Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
 
TEST

Gears of War 4 : Six heures d'attente

FrereT0c par FrereT0c,  email  @FrereT0c
Développeur / Editeur : Microsoft The Coalition
J’ai un gros passif avec la série Gears of War. Une série qui me ramène à mes années lycée où je passais mes mercredis après-midi, insouciant, à poncer le premier et le second opus avec un ami avant de retourner lire Death Note et mater des anime. Le bon vieux temps. Ce temps que l’on se rappelle avec un petit sourire satisfait et où on se dit que finalement la vie c'est pas si mal.

“J’ai passé plus de temps à le télécharger qu’à le finir…”

La saga Gears of War. Une série qui a dépoussiéré le genre du TPS sur console il y a déjà 10  ans (que le temps passe vite). Comme Halo qui introduisait l’auto-regen dans les FPS en son temps, Gears of War mettait au centre de son gameplay le defecus boxus©, le fameux système de couverture cher à la saga. Les fusillades étaient ainsi plus crédibles et haletantes. Ces jeux se dotaient en plus de moultes choses telles qu’un sens du spectacle qui faisait transpirer de bonheur Michael Bay, d’une galerie de personnages bourrins à la langue bien pendue et d’une ambiance subtile complètement assumée.



Après un téléchargement de presque 80 gigots sur l’enfant stupide de Games for Windows Live, nous voilà lancés dans cette suite qui promet beaucoup de choses. Pour ceux qui auraient la mémoire d’un poisson rouge sous anesthésie générale (ou qui n’ont simplement pas fait les autres), ce Gears of War 4 débute par une série de flashbacks recontextualisant l’histoire. Des guerres pendulaires au jour de l’émergence des Locustes, tout y passe. Ces séquences spectaculaires ont le mérite de mettre le joueur directement dans l’ambiance et dans de bonnes conditions pour apprécier la suite. A la fin de Gears of War 3, les Locustes étaient ainsi vaincus et nos héros principaux disparaissaient de la circulation. Dans ce nouvel opus donc, exit Marcus Fenix, Cole, Baird et compagnie. Gears 4 nous met dans les bottes du jeune JD, un blondinet dont on apprend assez vite qu’il est le fils de Marcus (JD pour James Dominic, petit hommage au pote tombé au combat, RIP in peace). Dès le début on nous balance quelques éléments de background du groupe composé de Del, le comic relief (qui est Noir, parce qu’autant y aller à fond dans les clichés) et Kait, la nana qui sert à rien à part donner un prétexte aux héros d’avancer. On comprend que Del et JD sont des Gears déserteurs et font partie maintenant des Etrangers, un groupuscule vaguement résistant qui vit en marge de la société. “Enfoirés de hippies” se disent les forces de la CGU (composées de robots uniquement), ils décident donc d’attaquer le camp principal des Etrangers ce qui donne lieu à une chouette phase de Tower Defense. L’attaque est repoussée, mais la nuit des créatures étranges attaquent et la mère de Kait, chef du camp, se fait enlever. Nos nouveaux héros ont besoin de Marcus pour résoudre cette nouvelle crise.



Ce sera tout pour le début, inutile de dévoiler plus le scénario, car le tout se boucle en 6h30 environ en Normal. Pour être tout à fait honnête, la campagne n’est pas le point fort de ce Gears of War 4. On s’ennuie ferme pendant 6h, en attendant qu’il se passe enfin quelque chose (autre que les tempêtes électriques violentes qui arrivent toujours aux mêmes moments), puis quand ça y est ça arrive… Fin. L’aura de mystère autour du scénario a un épilogue décevant. De quoi être terriblement frustré, surtout que le final est vraiment spectaculaire lui, avec des retrouvailles destinées aux fans et cela donne furieusement envie d’en savoir plus. Lors de cette campagne on rencontre trop de robots, ce qui n’est pas l’ennemi le plus sexy à affronter (surtout dans un Gears of War). Le bestiaire est globalement assez faible en fait, avec quelques gros ennemis faisant office de boss mais très peu de variantes d’adversaires plus conventionnels. On est loin de la folie d’un Gears of War 2 ou 3 sur ce point là. Concernant les personnages, ils sont à l’image de la campagne. Oubliables et prévisibles. Si le rapport père/fils entre un JD fringuant et un Marcus vieillissant marche plutôt bien, Del et Kait sont des personnages fonctions assez peu intéressants. Del est là pour faire des blagues qui tombent à plat et Kait donne un prétexte à JD pour avancer (retrouver sa mère). Cole, Baird et le reste de la clique manquent cruellement à cet opus pour marquer les esprits. On sent que les nouveaux gars de The Coalition n’ont pas encore saisi tout le sel de cette saga et ce qu’ils pouvaient en faire.

