Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
TEST

Escape Dead Island

Marc par Marc,  email  @_Armc
 
Dans l’attente de Dead Island 2, Deep Silver a sorti de nulle part Escape Dead Island. TPS Cell shadé, contrastant d’autant plus avec les jeux précédents de la licence, le titre a pour ambition d’expliquer les origines du virus sévissant sur l’archipel de Banoi. L’annonce avait de quoi laisser perplexe, surtout au vu des screens et trailers peu engageants publiés jusqu’alors. N’étant jamais à l’abri d’une bonne surprise, il était légitime de laisser le bénéfice du doute à cet épisode annexe.
 

Enquête exclusive

L’infection transformant le cadre idyllique des îles de Banoi en enfer tropical, commence à soulever l’inquiétude du monde extérieur. Curieux comme une pie, Cliff Calo décide de partir en quête de réponses. Fils d’un richissime magnat des médias, le garçon veut prouver à son cher papa qu’il n’est pas bon qu’à écluser de la vodka en fêtes mondaines. En effet, son géniteur a décidé de léguer son empire audiovisuel à sa fille fraichement diplômée. Cliff vit donc une crise existentielle d’adolescent attardé ayant quelque chose à se prouver. Lui et deux de ses amis, Linda et Devan, décident donc de chiper le yacht de papa afin de partir couvrir les événements et pondre le reportage d’investigation du siècle.



.
Engoncé dans son polo à col pelle à tarte, notre alter ego a la tronche (et la coiffure) d’un footballer à succès. À mi-chemin entre le beauf et la starlette de TV réalité, le personnage s’illustre par son arrogance et son narcissisme. Le bougre, amateur de selfie, se sent obligé de commenter son reportage en se filmant lui-même, façon Bernard de la Villardière. Après avoir fait connaissance avec le larron, on se dit tout de suite que l’aventure va être très très très longue. Celle-ci se déroule sur l’île de Narapela,  une petite bande de terre appartenant à l’archipel de Banoi. Geopharm, une société d’expérimentation génétique, y a élu domicile afin de mener des expériences sur la régénération des organes.

Après que le yacht paternel ait mystérieusement coulé dans la baie, Cliff et sa bande commencent l’exploration de l’île. Débarqué sur la plage, on est tout de suite frappé par le style fortement cell shadé. Celui-ci est d’ailleurs bien plus prononcé que dans Borderlands. Une réelle impression de BD interactive s’en dégage. Le tout donne une certaine cohérence aux environnements très colorés, qui restent jolis et agréables à observer tout au long du voyage. Ce style graphique apparait cependant très vite comme un véritable cache-misère. Le clipping grossier est omniprésent, et la réutilisation des textures en devient ridicule. Il n’est pas rare d’observer un bâtiment taguer plusieurs fois par la même texture « help » ou « keep out », pour un effet ridiculeusement cheap. Mais revenons à nos moutons.


Sentier du GR20

Cliff va donc devoir explorer en long en large et en travers cette petite île infestée de zombies. L’exploration de Narapela, bien que minuscule, sera néanmoins extrêmement éprouvante pour vos nerfs. D’un dirigisme qu’on avait plus vu dans des productions depuis 10 ans, les murs invisibles sont absolument partout et jalonneront votre exploration. De plus, le titre est porté par un level design franchement catastrophique, proche de la mauvaise blague. Le parcours se déroulera invariablement ainsi : jungle-couloirs débouchant soit sur des arènes, soit sur des grottes-couloirs interminables.



Cette construction des niveaux vous forcera à avancer, vous accroupir, vous relever et ainsi de suite sans cesse. Comme si ça ne suffisait pas, la progression vous contraindra à des allers-retours incessants. Ces derniers sont tellement omniprésents, qu’on se demande parfois si on ne se trouve pas dans une simulation de randonnée. Ceci s’explique par le fait que chaque mission se déroule sur une partie spécifique de l’île. Une fois accomplie, il faudra obligatoirement revenir sur vos pas pour accéder à la partie centrale de Narapela. Celle-ci fait office de carrefour et s’avère être un passage obligatoire vers le prochain objectif.

