Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
 
TEST

Deus Ex : Human Revolution

Zaza le Nounours par ,  email
"Deus Ex : Everytime you mention it, SOMEONE will reinstall it". Plus de dix ans après sa sortie, le jeu de Ion Storm Austin fait toujours partie de ces quelques titres que l'on peut qualifier de "cultes" sans exagérer. Alors que l'on fait tout pour oublier l'indigne Invisible War, le jeune studio d'Eidos Montréal nous a enfin livré sa version de Deus Ex, avec un troisième épisode prenant place avant le Deus Ex original.

Adam Jensen, grand brun ténébreux, ancien flic ayant rendu son badge et son arme à la suite d'une opération ayant mal tourné, bosse en tant que chef de la sécurité chez Sarif Industries, une des boites de biotechnologie les plus en vue en 2027. Il faut dire que celle-ci, grâce au talent de quelques uns de ses chercheurs, dont Megan Reed, l'ex d'Adam, est sur le point de prendre une avance considérable sur ses concurrents dans le domaine des augmentations biomécaniques. Bien loin des nano-augmentations du Deus Ex de 2001 (Human Revolution se place après tout vingt ans avant les aventures de JC Denton), ces prothèses en ferraille bien voyantes sont l'apanage des plus riches, les seuls à pouvoir se les offrir et surtout à pouvoir ensuite se payer les médicaments nécessaires pour empêcher le rejet par leur corps de ces implants.



Ironie du sort, Adam Jensen, pas un fervent défenseur de ces augmentations, va pourtant se faire copieusement charcuter et "augmenter" par ses employeurs à la suite d'une attaque contre les locaux de Sarif qui l'a laissé en bien piteux état : nouveaux membres, nouveaux organes, la totale. Devenu moins qu'un homme ou plus qu'un homme, selon le point de vue, Adam a pourtant eu plus de chance que Megan Reed et quelques autres scientifiques, qui n'ont pas survécu à l'attaque. Notre vigile en chef va donc se lancer dans une enquète pour découvrir qui se cache derrière cette attaque et, Deus Ex oblige, se retrouvera bien vite à faire le tour du globe, coincé au milieu d'une intrigue mêlant diverses mafias, industriels véreux et autres conspirateurs de l'ombre.


Le choix dans l'Adam


Si les premières minutes du jeu nous feront incarner un Adam encore en possession de tous ses membres de chair et de sang, c'est une fois que ceux-ci auront été remplacés par leurs équivalents mécaniques que le gameplay va se débrider. Ces augmentations pourront être toutes améliorées, afin par exemple de rendre Adam plus performant lorsqu'il pirate des ordinateurs, de le faire courir plus vite ou sauter plus haut, ou encore de voir les ennemis à travers les murs. Ces améliorations dormantes pourront être activées au moyen de points Praxis, achetés à prix d'or dans les cliniques Amplib ou obtenus après avoir gagné un certain nombre de points d'XP. Vous accumulerez ces points d'XP pour tout et n'importe quoi : réussir une mission, bien sûr, mais aussi effectuer des headshots ou épargner un ennemi en l'endormant plutôt qu'en le tuant, explorer les moindres recoins des environnements où encore accomplir un objectif d'une manière plus ou moins détournée. A contrario du premier Deus Ex, il ne sera pas ici question de faire face à des choix cornéliens au moment de choisir quelle augmentation améliorer, puisque les points Praxis peuvent être dépensés sur n'importe quel organe augmenté. Néanmoins, même en la jouant finaud, il ne faut pas espérer récupérer assez de Praxis pour améliorer tout à 100%, et il faudra bien à un moment ou un autre choisir quelles augmentations privilégier en fonction de votre style de jeu : les bourrins qui tirent d'abord et interrogent ensuite les cadavres choisiront de renforcer leur résistance aux balles et de s'offrir le canon Typhon, alors que les geeks pacifistes boosteront leurs compétences de piratage et leur furtivité.

Si certaines de ces améliorations ne coûtent rien en terme de consommation énergétique, les autres en revanche videront vos batteries à grande vitesse - des batteries dont il sera possible d'augmenter la capacité ou la vitesse de rechargement à l'aide d'augmentations. Les barres à grignoter pour faire le plein étant de plus relativement rares, il faudra savoir utiliser ses augmentations avec parcimonie, pour ne pas se retrouver à sec à un moment forcément inopportun.



Ainsi, pour atteindre son objectif, il sera possible de bêtement foncer dans le tas en tirant sur tout ce qui bouge, d'y aller plus en finesse en passant par la ventilation ou en désactivant les systèmes de sécurité en piratant les ordinateurs au moyen d'un mini-jeu plutôt bien pensé, ou même de la jouer diplomate en employant les bons mots auprès de la bonne personne, éventuellement en s'aidant des augmentations facilitant les interactions sociales. Bien sûr, ces possibilités récurrentes finissent par avoir un petit côté assez artificiel, mais on se réjouit néanmoins du sentiment d'avoir le choix d'avancer un peu comme on le souhaite plutôt que comme les créateurs du jeu l'ont voulu. D'autant plus que comme dans tout jeu se voulant un minimum RPG, les actions du joueur auront la plupart du temps des répercussions à plus ou moins court terme : là aussi parfois un peu artificielles, celles-ci parviennent néanmoins à donner le sentiment de ne pas évoluer dans un monde figé où rien n'a de conséquence.