Prendre des vraies scies pour des lanternes

Le temps passe. Le premier Gears a 10 ans. Ce rappel temporel n’est pas laissé au hasard dans ce test. Il y a 10 ans, le gameplay de Gears of War premier du nom marquait un genre tout entier. Suite à ce succès, tout le monde voulait avoir son Gears. De ce fait, entre GoW1 et 4 on a eu Uncharted, Last of Us, Metal Gear Solid V, Max Payne 3 des TPS qui ont apporté chacun quelque chose de différent au genre. Mais voilà, jouer à Gears of War 4 c’est se taper un gameplay qui a pris un sacré coup de vieux car ça n’a pas bougé d’un iota. Au point qu’il y ait des risques pour que votre manette se mette à sentir la naphtaline de chez mamie. Les quelques ajouts de cet opus ne sont pas réellement utiles. Il est désormais possible de choper un ennemi placé directement derrière votre couverture actuelle pour le finir au couteau et de sauter par-dessus les barricades en plein sprint… et c’est tout. S’il est vrai que ce Gears of War favorise un jeu moins sédentaire et plus vif, les nouveautés restent faibles et donnent vraiment l’impression que la formule a des années de retard sur la concurrence.



Mais Gears of War c’est aussi des gros flingues et ça le quatrième en a à revendre. Outre les traditionnels Lanzor et revolver du terroir, les nouveautés sont à rechercher du côté de l’armement des robots. On trouve pêle-mêle le bien nommé Overkill, un fusil à pompe à la cadence de tir ultra rapide qui garde une cartouche en réserve tant que la gâchette n’a pas été relâchée. L’Ember quant à lui est un fusil de sniper électrique qui envoi des pruneaux très satisfaisants et qui one shot presque tout ce qui passe à sa portée. Le Dropshot est le comble de la discrétion car on parle d’un fusil qui balance des mini-foreuses explosives au-dessus du sol que l’on fait atterrir quand bon nous semble. On passera rapidement sur les différentes gatlings et autres lance-scies sauteuses : l’arsenal de Gears of War 4 n’a pas à rougir face à ses aînés et on sent qu’une attention particulière à été portée sur les pétoires.

“Toi, t’as pas une gueule de porte-bonheur”

C’est dingue à quel point Gears of War a été important sur la génération de console précédente. Car en plus de son gameplay relativement novateur, c’était aussi une vitrine technique pour l’Unreal Engine 3 qui a été utilisé dans de très nombreux jeux ensuite. Aujourd’hui, Gears of War 4 n’est pas le premier à utiliser l’Unreal Engine 4, mais qu’est ce qu’il en fait ? Et bien pas grand chose. S’il est indéniable que le jeu a un certain cachet sur quelques décors, le tout est masqué par un manque de variété incompréhensible. Le schéma pourrait se simplifier par grotte/ville dévastée/usine/ville/usine/usine/grotte. On a l’impression de traverser des usines pendant 75% du jeu. Et les usines dans les jeux vidéo c’est comme le niveau des égouts : une sacrée mauvaise idée. Le décor le plus mémorable se situe dès le début de l’Acte II, puis ensuite c’est le désert créatif. Un vrai gâchis quand on voit ce que le moteur est capable de cracher tout en restant à 60 fps constants sur une machine équipée d’une GTX 970 et d’un i7 6700k. Les décors manquent cruellement d’envergure et de ce côté gigantesque, spectaculaire propre à la saga.