Pire, vous serez contraint de refaire certains trajets (pouvant être longs) 5, 6 ou 7 fois au cours de votre partie. Comme si tout cela ne suffisait pas, ce bon vieux Cliffy perd la boule, mais nous y reviendrons. Qui dit Dead Island, dit bien évidemment zombies. Vos premières rencontres avec ceux-ci seront l’occasion de découvrir que le titre met l’accent sur les mécaniques d’infiltration. Les infectés possèdent en effet une jauge d’alerte au-dessus de la tête. Ces derniers, relativement costaud au début de l’aventure, forceront Cliff à rester discret. Se faufiler derrière eux pour leur poignarder la jugulaire à coup de tournevis, ou les pousser dans un transformateur électrique, sont autant de moyens disponibles pour faire le ménage discrétement.

Rassurez-vous, ce sera en règle générale chose très aisée au vu de l’IA des ennemis. Effectivement, ces cadavres ambulants ne semblent avoir aucune vision périphérique et ne réagiront que si vous êtes pile en face d’eux. On zappera donc très vite cet aspect pour se rabattre sur la boucherie classique. Pour accomplir vos forfaits, vous disposerez d’une très maigre sélection d’outils.

Neurasthénie aigüe

Oubliez tout de suite la fabrication d’armes loufoques auxquelles la franchise nous a habitué. Tournevis, gourdin, trois sortes de haches, un katana, deux pistolets et un fusil à pompe : voilà la liste des armes présentes dans le jeu. Sachez d’ailleurs que certaines armes ne sont que des upgrades venant remplacer définitivement les versions précédentes. Ainsi le gourdin se transformera en hache, qui elle-même se muera en hache renforcée, etc. Une telle pauvreté d’armes ne nécessitera pas d’inventaire, cela tombe bien puisqu’il n’y en a aucun. Ce ne sera pas un handicap,  puisqu’aucun élément du décor n’est prospectable. Si vous adorez fouiller pour dénicher des loots, c’est râpé. Mis à part les armes (trouvable uniquement sur les ateliers), vous ne pourrez dénicher que des caisses de soins et des morceaux de lore. Incarné sous forme de lettres, d’enregistrements ou de cartes postales, vous les trouverez en lévitation au cours des niveaux.

Tel un bon journaliste stagiaire, Cliff possède également un appareil photo. À part faire des autoportraits, il lui servira à prendre des clichés de certains objets spécifiques (indiqués en surbrillance) afin d’obtenir des informations sur son enquête (façon Sherlock Holmes du dimanche).
Question affrontements, soyons clair, ceux-ci sont d’une banalité affligeante. Vous aurez à votre disposition un coup simple et un coup puissant pour chaque arme blanche. Il est également possible de faire trébucher les ennemis pour les achever au sol via un QTE. Bien que plus ou moins soporifiques, ces combats peuvent s’avérer ultra fastidieux. En effet, la difficulté présente dans le jeu n’est pas en dents de scie, mais en dents de tyrannosaure rex. La faute en incombe en grande partie à un level design totalement à l’ouest.
 
On se retrouve ainsi, plus d’une fois, dans des mini-arènes avec tétrarchiée de morts-vivants au cm². D’ailleurs, dans les rangs de ces derniers, on retrouve les classiques « spéciaux ». Certains sont des véritables plaies : mention spéciale au boucher que vous apprendrez vite à éviter comme la peste bubonique. Pour tirer sur l’ambulance, les sauvegardes fonctionnent sur un système de checkpoints. Ceux-ci ont en général le bon goût d’être très éloignés les uns des autres, vous forçant (après trépas) à vous refarcir tout le trajet, ainsi qu’à éliminer les zombies qui ont bien évidemment réapparus. Le summum est atteint lors des combats contre les différents boss. Atrocement difficiles (arène minuscule), ces derniers vous renverront dans les cordes des dizaines de fois. Ajoutez à ça le système de checkpoint qui vous rejouera à chaque fois la cinématique de pré-affrontements et vous commencerez à expérimenter IRL le thème du jeu : la folie.