Enfin, au delà des missions de la storyline, il sera possible d'accomplir un certain nombre de quêtes annexes. Certains NPC, croisés plus ou moins par hasard dans les villes, vous confieront des missions que vous pourrez tout à fait refuser, au risque alors de manquer des pans entiers de l'histoire - sans parler des précieux points d'XP. Assez peu nombreuses, ces missions annexes ont néanmoins le mérite de ne pas avoir été baclées et ne se limitent pas à des quêtes Fedex bouclées en cinq minutes.


Padam ta gueule


À moins de se fixer comme objectif de ne tuer personne, les gunfights occupent une place très importante dans Deus Ex : Human Revolution. On se rappelle que ceux du premier épisode n'étaient pas spécialement brillants, la faute à une IA aux fraises et à des flingues sans aucune sensation de puissance. Les affrontements sont en revanche ici un peu plus agréables, même si il ne faut pas non plus se lancer dans le jeu en espérant prendre part à des affrontements dantesques.

Comme il faut bien vivre avec son temps, Eidos a rajouté dans son jeu une barre de vie qui remonte toute seule en quelques secondes, et un système de couverture piqué sur celui de Rainbow Six Vegas : Adam peut se coller à n'importe quel mur et ce faisant, la vue passe alors à la troisème personne, ce qui permet d'observer plus aisément quels danger nous attendent. D'une pression sur un bouton, on fait sortir sa tête et son bras armé pour canarder les vilains ; avec un autre bouton, on effectue une petite glissade pour passer au couvert suivant. C'est efficace, ça marche bien et on ne prend presque jamais ce système en défaut... mais forcément, ça rend aussi le jeu beaucoup plus facile. On aurait préféré une vue bloquée à la première personne, avec éventuellement un système de couverture à la Killzone, d'autant plus qu'Adam est quand même loin d'être dépourvu de gadgets facilitant sa progression : de base, son radar indique la présence des ennemis alentours, la direction de leur regard ou encore leur état d'alerte, et des augmentations permettent d'augmenter la portée de ce radar ou encore de voir à travers les murs. On regrettera également les cut-scenes en vue à la troisième personne qui interviennent lorsqu'on se lance dans une attaque au corps-à-corps, celles-ci ayant tendance à vite se répéter.



Malheureusement, même si vous avez choisi de vous la jouer Gandhi mécanique, vous serez quand même obligés de sortir votre flingue de son étui lors des affrontements contre les bosses. Assez mal foutus avec leurs petits niveaux étriqués et globalement inintéressants, on se demande un peu ce qu'ils viennent faire ici, d'autant qu'il n'existe presque aucun moyen détourné d'en venir à bout.

Pour venir à bout de ses ennemis, le joueur amateur de flingues aura à sa disposition un joli catalogue d'armes : petit pistolet ou gros revolver, fusil à pompe, canon scié, pistolet-mitrailleur, fusil d'assaut, fusil de snipe, arbalète et fusil tranquillisant, et même quelques armes plus expérimentales vers la fin de l'aventure, sans oublier quelques explosifs. À l'instar du héros, il sera possible d'améliorer la plupart d'entre elles afin de les rendre plus précises ou plus discrètes, quand ces améliorations ne rajoutent pas des fonctions comme des balles explosives ou à tête chercheuse. Il ne sera pas possible de tout emporter avec soi : bien que lui aussi puisse être amélioré, l'inventaire reste assez limité, et il faudra donc là aussi faire des choix, en tenant compte également de la place prise par les munitions. Des munitions que l'on trouvera régulièrement dans les niveaux, si bien qu'on se retrouvera rarement avec des armes vides, à moins bien sûr d'avoir la gachette un peu trop facile.


Adam de sagesse


Bien qu'aucun personnage ne soit réellement attachant ni ne dispose d'un background très développé comme ça pourrait être le cas dans un "vrai" RPG, la narration est dans l'ensemble excellente et les nombreux dialogues très bien écrits, ce qui permet de s'immerger dans cet univers futuriste-mais-pas-trop très travaillé et cohérent. Entre deux missions, on pourra ainsi déambuler à peu près librement dans les villes-hubs, malheureusement assez peu nombreuses mais néanmoins relativement vastes (n'attendez pas un GTA futuriste quand même), afin de se lancer dans une des missions annexes, de parler avec les nombreux NPC, ou de glaner des informations et de récupérer du matériel. Là encore, le joueur a le choix, et pourra explorer les niveaux de fond en comble s'il le souhaite, tout comme il pourra foncer en ligne droite d'un objectif à l'autre sans se préoccuper de ce qui l'entoure.