Les modèles de personnages quant à eux sont plutôt détaillés mais rien de bien folichon non plus. Le jeu n’est pas raté techniquement, loin de là, mais on était en droit d’attendre autre chose pour le grand retour de la série. Quelque chose de plus grandiloquent, de moins conventionnel. On ne se sent jamais dominé par les décors, et une fois que les crédits de fin défilent, on ne se rappelle pas d’un endroit marquant en particulier en se disant “la vache, là ils ont assuré”. Une vraie déception.

“Alors ce solo ?” -”Bah il m’a mis Horde moi”

Pour le moment le constat n’est vraiment pas fameux n’est ce pas ? Permettez de contrebalancer un peu tout ça en parlant du multijoueur. Comme d’habitude, Gears of War est une expérience qui se vit à plusieurs. Le pouvoir de la coop c’est de rendre un truc pas folichon presque cool. Gears of War 4 ne fait pas exception et est un jeu taillé pour des parties entre potes. Même si pour le moment quelques soucis semblent toucher le crossplay entre Xbox One et PC. En effet, comme pour Forza Horizon 3, acheter le jeu sur l’un ou l’autre support permet de l’avoir sur les deux.



Mais le plus gros morceau de ce quatrième opus, c’est très certainement son tout nouveau mode Horde 3.0. La campagne introduisait quelques phases de Tower Defense plutôt sympathiques et ici c’est le coeur du gameplay. Lorsque la partie commence un Fabricator se trouve sur la carte et il faudra aller le récupérer pour le déposer quelque part. Ce Fabricator n’est ni plus ni moins qu’une grosse imprimante 3D qui permettra, moyennant quelques points, d’acheter des défenses. Ensuite, tel un petit Poucet très énervé, il sera possible de poser ça et là, des barbelés pour ralentir les ennemis, des tourelles automatiques, des râteliers d’armes qui rechargent les munitions… Ça fonctionne très bien et ce mode Horde (qui est pour rappel, un mode dans lequel les joueurs dégomment des vagues d’ennemis successives) est LE point fort de Gears of War 4. Ce système de défense permet des phases de gameplay émergent où il faut réellement penser sur le long terme, les protections coûtant de plus en plus cher à mesure que la partie progresse. Poser les bonnes barricades le plus tôt possible est donc primordial pour parvenir jusqu’à la fin.



De plus, il y a désormais un système de classes pour les personnages qui définit non seulement l’armement de départ (avec par exemple l’Ingénieur qui possède un chalumeau permettant de réparer les défenses) mais aussi divers bonus passifs. On parle là de cartes qui donnent des bonus comme des dégâts en plus, une réduction sur le Fabricator ou avoir plus de munitions... Pour obtenir ces cartes, Gears of War 4 se dote d’un modèle calqué sur celui d’Overwatch à savoir des caisses que l’on achète avec la monnaie du jeu ou de l’argent réel. A l’intérieur, des skins ou des cartes qui serviront à améliorer celles que l’on possède déjà. Si les micro-transactions ont toujours de quoi faire grincer des dents, l’argent s’accumule assez vite même s’il faudra grinder pas mal pour débloquer et améliorer la totalité de notre stock. Le mode Horde s’avère donc complet et amusant, une vraie réussite. Côté multijoueur plus classique, rien de neuf sous le soleil. Ce n’est pas le multi le plus intéressant du marché, et les fusils à pompe font toujours la loi sur le ladder (comme dans tous les Gears). Toutefois les modes sont plutôt nombreux et les maps bien fichues et variées.
Gears of War 4 est décevant. En oubliant d’être spectaculaire, il fait montre d’une campagne oubliable et trop conventionnelle. C’est toutefois l’opus doté du mode Horde le plus complet et amusant de la série. Un achat à envisager seulement si vous avez des potes pour le faire en coop.
 