Délirium Tremens

Mettons ces sueurs froides de côté et revenons sur la mise en scène. Plus vous avancerez dans le jeu, plus les hallucinations de Cliff seront violentes. Débutant gentiment avec des containers/voitures tombant du ciel et des voix lancinantes dans la tête, vous serez progressivement propulsés dans des environnements alternatifs et dérangeants. Ces passages sont d’ailleurs plutôt réussis esthétiquement parlant. De plus, ils sont surtout portés par une bande-son relativement bonne, réussissant l’exploit de rendre ces délires angoissants. Cependant, cette mise en scène n’est qu’un immense fourre-tout de tous les plus gros clichés sur les hallucinations (et autres délires à l’acide) vus au cinéma depuis une vingtaine d’années. Par exemple, on se retrouve à maintes reprises dans un couloir exigu à se faire pourchasser par une rame de métro enragée.



Le titre use jusqu’à la trogne des artifices du genre : « est-ce un rêve ou la réalité ». À maintes reprises, votre personnage se réveillera en sueur dans un lit, après une phase de bouffées délirantes. La mise en scène est tellement anarchique et maladroite qu’on ne comprend strictement rien à l’histoire de Cliff déjà peu intéressante. Vous ne saurez donc jamais quand les psychoses s’arrêtent et où l’histoire reprend. Quant à celle-ci, censée narrer les origines du virus, on se rend vite compte qu’elle s’attarde sur celle du protagoniste. Effectivement, dès les cinq premières minutes du jeu on devine sans effort les origines de l’infection. On nage donc perpétuellement dans un micmac insondable, espérant qu’éventuellement tout cela trouvera une explication à la fin.

Que nenni, puisque toute cette bouillie s’achève dans un final absolument minable, doublé du combo mini-arène/armée de zombies amplifiée par 100. Si vous avez le courage d’arriver jusqu’ici, ce sadisme malsain aura raison de vous achever. Le jeu ne possédant aucune quête secondaire, vous en verrez le bout après 5-6 heures de jeu. Compter le double si vous êtes assez mentalement instables pour trouver tous les éléments de l’histoire (photos, enregistrements, etc.). Si cette durée de vie ultra rachitique fait d’habitude pester, on est ici au contraire soulagé que cette aventure s’achève aussi vite, tant cette poignée d’heures est interminable.

Arnaques, crimes et botulique

Devant un constat aussi accablant, il convient de parler plus prosaïquement, afin de tenter d’analyser les raisons qui ont poussé les développeurs à pondre cette chose. La raison principale est évidente : Escape Dead Island n’est qu’un immense panneau publicitaire commandé par Deep Silver au studio Fatshark afin de promouvoir Dead Island 2. Une déduction d’autant plus évidente qu’un accès à la bêta du futur opus est offert pour toute précommande du titre. Sous prétexte d’expliquer la genèse de l’histoire de la franchise, l’éditeur veut tout simplement montrer qu’il est l’unique propriétaire de la franchise. Rappelons qu’à la suite de Dead Island Riptide, Techland (à l’origine des Dead Island) est entré en désaccord avec la vision artistique qu’avait Deep Silver de la licence. Le studio a donc décidé de couper les ponts et de céder cette dernière à son éditeur.



Souhaitant repartir sur des bases saines, Techland a ensuite relancé un nouveau projet : Dying Light s’apprêtant à sortir début 2015. Une question peut néanmoins se poser : pourquoi avoir choisi le cell shading ? S'il est évident que ce style bien particulier facilite le camouflage de faiblesses techniques, on peut également soulever une autre hypothèse. Cette patte graphique peut aussi être en référence à la BD The Walking Dead de Robert Kirkman. Une décision probablement motivée par la volonté d’offrir une dimension dramatique et donc plus sérieuse à cette prequel. Néanmoins, Escape Dead Island reste l’archétype du produit dérivé, développé à la va-vite, à unique visée marketing. Cette bonne grosse farce tourne presque au vol en bande organisée, au vu du prix auquel est vendu ce jeu : 40 euros, rien que ça.
 
Difficile de vous conseiller d’acheter le titre de Fatshark. Et ce même si vous vous retrouvez en extrême dèche de jeu, pendant un week-end pluvieux et que des soldes vous le proposent pour 5 euros. Escape Dead Island porte très bien son nom et a au moins le mérite de bien servir le propos de son jeu : le délire et la folie. Le gameplay fade, l’extrême difficulté gratuite, la construction de l’histoire et le level design tout bonnement affligeant auront raison de votre santé mentale.