Cet univers est rendu d'autant plus immersif grâce à la formidable direction artistique dont bénéficie le titre. Bien sûr, il faut aimer l'orange et ses déclinaisons, étonnament nombreuses, mais il est indéniable que Deus Ex : Human Revolution bénéficie d'un style unique, qu'il s'agisse des environnements traversés ou des personnages clefs du scénario. On regrettera néanmoins le manque de réelle différenciation entre les lieux traversés par Adam : de ce côté-là, le premier Deus Ex faisait mieux.

Malheureusement, l'aspect purement technique de Deus Ex : Human Revolution dessert son esthétique bien lêchée. Le jeu n'est jamais vraiment laid, mais son moteur fait très vieillot, avec ses textures bien peu fines et ses personnages assez grossiers et pas très bien animés. On se demande un peu pourquoi Eidos Montréal n'a pas choisi de suivre les traces du premier Deus Ex, qui à l'époque tournait sur la première version de l'Unreal Engine : bien maîtrisée par des artistes indéniablement talentueux, la dernière version du moteur d'Epic aurait incontestablement fait des merveilles et aurait très probablement transcendé l'aspect artistique au lieu de le tirer vers le bas. La partie sonore n'a en revanche pas été baclée : à condition de jouer en VO et à quelques exceptions près, les dialogues des très nombreux personnages sont déclamés avec conviction. Mais la vraie star reste la bande son elle-même : les compositions sont vraiment superbes et parfaitement appropriées à cet univers. Les amoureux du premier épisode ne manqueront pas d'ailleurs de reconnaitre dès la première note les quelques extraits des musiques d'ambiance de Deus Ex que l'on pourra entendre en quelques occasions dans ce Deus Ex : Human Revolution.

Autant ne pas tergiverser : malgré quelques points noirs comme des combats de bosses ratés et un aspect technique assez limite, Deus Ex : Human Revolution est une incontestable réussite, le digne descendant d'un titre mythique que l'on attendait depuis plus de dix ans. La jeune équipe d'Eidos Montréal nous livre une jeu d'une très grande qualité, doté d'une richesse dans son gameplay qu'on pensait ne plus jamais retrouver à l'heure des grosse productions sans âme où tout est prémaché pour que le joueur en prenne plein les yeux sans se fatiguer. Ici, la profondeur du jeu ne se révèlera qu'à ceux qui iront la chercher, et les différents aspects du gameplay s'imbriquent de bien belle manière pour former un tout cohérent, parvenant à embarquer pendant une vingtaine d'heures le joueur dans un scénario bien ficelé tout en lui laissant suffisamment de liberté pour lui donner l'impression d'être un véritable acteur et non pas simple spectateur.
 

Commentaires

Masquer les commentaires lus.
Tonolito
Bon test dans l'ensemble. Je te rejoins sur le cote artificiel du jeu, heureusement qu'on peu faire le gogol avec les augmentations: mettre le dawa et bousculer l'IA (aussi "efficace" que le 1er!)pour pimenter l'action. J'en suis a la moitie et c'est plaisant de retrouver cet Univers si particulier. Après faut accrocher a la Da, sans le filtre jaune pisse, je me brule moins les yeux. Un bon titre dans l'ensemble mais un peu facile(je jour en normale).
D'ailleurs je ne sais pas si tu as note mais selon les lieux certaines ziks qui passent dans les radios sont celles du 1er DE (PARIS, HK)!
sunburn
Globalement d'accord avec toi sur le test ; ce qui me fait un peu mal au c.. c'est qu'on pardonne d'énormes défauts à ce jeu simplement parce qu'on sait qu'on aura pas droit à mieux, l'époque étant tellement à la simplification qu'au final ce DEHR est un petit miracle.

Le plus gros reproche est l'absence de choix en rapport avec l'histoire (avant la fin) et l'absence de conséquence sur la manière de jouer. Ce jeu n'est vraiment intéressant que si on accepte le challenge de jouer discrètement (en bourrinant c'est vite décevant / trop simple) mais il ne pénalise pas le joueur bourrin, et n'apporte qu'un petit bonus d'XP pour celui qui s'applique.

Deuxième défaut, les piraxis, de qualité très variable, beaucoup étant totalement useless. J'ai souvent eu 4 ou 5 points en attente, me demandant ce que j'allais bien pouvoir prendre et faisant le choix au dernier moment pour me simplifier une situation spécifique...