Commentaires

Masquer les commentaires lus.
Captain America
 
Le départ de Bleszinski est particulièrement douloureux pour la licence. Judgement était vraiment pas bon.

Par contre, gameplay rouillé ? Si le gameplay est similaire au trois, il est franchement très dynamique. Même s'il est moins permissif en solo dans les difficultés supérieures, il était déjà possible de jouer façon rapide et brutal dans le 3, malgré l'inertie inhérente au gameplay de Gears.
Et en multi/horde, l’immobilisme n'aboutissait que très rarement au succès.

Concernant le matériau en lui-même, je vais vite me rendre compte s'ils ont fait l'effort d'utiliser un minimum les écrits publiés sous la plume de Karen Travis. Y'avait de quoi faire avec. A lire le test, cela ne sert que de préquel au début de Gears 4, et c'est fort dommage.
utr_dragon
 
Poncer : polir un objet, une matière avec la pierre ponce ou une substance abrasive : Poncer du marbre.

J'ai raté un truc sur l'utilisation de ce verbe transitif utilisé en intro et en conclu ?
FrereT0c
 
Poncer c'est de l'argot pour "faire dans tous les sens" chez moi aussi. Et c'était voulu que ce soit dans les deux, une sorte de rappel. :)

Sinon Captain America > Je trouve que pad en main ça a tellement peu évolué comme formule que t'as l'impression d'avoir un jeu vieux de 10 ans en main. C'était assez perturbant en fait, je pouvais pas m'empêcher de penser que c'était le même jeu que les autres, mais sans le spectacle, ennuyeux et tout. Donc une campagne molle + un gameplay mou, ça fait pas bon ménage. Si le gameplay est fabuleux mais que la campagne moins (MGSV au hasard), ça passe déjà beaucoup mieux, à mon sens en tout cas. Même s'il y a toujours à redire dans ces cas là.
Crusing
 
Il t'a fallu tout ce temps pour te rendre compte que GeoW c'est mou?
J'avais bien aimé le 2 en coop, et encore, le reste j'ai trouvé ça soporifique et pompeux.
FrereT0c
 
A l'époque je ne jouais pas sur PC (donc je sais pas ce qui sortait sur ce support à la même époque, mais dans les TPS devait pas y avoir beaucoup mieux. My bad si je me trompe), et c'était clairement plus cool que cette énième suite soporifique.

Je n'ai pas fait Judgement par contre donc je peux pas dire. Mais avant oui, je m'amusais sur les jeux de la franchise.

Par contre je ne vois pas le côté pompeux de Gears of War, avec ses dialogues nanar et son côté grand spectacle surréaliste.
Crusing
 
J'aurais du dire lourdingue, et puis nanar, c'est subjectif, à ce moment là les COD aussi sont nanar.
Par contre je vois pas le rapport avec le fait de jouer sur PC ou pas.
Vous devez être connecté pour pouvoir participer à la discussion.
Cliquez ici pour vous connecter ou vous inscrire.
Soutenez Factornews.com