SCREENSHOTS

 

Commentaires

Masquer les commentaires lus.
Butagaz
 
Dans la conclusion, je crois que 'Et ceux' -> 'Et ce'.
Sinon... Ben comme le titre sortait un peu de nulle part, au moins il y aura pas eu trop de hype dessus...
Marc
 
Corrigé, merci.
ptitbgaz
 
Je salue l'implication du rédacteur qui, pour un salaire d'a peu près zéro euros, s'est appliqué à tester un jeu dont la valeur atteint visiblement celle de sa paye... Chapeau.
Zakwil
 
ptitbgaz a écrit :
Je salue l'implication du rédacteur qui, pour un salaire d'a peu près zéro euros, s'est appliqué à tester un jeu dont la valeur atteint visiblement celle de sa paye... Chapeau.


Qui a diffusé nos salaires !!!!!!!!!!! Je vais remonter ça à mon délégué syndical.
Mage
 
Ah parce que ce jeu s' achète ... On doit tous avoir au moins une copie dans notre inventaire Steam sortie également de nul part.
Marc
 
ptitbgaz a écrit :
Je salue l'implication du rédacteur qui, pour un salaire d'a peu près zéro euros, s'est appliqué à tester un jeu dont la valeur atteint visiblement celle de sa paye... Chapeau.


J'ai lutté pour finir le jeu effectivement. La rédac' du test m'a offert l'occasion de me "venger" !

@Mage : tu dois parler de Dead Island Epidemic, qui est au passage pas si mauvais que ça (du moins pour un MOBA).
Mage
 
Ah oui pas faux, c'est Epidemic (qui n'a jamais bougé de mon inventaire si quelqu'un ne l'a pas dans le monde). Comme quoi, je n'ai pas beaucoup entendu parlé de Escape pour confondre les deux jeux.
D-Kalcke
 
Le test est dans la catégorie générique article.
Marc
 
Bien vu, merci ! Voilà c'est dans test.
ptitbgaz
 
Ah parce qu'en plus t'es obligé de le finir ?! Pov' petit...
Marc
 
Crois moi, personne ne devrait avoir à vivre le combat final de ce jeu !
Je ne souhaite même pas ça à mon pire ennemie (quoique ?).
Vous devez être connecté pour pouvoir participer à la discussion.
Cliquez ici pour vous connecter ou vous inscrire.
Soutenez Factornews.com

