Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
 
TEST

James Bond 007 : Nightfire

Joule par ,  email  @j0ule  
Espion pour Cible avait séduit presse et public consoles il y a un an, avec une amorce de retour aux bonnes choses qui avaient fait de Golden Eye un hit. Attendu comme le titre qui détrônerait le mythique FPS de la Nintendo 64, Nightfire n’est hélas pas celui là.

Au service secret de sa majesté



Nighfire vous propose de plonger dans une aventure inédite dans l’univers de James Bond. Scénarisé à outrance, le Mode Story vous plonge dans une histoire bateau bien enrobée. Le jeu bénéficie d’une mise en scène exemplaire, avec un générique d’intro digne d’un film, et des cut scenes, souvent très machistes (merci James, tu m’a sauvée, embrasse moi), renforçant l’immersion dans l’univers. Pour couronner le tout, EA a obtenu d’utiliser l’image de Pierce Brosnan : pas de doute, on joue James !



Rien que pour vos yeux


D’ailleurs, niveau réalisation technique, on est dans le haut du panel des jeux PS2, avec des graphismes plutôt réussis grâce à un moteur qui a déjà fait ses preuves, et une fluidité sans faille. Si les cinématiques sont un peu en dedans, coup de chapeau à la modélisation des persos lors des cut scenes temps réel, tout bonnement hallucinante.



Tuer n’est pas jouer… enfin presque


Le jeu propose trois sortes de gameplay, dans l’ensemble toutes réussies. La plus courante est le FPS, qui est dans la moyenne de ce qui se fait sur PS2 : IA limite, aide à la visée salvatrice et linéarité. Si les gadgets viennent pimenter le gameplay, Nighfire ne révolutionne en rien le genre. Ces niveaux de FPS sont parsemés de phases de shoot pur et dur (pas de contrôle de déplacement) bien bourrines et de phases en véhicules assez sympas.



Les diamants sont éternels… les défauts aussi


En fait, Nightfire ressemble comme deux gouttes d’eau à Espion pour Cible, il en conserve par conséquent le gros défaut, à savoir la durée de vie. Entre 5 et 10 heures (selon votre niveau) vous seront nécessaires pour en arriver à bout. Bien sûr, on peut refaire les niveaux afin d’obtenir divers bonus, mais l’action est tellement scriptée que ça en devient layant. Reste l’implémentation de bots dans l’excellent mode multijoueur qui sauve un peu la mise.

Un manque d’originalité flagrant comparé au dernier épisode. La durée de vie est très faible, mais le peu qu’on joue, on s’amuse vraiment bien grâce à la variété du gameplay, et à l’esprit James Bond totalement respecté. A vous de faire votre choix.
 

Commentaires

Masquer les commentaires lus.
Vous devez être connecté pour pouvoir participer à la discussion.
Cliquez ici pour vous connecter ou vous inscrire.
Je préférais l’époque gréco-romaine, on était plein et on se tapait. Là, je suis tout seul et vous me faites chier. - @DieuOfficiel
© Factornews 2001/2014