Tribune

GTB
(18h08) GTB War For the Planet of the Apes: [youtube.com] Au moins en terme d'imagerie il prend son statut blockbuster au sérieux...ce qui devient rare.
zouz
(16h05) zouz [imgur.com]
DukeFreeman
(11h44) DukeFreeman de meme j'aurais vraiment aimé qu'ils generent chute de micrométéorite sur la surface, tres peu d'effet au sol (un ptit nuage de poussiere au plus) mais des dégâts sur les véhicules et vaisseau (jusqu'à une certaine altitude), ça dynamiserait l'explo
Crusing
(11h44) Crusing GTX1080+watch dogs 2 à 568€ : [dealabs.com]
Fougère
(11h43) Fougère Yup
DukeFreeman
(11h42) DukeFreeman j'ai jamais eu de soucis avec le rover, par contre depuis la sortie de la 2.1 ils auraient pu rajouter d'autre modèle (des plus rapides, avec des "soutes" plus importante, moins d'armes, moins résistant, bref y a pas mal de paramètre a tripoter)
Fougère
(10h36) Fougère Faut que je farme la corvette
Fougère
(10h36) Fougère Je viens de me rendre compte que je pouvais pas prendre de hangar a chasseurs sur mon python
Fougère
(10h35) Fougère lirian > Huhu
lirian
(10h33) lirian à chaque fois que je relance je passe 1h à réapprendre à utiliser les shortcuts :{ faut que je fasse des fiches
lirian
(10h32) lirian et s'ils pouvaient simplifier les controles du rover, c'est d'une complexité incompréhensible ..
Fougère
(10h31) Fougère lirian > Ils préfèrent porter le jeu sur PS4 :/
lirian
(10h30) lirian si seulement ils pouvaient ajouter des features qui donnent vraiment envie d'y jouer :/
jeudi 08 décembre 2016
Fougère
(22h38) Fougère [youtube.com]
kmplt242
(18h38) kmplt242 Nouvelle plateforme artistique crée par ma meilleur pote, avec qui je bosse dessus : [xn--vuesdensemble-actualits-wcc.com]
CBL
(17h55) CBL zouz > ca fait un bail que The Roots joue pour Jimmy Fallon, bien avant qu'il soit au Tonight Show
choo.t
(16h39) choo.t zouz > Tu ne rêves pas : [youtube.com]
zouz
(15h08) zouz azedean59 > Je rêve ou c'est The Roots qui jouent les Charly Oleg ?
azedean59
(13h29) azedean59 Demo de Zelda sur switch chez Jimmy Fallon [youtu.be]
Risbo
(13h24) Risbo MrPapillon > T'as qu'à jouer a Stellaris
MrPapillon
(12h58) MrPapillon Le retour de la vraie politique.
MrPapillon
(12h58) MrPapillon Un gars qui prend le pouvoir et qui transforme tous les autres marsiens en esclaves sexuels.
MrPapillon
(12h56) MrPapillon Vivement qu'on puisse aller sur Mars au plus vite histoire qu'on puisse avoir des problèmes politiques simplifiés, à base de shotguns.
Crusing
(12h54) Crusing Kame> L'obscurantisme 2.0
_Kame_
(12h52) _Kame_ (11h24) J'ai beau être au courant de tout ça, ça me donne tjrs envie de gerber. Le seul optimisme que j'ai en voyant ça, c'est d'imaginer l'humanité dans +sieurs siècles, qui regardera cette vidéo en se disant "mais ils étaient trop cons nos ancêtres".
Crusing
(11h26) Crusing Quand on sait qu'une chose n'arrivera pas de notre vivant en terme de politique décisionnelle, ça ne sert à rien de théoriser dessus. Du moins faut faire les choses dans l'ordre.
Risbo
(11h26) Risbo Crusing > Moi ce qui me coûte chers c'est la taxe d'habitation, surtout quand la mairie daigne pas répondre la seule fois ou t'as besoin de les appeler dans l'année
Risbo
(11h25) Risbo Crusing > Ouais je suis un grand rêveur...
Crusing
(11h24) Crusing Rien à voir, une vidéo pour faire plaisir aux commentateurs type du figaro [youtube.com]
Crusing
(11h22) Crusing (11h21) Risbo > Lel, it won't happen.
Crusing
(11h22) Crusing thedan > on mets des écrans de pub JC decaux dans les colleges pour compenser! c'est simple! avec des scanner retiniens pour mieux cibler le besoin de chaque eleve.
Risbo