Et l'attribution de l'XP : j'ai pas compris pourquoi tu n'avais pas d'XP quand tu trouvais et tapais le bon mot de passe. Le nombre de truc que j'ai piraté alors que j'avais déjà le code, juste pour un peu d'XP, alors que le mini-game de piratage devient vite super reloud....
Per
Entièrement d'accord avec ce test. Pour moi cet épisode est une vraie réussite, et je prend autant de plaisir (sinon plus) qu'avec le premier. On retrouve vraiment l'ambiance et le gameplay propre à Deus Ex, a quelques détails près : système de cover et certaines "simplifications", mais aussi des améliorations bienvenues.
La DA est originale et bien maitrisée, certaines salles et décors sont magnifiques (malgré le moteur utilisé) et l'ambiance sonore est très réussie (mention spéciale aux petites références aux musiques du premier opus).
Bref, quasiment un sans fautes. A apprécier avec le niveau de difficulté "Deus Ex" (!) et en VO.
Wild_Cat
C'est comme le premier: il faut y jouer en difficulté maximale et avec toutes les aides désactivées (même le viseur) pour vraiment apprécier les possibilités du jeu.
Arnaud
Deux Ex: Human Revolution est le jeu (PC en tout cas) de l'année pour moi. Ce n'est pas parfait, d'où le 9/10, mais les efforts déployés compensent largement les défauts (qui ne sont pas "énormes", sunburn).

Je recommande aussi à tout le monde de se procurer le making off du jeu. Non pas qu'on apprenne des trucs sur la façon de faire des jeux, mais ça donne un aperçu de la mentalité de Eidos Montréal. Ce sont des gens qui aiment les jeux, se donnent les moyens (tout en faisant leur mieux pour gérer les contraintes mesquines) d'en faire proprement.

Je passe sur l'histoire qui est vraiment très bien, complètement cyber-punk et très fidèle au genre.
Gingembre
Clairement un de mes jeux préféré cette année aussi.
Je rejoins les com ci dessus: C'est un jeu qui s'apprécie quand on joue stealth, sinon on se retrouve avec un shooter assez basique. Si on veut faire panpan, y'a 10 fois mieux ailleurs.

Ils ont fait du très beau boulot pour remettre à jour la franchise, la rendre plus accessible (j'ai pas dit "casualisé") tout en lui restant fidèle.

Bien sur il y a quelques défauts (j'aurais aimé un univers plus ouvert et des choix aux conséquences plus drastiques), mais dans l'ensemble c'est un gros kif.
Mention spéciale au level design qui arrive à nous offrir des tas de possibilités dans un environnement pourtant plus réduit qu'il n'y parait (à confirmer mais j'ai l'impression que les maps ne sont vraiment pas très grandes)

Bravo les mecs, et j'attends la suite avec impatience !
Entre DE:HR et Arkham qui arrive, c'est la teuf du stealth action cette fin d'année ! \o/
The System Five
Tout pareil GOTY (depuis le temps que je le dis), vraiment dommage que la technique ne viennent pas sublimer le tout.
Cyberpunk
Question: on entend ingame la superbe musique de la bande annonce?
Volubile
Moi j'ai trouvé que ça manquait de katanas lasers et de musiques ringardes.

Et de français mongoloïdes aussi.
Ahmteashar
Marrant qu'on pardonne beaucoup à ce Deus Ex pour ce qu'a pris Alpa Protocol dans les dents (En dehors des bugs pour certains).

Quant à la musique, il faut éviter d'avoir joué à Mass Effect avant.
Tonolito
The System Five a écrit :
Tout pareil GOTY (depuis le temps que je le dis), vraiment dommage que la technique ne viennent pas sublimer le tout.



Faut arreter avec les GOTY a tire larigot! Le jeu est cool, mais demeure tres classique, une fois le scenar éludé.
le LD est peut etre bien fait, mais les niveaux demeurent etroits. Les mecanismes se repetent a foisons, les hitbox sont foirées, les augmentations (hormis 1 ou 2)sont pour la plupart assez useless et limitées a des actions contextuelles.
Je les encourage pour la sortie d'un second opus, afin de palier a tous les pb du titre (LD redondant, technique datée, filtre en moins :p)..et la oui, on aura un titre memorable.
Doc_Nimbus
Ahmteashar a écrit :
Marrant qu'on pardonne beaucoup à ce Deus Ex pour ce qu'a pris Alpa Protocol dans les dents (En dehors des bugs pour certains).

Quant à la musique, il faut éviter d'avoir joué à Mass Effect avant.



Personnellement, j'ai trouvé qu'Alpha Protocol ressemblait à une grosse plaisanterie, que ce soit au niveau du scénario sans surprises, au niveau des mécaniques de jeu ou de la construction des niveaux. Bref un grosse déception, à l'inverse de ce Deus Ex (dont l'a priori était à la hauteur du plaisir procuré par le premier).
The System Five
Volubile a écrit :
Moi j'ai trouvé que ça manquait de katanas lasers et de musiques ringardes.

Et de français mongoloïdes aussi.