Tribune

CBL
(01h29) CBL Je suis sur la news
choo.t
(00h07) choo.t Les jeux de Tomorrow Corporation sur Switch (World of Goo, Little Inferno, Human Ressource Machine) [nintendoeverything.com]
mardi 24 janvier 2017
noir_desir
(23h20) noir_desir Kame> Surtout que les états uniens sont plus armé que les philippins.
noir_desir
(23h20) noir_desir Kame> C'est vrai :) Mais on ne sait jamais Trump peut le faire :)
_Kame_
(23h19) _Kame_ Faudrait que quelqu'un fasse des persos MUGEN avec les grands dirigeant du 21ème siècle, ça pourrait être pas mal.
_Kame_
(23h16) _Kame_ noir_desir > ils sont qd même loin de détrôner le président philippin dans l'humour.
noir_desir
(23h11) noir_desir Khdot > Mais de toute façon, ne t'inquiete pas fillon a de grande chance de passer (ou marine), toi aussi tu pourras profiter de cette même politique à la maison :)
_Kame_
(23h09) _Kame_ Khdot > oh oui, on est tellement haineux et méchant. C'est de la faute de CNN qui nous lobotomise.
noir_desir
(23h09) noir_desir Khdot > Trump vient de redonner les autorisation pour les sables bitumeux et les oléoducs :)
GTB
(23h05) GTB Khdot > Avec Trump il y a pas besoin de sélectionner un bout de vidéo pour ça.
Khdot
(23h03) Khdot vous prenez un bout de vidéo (ou une photo) pour déverser votre haine du personnage... :|
Khdot
(23h02) Khdot à force je vais vous penser sérieux au sujet de Trump
Big Apple
(21h27) Big Apple Trump président, c'est un peu comme télécharger un crack CD no zizi avant de s'apercevoir qu'il s'agit en fait d'une saloperie de malware infestée de pop up puis chercher désespérément un point de restauration dans l'historique de sauvegardes. TROP TARD!
Big Apple
(21h18) Big Apple BeatKitano > 19:10 On dirait qu'ils enterrent l'Amérique...
Crusing
(20h56) Crusing Je les vois bien elle et son fils finir au fond d'un lac dans la voiture, les freins desserrés. Façon L'Épisode de Butters
_Kame_
(20h50) _Kame_ ça parait tellement peu naturel (même le mouvement de tête de Trump) qu'on pourrait le croire
Crusing
(20h34) Crusing Ah non :) [theslot.jezebel.com]
Crusing
(20h31) Crusing Kame> La lecture est inversée...
_Kame_
(19h46) _Kame_ BeatKitano > je préfère ce gif [giphy.com]
BeatKitano
(19h10) BeatKitano Cette photo putain... C'est tellement glauque [pbs.twimg.com]
Le vertueux
(11h39) Le vertueux la différence avec les jeux vidéos c'est qu'Asterix ne prend pas vraiment la place d'une autre bd, Tekken si, soit c'est ça, soit pratiquement rien d'autres.
Le vertueux
(11h34) Le vertueux choo.t > Il n'y a pas grand chose qui me vient à l'esprit là, les comics de super héros font pires.
choo.t
(11h12) choo.t Le vertueux > Ça s'applique à bien d'autres choses que le JV.
Le vertueux
(08h10) Le vertueux choo.t > Ça fait surtout penser que nous, joueurs, avons pris perpet avec les mêmes licences.
CBL
(02h33) CBL (23h38) Tient y'a Akuma
lundi 23 janvier 2017
noir_desir
(23h48) noir_desir choo.t > et que celui-ci était ultra-mauvaus
choo.t
(23h47) choo.t I Am Setsuna dans le le line-up de la Switch. [nintendoeverything.com]
choo.t
(23h38) choo.t [youtu.be] Hop, nouveau trailer du portage de Tekken 7, c'est pas folichon et ça me rappelle surtout que le studio n'a plus sortit de Soul Calibur depuis 5 ans...
noir_desir
(23h33) noir_desir Sacré claude puant oups gueant
noir_desir
(23h32) noir_desir J'ai toujours comme un doute
noir_desir
(23h32) noir_desir Enfin est ce que les lecteurs du figaro que les juges (enfin le plus gros syndicat) est de droite ?
_Kame_
(23h22) _Kame_ c'est rigolo
choo.t
(21h24) choo.t Pas con ce shader pour expliquer la perception fovéale [shadertoy.com]
Crusing
(20h03) Crusing Big Apple > c'est un vrai commentaire :3
Big Apple
(19h57) Big Apple c'est tout à fait ça :)
Big Apple
(19h56) Big Apple Crusing > Ah Ah Ah!
Crusing
(19h25) Crusing Au hasard :"Ce sont les derniers soubresauts de la justice rouge instrumentalisée et dévoyée."