(11h21) Risbo Crusing > Tu tiens la solution "carrière", ça doit pas être une carrière la politique. Mais un mandat unique serait un bon début. Ceux qui font l'ENA pourront toujours finir haut fonctionnaires, on tient bien en avoir besoin de qquns. Mais crnmt pas autan
thedan
(11h20) thedan Et ce personnel supplémentaire... Alors c'est facile de dire mais il est bien moins facile de faire tous les jours en fonction des contraintes etc... Après il peux avoir des missiosn que l'Etat délègue, mais c'est à la marge
thedan
(11h19) thedan et les laisse aux collectivités territoriales... Par exemple, le personnel des collèges étaient à l'Etat, ça passe au conseil départementaux... on fait quoi? On gère plus les collègues? ET on fous les gens au chômage?
thedan
(11h17) thedan Risbo > mais les lois / réglements etc ont été mis en place jsutement car il y a eu une demande de l'opinion ou un état de fait à un moment donné qui a obligé à... Pareil pour les fonctionnaires... l'état se désengage des fonctions de service public
Crusing
(11h16) Crusing Risbo > (11h14) Tu luttes comment contre la corruption de politicien de carrière? :)
thedan
(11h15) thedan Risbo > vi mais c'est trop facile de dire ça tant que l'on a pas eu des manettes entre les mains... C'est pas pour excuser, mais on n'a pas tous les tenants et aboutissants qui ont conduits l'état d'urgence, etc...
Risbo
(11h14) Risbo une économie rationnel#
Risbo
(11h14) Risbo Crusing > D’où l'intérêt de mettre la lutte contra la corruption en priorité. Une rationnel et compétitive, c'est pas du copinage
Crusing
(11h14) Crusing Comprendre que sur le court terme la privatisation coute moins cher, mais sur le long terme c'est comme confier la gestion de son compte à la mafia.
Risbo
(11h13) Risbo Sur 20 ans le nombre de fonctionnaires a fortement augmenté alors que le ratio prof/élève diminue. C'est aussi ça la France
Crusing
(11h12) Crusing Risbo > (11h01) Ah tu connais, et bien c'est à ce genre de groupe qu'ira toutes les privatisations, je vois pas en quoi ça aide.
Risbo
(11h12) Risbo La redistribution des richesses en moins
Risbo
(11h11) Risbo thedan > C'est bien de s'impliquer, mais le système est vicié a la base pour justement éviter qu'un outsider puisse émerger. Et avec notre empilement de lois/régmements/administration. On est certainement + proche du pays communiste que libéral.
thedan
(11h11) thedan Risbo > aprés que l'administration soit trop present dans certains cas et que l'on manque de personnel chez d'autres peut étre...mais bon
Risbo
(11h10) Risbo Le vertueux > La récente "loi anti anti IVG"?, l'état d'urgence, les perquisitions administratives, le fichier TES et j'en passe
thedan
(11h10) thedan Ben je me suis présenté, j'ai été élu avec d'autres personnes... et le pire c'est que quand t'es élu ben figure toi que c'est loin d'etre simple et que ça prend beaucoup de temps (bénévolement)
Le vertueux
(11h08) Le vertueux Risbo > Ils sont 17 millions au pays bas, nous sommes 67 millions en France. Et le pays n'est pas si liberal que tu le dis.
thedan
(11h08) thedan Si tu n'a pas content d'un loi, tu peux aller voir ton élu (qui peux l'avoir voter d'ailleurs ou non). Tu peux même te présenter pour faire valoir ton poing de vue... Perso, je trouvais que mon conseil syndical prenait des mauvaises decisions...
thedan
(11h06) thedan Risbo > et ça à avoir quoi avec un pays communiste ? Il y a une planification en France dans certains secteurs? Ensuite tu parles du poids de l'administration,je te rappelle que l'administration ne fait que faire appliquer des lois votés par nos elus !
Le vertueux
(11h04) Le vertueux Risbo > hum c'est bien, le concept de liberté illustré par la volonté de repeindre ses volets, tu es un philosophe.