Et de subtiles références lycéennes au canabi?
fwouedd
Perso, j'ai aimé y jouer mais je ne peux m’empêcher d'être déçu :

- Grobilisme en mode "je peux tout faire"...
- ce qui donne un jeu trop facile en difficile en mode pacifique invisible,
- monde immobile et sans vie,
- histoire trop classique avec des persos mal amenés,
- putain d'anim de kikoo mongol quand on assomme quelqu'un,
- putain de mélange TPS / FPS qui casse l'immersion,
- putain de moteur à foutu BSP qui donne l'impression d'être dans une boite en carton.
Wild_Cat
Alpha Protocol, les seuls truc qu'il avait pour lui c'était son système de dialogues (qui reste le meilleur que j'aie fait, y compris dans Mass Effect, tout simplement parce qu'il y a un système de réputation/influence par personnage et pas un karma meter) et le fait qu'on te filait des perks dans tous les sens pour encourager les approches variées.

Pour le reste, c'était buggué, injouable au clavier/souris, mal équilibré (la furtivité et les pistolets OP, les SMG useless), le système de combats avait un feeling hyper-poussif et le scénario était très, très convenu (ooh, le complexe militaro-industriel cherche à déclencher une guerre, comme c'est original). Sans parler de la DA générique.


DX3 est, lui, une franche réussite sur tous les points (à part la technique un peu à la ramasse et les boss pas géniaux, mais honnêtement ça ne m'a pas gêné). Y compris sur certains pour lesquels le premier Deus Ex était franchement bof (le feeling des armes, le système de couverture, la gestion des PV).
Volubile
@fwouedd
Tu pourrais décrire avec précision ce qu'est une "putain d'anim de kikoo mongol" s'il te plaît ? Tu as titillé ma curiosité !
fwouedd
C'est une animation qui vise à récompenser le joueur en lui permettant d'admirer le super style kikoo de son avatar virtuel qui prends des poses trop classes parce que, tu vois, c'est trop la classe d'arriver discrètement derrière un vilain, alors il faut bien mettre en évidence que c'est trop la classe, bien mettre en avant la grande classe des fringues à la Matrix parce Neo il est trop classe aussi tu vois, du bouc et des lunettes Rayban de dedans le futur classy tu vois.


C'est trop super quand tu joues uniquement comme ça tu vois, tu vois toute ta classe toutes les minutes, c'est hyper trop super même.
The System Five
C'est pas tant l'animation kikoo Jason tatane bourne qui gêne que la position des corps a la fin de cette animation.
fwouedd
Bin limite les bugs physiques je passe outre en me disant que la technique n'est pas le point fort du titre sans problème.

Mais vu que j'ai immobilisé tout le monde au corps à corps ou presque, je peux plus les voir ces cut-scenes.
The System Five
Je parle pas de la physique, mais que ça te fout le cadavre par terre de manière imprévisible là où tu voudrais etre précis pour ensuite planquer le corps, ah on est loin du coup de coude a la mâchoire de notre ami en latex et en charentaise Sam Fisher .
Volubile
fwouedd a écrit :
bien mettre en avant la grande classe des fringues à la Matrix parce Neo il est trop classe aussi tu vois, du bouc et des lunettes Rayban de dedans le futur classy tu vois.

Clair, rendez nous JC Denton et ses... fringues à la Matrix... et ses lunettes Rayban... Euh... Non, rien.

Et sinon tu devrais moins te prendre la tête, ce ne sont que de simple stealth moves, qui sont en plus, effectivement, plutôt classes. J'ai du mal à voir où est le problème.
Tonolito
Volubile a écrit :

Clair, rendez nous JC Denton et ses... fringues à la Matrix... et ses lunettes Rayban... Euh... Non, rien.

Et sinon tu devrais moins te prendre la tête, ce ne sont que de simple stealth moves, qui sont en plus, effectivement, plutôt classes. J'ai du mal à voir où est le problème.



Les DE n'ont jamais été des modeles de bon gout :)
l'interet est ailleurs. Je trouve Jensen tout aussi ridicule que JC Denton, ou encore Alex D. (lui etait vraiment "laid").
Per
J'avais en effet zappé cette histoire de cutscenes. A la limite, c'est joli, pourquoi pas (les gouts et les couleurs).
Mais comme le dit fwouedd, quand tu veux uniquement tuer au corps à corps, ça devient vite lassant. D'autant plus que c'est (à ma connaissance, je n'ai pas encore fini le jeu) la seule façon d'immobiliser un ennemi sans arme. La matraque électrique de Deus Ex me manque, en fait (le sabre laser aussi, mais bon, ahem).
sandeagle
Le meilleur moment du jeu, celui dans lequel j'ai eu des frissons, c'est dans les 3 dernières minutes, après le générique de fin, quand on entend le thème du premier Deus Ex. :)

Finalement ce DX3, au delà de certaines qualités et de pas mal de défauts (interactions sociales à la ramasse) m'a surtout donné envie de me refaire le premier pour la quinzième fois.
Oui, je suis définitivement fan de JC Denton et des synth cheap.
Le vertueux
Un remake un peu trop insipide, du premier et du second qui avaient déjà tout dit, c'est l'impression que j'ai eu en jouant à ce deux ex HR.
Et son orientation infiltration ne m'a pas plus.
Pour autant le jeu reste prenant, une valeur sure, mais ça n'est pas mon jeu de l'année.
fwouedd
Volubile a écrit :

Clair, rendez nous JC Denton et ses... fringues à la Matrix... et ses lunettes Rayban... Euh... Non, rien.