Crusing
(19h23) Crusing Il est temps d'aller se délecter des commentaires sur le figaro
Crusing
(19h21) Crusing Inutile de préciser qu'il aura juste un bracelet, mais quand même, ça fait zizir comme disent les gens en scooter.
Crusing
(19h19) Crusing Guéant, 1 an [mediapart.fr]
Laurent
(19h12) Laurent DukeFreeman > [gamespot.com]
DukeFreeman
(18h28) DukeFreeman tiens une grosse maj de Dishonored 2... y a un changelog qui traine quelque part ?
BeatKitano
(15h13) BeatKitano LeGreg > Se retirer de l'OTAN pas des Nations Unies et oui CBL a raison, apparement ce truc est un running gag depuis 20 ans (effrayant la connerie...)
Toninus
(10h31) Toninus Ah, j'étais complètement passé à coté de ces (vieilles) vidéos de Chuchel, le nouveau jeu de Amanita. Certes c'est du point & click pas très profond, mais on dirait un peu La Linéa en JV [youtube.com]
thedan
(09h39) thedan J'imagine plutôt que comme dans toutes les administrations ou les grandes entreprises, tu dois étudier toutes les possibilités...
LeGreg
(04h29) LeGreg BeatKitano > je ne crois pas que Trump ait parlé de se retirer des nations unies (bon je ne suis pas tout ce qu'il raconte), par contre les précédentes administrations avaient accumulé des arriérés de paiement.
CBL
(02h18) CBL Trump peut raconter beaucoup de conneries mais au bout d'un moment il sera confronté à une dure realite
CBL
(02h17) CBL Et c'est pareil pour l'OTAN. Les US ont besoin des pays europeens pour installer des bases et deployer des systemes anti-missiles
CBL
(02h16) CBL Les US n'ont aucun intérêt à quitter les Nations Unies vu leur pouvoir de veto
CBL
(02h16) CBL Y'a pas beaucoup de soutien
CBL
(02h15) CBL (22h45) BeatKitano > C'est un vieux projet. Cherche H.R.1146
noir_desir
(00h11) noir_desir choo.t > :)
choo.t
(00h10) choo.t [i.redditmedia.com]
dimanche 22 janvier 2017
noir_desir
(23h33) noir_desir BeatKitano > hum l’assassinat c'est plus une idée républicaine...
BeatKitano
(23h19) BeatKitano noir_desir > Faut voir le bon côté des choses, on verra peut-être pas la totalité.
noir_desir
(23h14) noir_desir A la base l'otan n'a pas été créer dans le but d’éviter un conflit généralisé.... 4a c'est long...
noir_desir
(23h13) noir_desir BeatKitano > Ca serait étonnant, mais effectivement trump l'a toujours dit
Crusing
(22h51) Crusing Trop bien ça va renouveler les thèmes des films d'anticipation
BeatKitano
(22h47) BeatKitano C'est qu'on projet, mais ça donne le ton, et avec les décla de Super Carotte sur l'OTAN... il n'y a qu'un pas.
BeatKitano
(22h45) BeatKitano Les US pourraient se retirer des Nations Unies. Fun. [webcache.googleusercontent.com]
aeio
(21h26) aeio (21h20) La page est vieille (4 décembre 2016), Cemu 1.7.0 inclut d'office le correctif pour ce bug.
choo.t
(21h20) choo.t aeio > Ouai, j'ai aucun soucis sur Captain Toad, mais je ne suis pas allé très loin (déjà fini sur WiiU), mais apparemment y'a un bug bloquant au niveau 1-17 selon la config d'emul CPU [compat.cemu.info]
aeio
(21h06) aeio Après Zelda est un cas à part (et il est de toute façon pas super bien émulé, avec des grosses chutes de frame rate inexplicables quelque soit la config). Les autres gros jeux de la console ont 2 à 3 fois moins de shaders.
aeio
(21h01) aeio (20h49) Ah effectivement, j'ai vérifié et j'ai pareil ici (mais je m'en fous j'ai 16 Go).
choo.t
(20h49) choo.t Cemu met tout les shader en ram dès le lancement du jeu, j'ai ±6Go bouffé par Cemu pour jouer à Zelda:WW, c'est n'importe quoi.
choo.t
(20h46) choo.t MrPapillon > C'étais horrible sur Natural Selection 2.
MrPapillon
(19h58) MrPapillon La compilation shader OpenGL c'est très mal foutu et ça empêche d'avoir un truc précompilé dans la distrib. Du coup le driver compile violemment au premier lancement.
MrPapillon
(19h57) MrPapillon La compilation des shaders longues, c'est surtout la faute à OpenGL.
aeio
