îlots volants et où tout ce joli monde se déplace à bords de voiliers ou de croiseurs eux aussi volants. Contrairement aux déplacements en 2D sur les cartes classiques des RPG, ils faut ici ajouter une troisième dimension à laquelle on doit s’habituer. Tiré du Skies of Arcadia de la défunte Dreamcast, cet épisode se révèle être le même jeu avec quelques rajouts qui ne sont autres que les bonus qui étaient téléchargeables à l’époque via le Sega Arena. Seule vraie nouveauté, un nouveau personnage nommé Piastol que vous aurez à rencontrer à quelques reprises au cours de l’aventure.



Le coté technique de la chose


Bon il ne faut pas se cacher que le jeu n’ayant pas été retravaillé de puis la version DC, les graphismes accusent un peu leur âge, mais restent néanmoins très corrects. La modélisation des personnages ne dépareille pas trop et ce sont surtout les décors qui font un peu vieillots. Les musiques sont quand à elles merveilleuses et s’accordent parfaitement à l’action. On regrettera juste au niveau des bruitages de rares voix digits qui font un peu pitié… Les effets des magies sont eux très bien rendus, parfois même impressionnants. Ils rendent les combats plus vivants et attractifs graphiquement parlant. A noter que ce jeu est en 50 Hz optimisé et que la vitesse n’en pâtit pas.



Le système de jeu


Ce qui fait la force (ou la faiblesse) d’un jeu de ce type est généralement le système de combat. Vous serez amené au cours du jeu à faire 2 types de batailles : les combats aux sols, ainsi que des combats aériens par le biais de vos navires. En ce qui concerne les premiers, on retrouve un système classique de tour par tour, avec les caractéristiques de force, d’agilité pour savoir à quel moment du tour et avec quelle force vous allez intervenir. Vous avez un certain nombre de points d’action attribué pour le tour. Les attaques classiques, la protection, l’utilisation d’objet n’en consomment pas mais les aptitudes spéciales ainsi que les magies en consomment. Ainsi pour pouvoir utiliser vos capacités les plus puissantes, il va vous falloir parfois économiser quelques tours ou bien utiliser la capacité Focus qui permet à un de vos personnages de se concentrer pendant un tour pour vous faire gagner des points d’actions supplémentaires. Chaque personnage possède des attaques spéciales qui lui sont propres et que l’on débloque en obtenant des baies de lune, chaque aptitude coûtant plus ou moins cher. A noter également un système de choix de couleur d’armes. En effet, vous avez au choix 6 couleurs différentes (feu, glace, lumière, etc…) qui affecteront plus ou moins les ennemis en face de vous suivant leur alignement. A la fin du combat, vous serez récompensé par des points d’expérience correspondant aux couleurs utilisées durant le combat, ce qui va vous permettre d’apprendre les magies des couleurs correspondantes.

Les combats maritimes se jouent a peut près de la même manière saut que vous pouvez précisément choisir qui va faire quoi, et à quel moment précis du tour. A la place de la commande de garde vous disposez de la commande esquive qui vous permet de faire des manœuvres échappatoires et ainsi prendre moins de dommages. Il faut noter toutefois que ces batailles ont tendance à s’éterniser un petit peu car entre chaque action effectuée, une petite scène montre les protagonistes en train de se déplacer, ce qui rajoute de longs temps morts à l’action.



La durée de vie


A l’instar des autres classiques du genre, ce jeu bénéficie d’une longueur importante et haletante de l’ordre de la cinquantaine d’heures de jeu. Vous serez amené à effectuer de nombreuses quêtes annexes, comme combattre d’autres pirates aux intentions plus belliqueuses que les vôtres ou bien nourrir un oiseau à l’aide de grains récoltés lors de vos voyages afin qu’il grandisse et vous donne de nombreuses surprises… Bref, on ne s’ennuie jamais et on peut toujours faire quelque chose de différent en marge de l’aventure principale.
De plus, pour ce qui reprochaient à la version DC sa fréquence des combats aléatoires trop importante, sachez que maintenant elle a été réduite pour atteindre un équilibre proche de la perfection.

Si vous aimez les RPG ou tout simplement les bons jeux, jetez vous sur cette réédition de Sega qui apportera enfin un vrai jeu du genre à la console de Nintendo qui en a bien besoin. Skies of Arcadia Legends est un jeu à faire figurer à coté des grands classiques tels que Final Fantasy 6 ou Xenogears. Malgré son aspect technique un peu désuet, il possède un réel pouvoir de narration ainsi qu’un système de jeu à toute épreuve ; la marque des grands en somme.
 

Commentaires

Masquer les commentaires lus.
Vous devez être connecté pour pouvoir participer à la discussion.
Cliquez ici pour vous connecter ou vous inscrire.
Je préférais l’époque gréco-romaine, on était plein et on se tapait. Là, je suis tout seul et vous me faites chier. - @DieuOfficiel
© Factornews 2001/2014