Risbo
(11h01) Risbo Vinci c'est un groupe de connards qui arrose nos décideurs pour décrocher de juteux contrat payés par nos impôts, oui je connais. Donc ?
Risbo
(11h00) Risbo thedan > Regarde le poids de l'administration, plus de la moitié des richesses produites par le pays est absorbée par l'état
Crusing
(11h00) Crusing Risbo > Oui élaborons, le mot Vinci te dit-il quelque chose?
thedan
(10h58) thedan Risbo > France pays communiste mais bien sur....Va faire un tour dans un vrai pays ex communiste et on en reparle.... Vas-y cites moi quelques exemples...
Risbo
(10h55) Risbo Crusing > Se moquer c'est bien, élaborer c'est mieux . Les Pays Bas sont un pays libéral, ils se portent pas trop mal
Risbo
(10h54) Risbo Le vertueux > Sisi ça a du sens, quand tu veux repeindre tes volets & que tu dois attendre 3 mois qu'on te réponde... Des exemples je pourrai t'en filer des milliers. Après tu peux toujours les imaginer d'une autre couleur oui ..
Crusing
(10h44) Crusing Risbo > (08h53) Hahaha ça fait du bien de lire des bonnes conneries de bon matin, tiens pour ta peine : [facebook.com]
Le vertueux
(10h41) Le vertueux par contre oui, idées libérales économiques, ça a du sens et c'est en train de tout détruire.
Le vertueux
(10h40) Le vertueux Le mot liberté n'a aucun sens, tu demandes ça à un moine il te dira que c'est dans ta tête même si tu vis dans une cellule.
Risbo
(10h33) Risbo Beh la liberté c'est bien, après si on sûr qu'on s'en portera que mieux. Pour l'instant la France est quand même plus proche du communisme qu'elle ne l'a jamais été
Le vertueux
(10h12) Le vertueux A côté de ça on deforeste tout, on pille la mer, on créer des montagnes de dechets mais on continue à manger nos cookies le matin. Le chomage ne sera peut être plus un problème au final.
Le vertueux
(10h11) Le vertueux Nous sommes de plus en plus nombreux mais le progrès technique est tellement efficace qu'on a de moins en moins besoin de travailleurs "utiles". On part de ce constat et on construit des idées par rapport à cette idée.
Le vertueux
(10h10) Le vertueux Risbo > Tes idées libérales sont obsolètes, et ont déjà prouvées depuis le 18éme sicèle leurs totales incapacités à créer une société harmonieuse.
choo.t
(09h58) choo.t Le problème n'est pas le chômage, au contraire, il y en a trop peu, mais le partage des richesses issue de l'automatisation.
Risbo
(09h58) Risbo choo.t > Pas faux, mais sa demanderai une vraie étude d'impact et de faisabilité sans biais. Ce qui a peut de chance d'arriver
choo.t
(09h52) choo.t Risbo > Pourquoi vouloir baisser le chômage ? On s'est pas fait chier à automatisé plein de tache pour constamment devoir bosser.
Fougère
(09h19) Fougère Doc_Nimbus > Honnêtement, ça me dérange pas que JC cause pas de Factor :p
lirian
(09h09) lirian (08h54) execution sur place publique et tête sur un pic, emplacement à déterminer
LeGreg
(09h03) LeGreg Risbo > aux US le chomage est proche de 5% mais le fait est qu'il y a toujours plein de pauvres
Doc_Nimbus
(09h00) Doc_Nimbus Mais il cite pas factor :/
Doc_Nimbus
(08h59) Doc_Nimbus Sinon, un vrai sujet pour les gens qui ont de l'intelligence intelligente : [dailymotion.com]
Doc_Nimbus
(08h56) Doc_Nimbus Risbo > (08h53) Ahahah, tu es si crédule
Risbo
(08h54) Risbo Et tu mets en place une vraie politique anti corruption. Histoire que les mecs qui se font condamner n'aient pas la chance d'essayer de devenir président par la suite
Risbo
(08h53) Risbo Le vertueux > Non y a plus simple, tu dégages l'état de tous les secteurs ou il a rien a foutre, (cinéma, musique etc...) Tu dégraisses la masse de fonctionnaire au strict minimum & tu allèges impots & réglements " et voilà. Un pays dynamique