Et sinon tu devrais moins te prendre la tête, ce ne sont que de simple stealth moves, qui sont en plus, effectivement, plutôt classes. J'ai du mal à voir où est le problème.


Ouais, JC Denton à le même look, mais, vu que tu sembles pas avoir remarqué, y'a pas de vue TPS qui alterne avec la vue FPS, y'a pas de cut scène quand tu immobilises un gars au contact.
Au final le look de Denton, on s'en branle complétement.

Le probleme, c'est qu'une fois ça va, deux fois aussi, trois encore, mais au bout de plusieurs centaines de fois, ça commence à bien faire. C'est chiant, ça casse le rythme, frustrant puisque tu perds le contrôle et ça casse l'immersion.
Captain America
Surtout que l'action continue de se dérouler pendant les cutscene, donc risque de se faire repérer... (Sans parler de la cutscene qui se déroulé à 3m de là ou tu as déclencher l'action et qui te fous dans une merde sans nom parce que l'ennemi se retrouve assommé au mauvais endroit.)

Edit : Mention spéciale au taser qui fous un bordel sans nom quand on électrifie un ennemi qui se trouve à côté d'un autre (Donc alarme et tout le bordel.), mais au pétage de bras façon je te fais ressortir l'os de l'avant bras, totalement inaudible pour le mec qui se trouverais, de dos, à un mètre de l'action ou au coin du mur...
freepopo
Faux : pendant les takedown l'action s'arrête. Tous les autres persos sont figés. Spa très réaliste d'ailleurs m'enfin...
choot
J'ai fait le jeu avec un certain plaisir, uniquement du aux mécaniques pompées sur deus ex ( lecture des emails via piratage, "infiltration", plusieurs chemins possibles etc...), mais tout le reste, c'est de la merde, le rendu dégueulasse, l'absence d’animation quand un ennemie est touché, la vue tps, le système de cover, et donc par extension l'absence de lean, les boss pas fun pour un sou, les hubs figés, Jonathan Jacques-Belletête et j'en passe.

Bref, le jeu une bonne base, merci Ion Storm, mais pour le reste, ça fait plus penser à un titre développé à l'arrache histoire de pas mètre tout ses œufs sur une même licences fraîchement déterrée.
wdaq
.
Morty
Cyberpunk > Si c'est My World de Transmissions, non, pas encore entendue.
Cyberpunk
Morty a écrit :
Cyberpunk > Si c'est My World de Transmissions, non, pas encore entendue.



Non, je pensais à celle-ci
Hot-D
Le jeu a duré un peu moins de 40 heures de mon côté.
Mais j'explorais beaucoup et perdait beaucoup de temps à refaire certains passages sans être détecté.
drosophyle
Une fausse liberté d'action.

Des upgrades au pire inutiles au mieux obligatoires sinon on peut pas avancer dans le jeu (piratage).

Des boss qui obligent à bourriner (donc incompatibles avec une orientation infiltration)

Une I.A PITOYABLE.

Un game designer qui s'est inspiré de sa propre gueule pour la refaire dans celle du personnage principal à l'identique (voir ici : http://static.jvn.com/img-rsz/29/295442ba7f7bbe024066c642988fa91b-250x131.jpg) : comble du narcissisme.

Un jeu hyper répétitif.

Un jeu pas beau.

Une B.O certes sublime (dans le menu) mais qui se fait très rare dans le jeu.

Un scénario passable.

Des actions qui n'ont que très peu d'influence sur le scénario.

>> Les mecs, réveillez vous.
Paulozz
drosophyle a écrit :

Un game designer qui s'est inspiré de sa propre gueule pour la refaire dans celle du personnage principal à l'identique (voir ici : http://static.jvn.com/img-rsz/29/295442ba7f7bbe024066c642988fa91b-250x131.jpg) : comble du narcissisme.


Juste pour info, c'est pas les game designers qui modélisent les persos.
BeatKitano
Ouais, et comme ça: quel narcissique ce Gabe Newell a avoir appliqué sa gueule sur le boomer de l4d1...

Ce qu'il faut pas lire.

Droso pour un mec qui bosse (ou voulait bosser je ne sais plus très bien), dans le graphisme, dire que dx:hr est moche est triste a lire. Techniquement pas a jour oui, mais moche... non.
Prodigy
drosophyle a écrit :
Un jeu pas beau.


Le reste je sais pas j'ai pas été loin mais là clairement : non.

Par contre, aimer le jeu "malgré ses défauts parce que dans cette génération on aura pas mieux", je me porte en faux.