(19h14) aeio (16h24) T'as téléchargé un cache complet (9000 et quelques shaders pour ce jeu) ? Si oui, alors la compilation va être longue la première fois mais super rapide ensuite.
choo.t
(16h24) choo.t C'est mal branlé leur compil de shader, sur mon vieux laptop je n'ai que 8go de ram et c'est impossible de compiler les shader de Wind Waker, trop nombreux et tout ce fout en ram sans jamais s’effacer....
zouz
(16h11) zouz Khdot > Nous somme tous abonnés à HBO Prime, Netflix US, Amazon Prime et travaillons pour le gouvernement afin de débusquer chaque malware chinois caché dans chaque programme d'émulation. Je ne vois pas où est les problème.
choo.t
(15h45) choo.t Khdot > J'ai littéralement la boite du jeu sur le bureau.
Khdot
(15h40) Khdot nous ne parlons pas du tout de piratage sur la tribune. :p
zouz
(15h31) zouz aeio > Yep cet émulateur est vraiment incroyable, mon week end sur MK8 avec un pote peu en témoigner.
choo.t
(15h29) choo.t Ah, les drivers daté de débuts 2014... ça tourne niquel maintenant. C'est Impressionnant, et les jeux Wii U ne pèsent rien.
choo.t
(14h56) choo.t aeio > Je viens de tester, ça marche nickel sur le GPU intégré, mais ça chie avec la CG activée (Optimus), c'est courant ?
Khdot
(14h17) Khdot (10h24) aeio > mon dieu
choo.t
(14h05) choo.t aeio > Si Zelda BotW tourne correctement dessus à la sortie, ça va être dur de se motiver à prendre une switch...
aeio
(12h55) aeio Captain Toad en 4K sur Cemu [youtube.com] L'émulateur est tellement bien fait qu'on peut même utiliser la souris comme un doigt pour passer certains obstacles (3:15).
Dks
(12h44) Dks je viens de regarder dans ma boite de ma viielle 560ti y a deux adaptateurs molex vers 6 pin. Bon c'est l'affaire de deux jours mais week end un peu triste sur le coup ^^
fwouedd
(12h43) fwouedd Ouais, c'est super moche.
Dks
(12h39) Dks fwouedd > pour un accessoire à 3€ sur une cg déjà à 300.. radinage
fwouedd
(12h31) fwouedd Dks > Tous en fait, ils ne les mettent actuellement que sur les CG HDG j'ai vu.
Dks
(12h25) Dks aeio > oui là dessus gigabyte sont radins :\
Edhen
(12h24) Edhen (11h32) [twitter.com]
hohun
(11h32) hohun C'est le deuxième jour et on est déjà en plein délire cosmique.
hohun
(11h32) hohun Ahah Trump qui part en mode full complot des médias genre "les pelouses vides c'est un mensonge"
aeio
(10h26) aeio Ça m'étonne même un peu quand t'en aies pas eu un dans le bundle de la carte graphique.
aeio
(10h24) aeio (09h46) Comme le dit fwouedd, tu prends ça [media.ldlc.com] et c'est réglé.
Dks
(09h46) Dks fwouedd > l'alim existait avant le format 8 pins pour les cg, faut que je vise un 6 vers 8 p. Ou changer l'alim.. mais c'est moche.
Dks
(09h45) Dks fwouedd > nop en fait un gars de cpc m'a pointé le fait que le 8 pin de l'alim c'est pour l'atx. Genre multi cpu.
miniblob
(09h07) miniblob Kame> J'avais loupé le coche, merci de l'info, ça reste le meilleur moyen de regarder la télé sans la regarder
fwouedd
(08h46) fwouedd Mais d'ici la, tu as pas un adaptateur molex avec la CG?
fwouedd
(08h45) fwouedd Ah ouais, non j'ai rien dit, effectivement, t'as du 8...
fwouedd
(08h44) fwouedd Tu te plantes pas de câbles? Je ne crois pas qu'ils aient changé de format depuis.
samedi 21 janvier 2017
_Kame_
(23h46) _Kame_ pour ceux qui savaient pas, le Zapping a repris sur France2 [twitter.com]
Dks
(22h43) Dks me demande si un simple adaptateur 6pins vers 8 ne ferait pas l'affaire.
Dks
(22h11) Dks Bon au moins je vois que le cable avec le bon connecteur existe : [corsair.com]
Dks
(22h06) Dks Ah comment je suis un gros loser, se dire que mon hx620 corsair avec son connecteur 8 pins ira très bien avec ma nouvelle 1060 gigabyte.... rahhh mais non, pas les même détrompeurs. /dansmoncullulu
Crusing
(21h37) Crusing Big Apple > sur les rat cest juste dans de l'eau 10mg/pdc, 4/11 développent des tumeurs, en peu de temps. Lisez un peu bordel.