Le vertueux
(08h50) Le vertueux Je propose qu'on reintroduise progressivement les métiers d'homme sandwich payé 1 euros de l'heure, obligatoire pour les demandeurs d'emplois, afin de faire baisser le chomage à moins de 5%
Le vertueux
(08h49) Le vertueux Risbo > Oh bah c'est revolutionnaire cette idée !*
Risbo
(08h48) Risbo Et si plutôt que de distribuer des aides a tour de bras on s'occuper de faire baisser le chômage réel sous les 5% ?
LeGreg
(08h45) LeGreg a vous de déterminer si c'est l'idée que vous vous faisiez de ce que le revenu universel doit être.
LeGreg
(08h45) LeGreg pour arriver à un point où on a un support majoritaire pour le revenu universel et qu'il soit suffisant pour vivre. Le RSA en France est proche du concept de revenu universel [fr.wikipedia.org]
LeGreg
(08h40) LeGreg exemple : drug tests pour les gens qui recoivent de l'assistance [ncsl.org]
LeGreg
(08h38) LeGreg Les receveurs d'aide sont toujours super mal vu par la société (en France et aux US), et les gouvernements successifs mettent toujours plein de conditions super lourdes pour les recevoir pour flatter leurs attentes
CBL
(01h39) CBL (et je suis totalement partisan du revenu universel)
CBL
(01h36) CBL les caissiers des supermarchés et des McDo disparaitront de la meme facon que les standardistes et les laitiers
CBL
(01h34) CBL Big Apple > en même temps c'est cela le progrès
MrPapillon
(00h20) MrPapillon Exclu temporaire surprise pour les i7 sur Arizona Sunshine : [steamcommunity.com]
mercredi 07 décembre 2016
Mimyke
(23h22) Mimyke bixente > Ouais, du coup je l'ai désinstallé, ça me fera de la place pour d'autres jeux.
Big Apple
(22h21) Big Apple Vous aimez Amazon et le deep Learning, voilà ce qui vous attend : [youtube.com]
Big Apple
(22h02) Big Apple Sympa le magasin d'Amazon. Une entreprise qui ne paye pas d'impôts, qui n'a pas de salariés, c'est formidable. Tant que les clients ne sont pas au chômage, ça peut marcher. Faudrait aussi prévoir un ED 209 à l'entrée pour contrer les vols.
bixente
(19h37) bixente Putain, la moindre MAJ de Doom fait aux alentours de 10 gigas. Entre ça et le récent GOW 4 à 80 gigas... En 2016, les dévs doivent croire que tous les joueurs ont la fibre.
_Kame_
(17h09) _Kame_ Yolteotl > ça revient au problème de redistribution des richesses. D'ailleurs les suisses ont dit non à 80% à une telle chose. Alors bon, peut être après la 3ème guerre mondiale.
Crusing
(14h26) Crusing Le LD est cool, Ca fait bizarre de devoir réfléchir dans un jeu Ubi
Crusing
(14h25) Crusing Et malgré l'aspect kikoo hipster, l'univers parait effectivement plus cohérent que le 1 (en jouant full stealth)
Crusing
(14h24) Crusing Doc_Nimbus > J'ai une gtx1080, donc tout à fond en 4K, sauf le MSAA au delà de 4X qui pompe, ça a l'air bien optimisé, et la ville est vraiment chouette
Doc_Nimbus
(14h02) Doc_Nimbus Crusing > L'optimisation est pas trop aux fraises ?
Crusing
(13h46) Crusing Bon et bien il est très bien ce Watch Dogs 2.
Yolteotl
(13h45) Yolteotl Kame> Ou alors on accepte que le travail devienne quelque chose de secondaire, et on fournit un revenu universel à tout le monde :)
MrPapillon
(13h28) MrPapillon Il faudrait automatiser les tests de Call of Duty et FIFA.
_Kame_
(12h47) _Kame_ Et on accepte que l'avenir de l'humanité, c'est de faire des tâches répétitives, bien souvent rébarbatifs, jusqu'à la fin des temps.
_Kame_
(12h45) _Kame_ Et le pb de supprimer les caissières, c'est un pb plus général quand à l'automatisation, et qui revient tjrs au à la distribution plus équitable des richesses. Ou alors on réintroduit les opératrices téléphoniques.