Déjà parce que je suis pas de ceux qui pensent que cette génération a quelque chose de particulièrement mauvais/décevant (des jeux casu, des jeux pour la masse, des jeux merdiques, y'en a toujours eu, aujourd'hui sans doute plus qu'avant parce que le public a été multiplié par 10), deuxio parce que (pour ce que j'en ai vu toujours) il a des qualités propres qui ne sont pas du "à défaut de mieux".

C'est bien parce que c'est bien, pas parce que c'est le moins pire qu'on pouvait avoir.

AMHA, of course.
Tonolito
Un jeu pas beau techniquement ;)

Enfin, il est quand meme assez particulier au niveeau du design.
Je ne l'ai, finalement, pris qu'apres la sortie de L'enb. la chaude pisse tres peu pour moi.
Kekouse
LE soucis de ce c'est qu'on peut tout faire, qu'on n'a pas besoin de se spécialiser et qu'à aucun moment on se retrouve face à ses choix.

On a tellement d'XP qu'on débloque pratiquement toutes les upgrades. Le scénario ne réagit pas des masses aux différents choix et surtout jamais on bloque.

Genre le mec il fait un perso Grosbill. Il doit donc passer théoriquement par l'entrée et buter tout le monde. Il tente 2x ca passe pas. Pas grave y'aura soit la porte à hacker, soit le conduit à trouver, soit tout en même temps.
D'accord ca évite la frustration du joueur mais ca enlève aussi une bonne partie du plaisir de réussir.

Un bon jeu avec des défauts. Pas un "grand" jeu.
drosophyle
BeatKitano a écrit :
Ouais, et comme ça: quel narcissique ce Gabe Newell a avoir appliqué sa gueule sur le boomer de l4d1...

Ce qu'il faut pas lire.

Droso pour un mec qui bosse (ou voulait bosser je ne sais plus très bien), dans le graphisme, dire que dx:hr est moche est triste a lire. Techniquement pas a jour oui, mais moche... non.


Non j'étais producer chez un bon éditeur Parisien. Mais c'était y'a 7 ans et depuis j'ai monté une boîte qui va bien.

Après pour l'aspect moche c'est peut être exagéré mais quand on voit un Castlevania LOS ou un Encharted 2, c'est autrement plus louable. Deus Ex recycle enormément d'éléments dans ces décors et bien que l'on traverse 3 villes, il n'y pas un changement de look and feel flagrant non ?

Pour la gueule du game designer retranscrite dans le jeu sur le héros, moi ça me fait chier, parceque y a pas à dire : c'est la même. Je suis assez surpris que personne n'est trop parlé de ce fait.

Sinon, je te fais un bisou parceque je suis pas la pour polémiquer mais juste pour apporter un avis un peu moins enthousiaste. ;) (et un smiley aussi parceque j'ai toujours une âme d'enfant.)
sandeagle
drosophyle a écrit :
Pour la gueule du game designer retranscrite dans le jeu sur le héros, moi ça me fait chier, parceque y a pas à dire : c'est la même. Je suis assez surpris que personne n'est trop parlé de ce fait.
Je pige pas. Où est le problème? En quoi est-ce que ça interfère dans la qualité du jeu?

Du coup, je comprend un peu mieux ton pseudo, s'arrêter sur ce genre de détail insignifiant c'est vraiment gomorrhiser les drosophiles.
The System Five
Il est jaloux de sa belletete, surement des pulsions gay qui refoulent.
drosophyle
Il est trop cool mon pseudo mec ou devrais je plutôt te nommer "aigle de sable" ouahh. Bisou aussi.
dYnkYn
Perso j'en suis à la moitié et c'est de loin le meilleur jeu 2011 auquel j'ai joué. Je trouve les graphismes plutôt réussis même si ce n'est pas le Top actuel et le coloris jaune donne un aspect Avalon (le film) que j'aime assez. Après chacun ses goûts.

Au passage, Alpha Protocol avait de bonnes idées mais devoir brancher un Pad pour jouer à un jeu de ce type car le combo clavier/souris est inutilisable c'est impardonnable ! Je saisis pas comment on peut comparer ces deux jeux tant l'un est bourré de défauts que l'autre n'a pas du tout.
xiam
Rien a rajouter , c'est pour moi un excellent Métal Gear sur lequel j'ai pris mon panard.
BeatKitano
xiam a écrit :
Rien a rajouter , c'est pour moi un excellent Métal Gear sur lequel j'ai pris mon panard.


UN metal gear avec un peu plus de "minijeux" et de quêtes secondaires oui, c'est a peu près ça.
Le vertueux
car le combo clavier/souris est inutilisable

Il marche parfaitement au clavier/souris.

J'ai préféré alpha protocol car l’égorgement est très amusant et que le jeu est original et frais là ou deux HR donne une forte impression de déjà vu avec les 2 précédents épisodes.
En plus tuer est plus divertissant dans alpha protocol.

S'il n'y avait pas eu Deux ex 1 et 2, mon avis aurait probablement été différent.
xiam
Le vertueux a écrit :

Il marche parfaitement au clavier/souris.

J'ai préféré alpha protocol car l’égorgement est très amusant et que le jeu est original et frais là ou deux HR donne une forte impression de déjà vu avec les 2 précédents épisodes.
En plus tuer est plus divertissant dans alpha protocol.

S'il n'y avait pas eu Deux ex 1 et 2, mon avis aurait probablement été différent.



Bon vous allez l'acheter Alpha Protocol bordel de merde , depuis le temps que Le Vertueux vous le dit!
sandeagle
drosophyle a écrit :
...ou devrais je plutôt te nommer "aigle de sable" ouahh.
Appelle-moi Suzanne si ça te fait plaisir.
Hot-D
Du sang, du sang!
The System Five
calmez vous un peu,

doux sexe, la révolution de l'humain.
Paulozz
xiam a écrit :



Bon vous allez l'acheter Alpha Protocol bordel de merde , depuis le temps que Le Vertueux vous le dit!


Il était à 2€ il y a quelques jours, je me le ferai prochainement.
__MaX__
En fait je vais pas trop répondre tellement je suis blasé des commentaires que j'ai pu lire... mais bon quand même, comparer Alpha Protolol à DXHR, je crois que c'est le summum.

Merci pour ce joli test Zaza, ce fut plaisant à lire.
Volubile
Ça a quoi d'absolument aberrant de comparer deux action-RPG / infiltration, tous deux bien scénarisés et écrits (avec en bonus des systèmes de dialogue relativement proches) ?
sandeagle
Le système de dialogue d'Alpha Protocol est bien plus expansif que celui de Deus Ex 3. D'ailleurs c'est un des seuls points forts du jeu.
Volubile
D'où le "relativement".
Hannibal
Moi ce jeu me fait rêver, c'est tout ce que je lui demandais. Après je n'ai jamais joué au premier (fouettez moi) donc je n'en attendais pas spécialement énormément.
__MaX__
Alpha Protocol c'est une vaste blague, c'est un peu l'opposé de n'importe quel titre qui marche : à la sortie, des milliers de joueurs outrés ont insulté les dévs tellement c'était buggé, moisi et mal équilibré, et 2 ans plus tard, ce jeu devient bien.

Contrairement à Oblivion par exemple, où tt le monde se paluche sur le titre pendant 3 mois et deux ans plus tard il devient bien de dire que c'était une merde (et ceci serait valable pour pas mal de jeux qui sont plutôt bons).
fwouedd
C'est le syndrome CPC le coup d'Alpha Protocol. Il est vrai que l'impact des dialogues sur l'aventure est une sacrée réussite, mais y'a rien qui suit.

Et quand je repense à l'anim du perso en mode furtif, j'en rigole encore. J’espère qu'il arrive à trouver des toilettes fonctionnelles pour se soulager et se déplacer normalement à la fin du jeu (pas réussi à le finir).
Le vertueux
Perso je l'ai eu lors d'une promo steam, donc forcement le jeu était patché, je n'ai pas eu de bugs mis à part celui de la caméra qui déconne quand on passe certaines portes.
Ahmteashar
__MaX__ a écrit :
Alpha Protocol c'est une vaste blague, c'est un peu l'opposé de n'importe quel titre qui marche : à la sortie, des milliers de joueurs outrés ont insulté les dévs tellement c'était buggé, moisi et mal équilibré, et 2 ans plus tard, ce jeu devient bien.


C'est pas sympa ton troll indirect à E.Y.E.
tartopoire
Un très grand jeu c'est sûr ! Finis hier et très déçu par le final tout de même... C'est dommage de clôturer un chef d’œuvre pareil avec ce ramdam "toupourri"....
Le vertueux
Ah cette bonne vieille théorie des menteurs qui disent le contraire de ce qu'ils pensent sur les forums de jeux vidéos, le summum de la pertinence.
__MaX__
Ahmteashar a écrit :
C'est pas sympa ton troll indirect à E.Y.E.


Ne nous enfonçons pas dans les vannes de bas étages alors que tu sais pertinement que j'ai bossé dessus, les gens qui me connaissent savent très bien que je regarde E.Y.E avec objectivité aussi bien ses qualités que ses défauts.
pouletmagique
Et puis bon, les devs d'EYE ont pas non plus le même budget, comparons ce qui est comparable...

Sinon, je viens de commencer DEHR et c'est de la balle. Par contre, le début, sans amélioration, en mode deux ex est quand même pas évident.
Vous devez être connecté pour pouvoir participer à la discussion.
Cliquez ici pour vous connecter ou vous inscrire.
Je préférais l’époque gréco-romaine, on était plein et on se tapait. Là, je suis tout seul et vous me faites chier. - @DieuOfficiel
© Factornews 2001/2014