Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
 
TEST

Colin McRae Rally 3

Joule par ,  email  @j0ule  
S’il y a bien un jeu de courses qui a fait l’unanimité tant pour de la presse spécialisée qu’auprès de millions de joueurs, c’est bien la série des Colin McRae. Graphisme béton, gameplay au poil et une profondeur de jeu qui ravit les plus pointilleux, voilà quelles étaient les forces de la saga. Voici notre verdict sur ce troisième opus après quelques heures de route.

Sortie de piste pour les modes et les options


2 modes de jeu ! Ce nouvel opus ne nous propose que deux modes de jeu, ce qui est à la limite du honteux pour une production de ce genre. Dans le mode carrière, vous participez à un championnat du monde virtuel des rallyes, comprenant 6 étapes. Pour chacune de ces étapes, 6 spéciales et une super spéciale (un 1Vs1 avec un autre concurrent). Le plus rapide emporte le maximum de points, le premier au classement par point emporte le championnat : classique. Le deuxième mode vous propose de courir l’étape de votre choix à un ou plusieurs joueurs, chacun son tour ou en écran splitté. Cela fait tout de même assez pauvre. On aurait aimé un mode arcade, où plusieurs concurrents sont sur la même piste ; c’est certes moins réalistes, mais diablement plus fun à plusieurs.



Un gameplay accrocheur


Le gros point fort des Colin McRae est incontestablement les sensations de conduite procurées par le gameplay résolument axé simulation. Ce troisième opus ne déroge pas à la règle, et même si le contrôle est un poil plus accessible que dans les précédentes versions, le plaisir de jeu est entièrement là. Les changements de revêtements, et le changement de comportement en résultant, renforcent l’immersion du pilote. On refait maintes et maintes fois une piste dans le but d’améliorer son passage à tel ou tel endroit, en coupant un virage ou anticipant une chicane. Petit bémol pour les réparations qui ne sont plus manuelles, et pour les réglages moins pointilleux qu’auparavant : les novices apprécieront, les puristes seront déçus.



Une confiance mise à rude épreuve


Le copilote et les flèches de direction associées sont réglés aux petits oignons. Les indications vocales sont très pertinentes, vous suggérant même de couper ou non un virage. Il vaut mieux quand on arrive lancé à fond de 6 dans des virages à l’aveuglette : sensations garanties ! Petit bémol, sur la version que nous avons reçu, la voix de celui-ci était en anglais, ce qui peut déstabiliser les non anglophones, même si le vocabulaire n’est pas très évolué.



Un réalisation qui tient la route


Graphiquement, Colin McRae n’est peut être pas ce qu’il se fait de plus joli (on pense notamment à Rallisport Challenge, mais la variété des décors sur chaque piste est tout bonnement hallucinante. Les revêtements changent constamment, les décors passent de l’urbain à la forêt en restant cohérents dans chacun des 8 pays traversés. Les textures sont un poil plus belles sur cette version Xbox que sur la PS2, et les temps de chargements assez longs sur la console de Sony considérablement diminués sur Xbox. Dernière différence, le multijoueurs, jouable à 4 sur Xbox et à 2 sur PS2.

Même si les puristes seront peut-être un poil déçus, ce Colin McRae 3 s’impose comme la référence en matière de simulation de rallye sur consoles par son gameplay inégalable.



La version PS2 mérite deux points de moins compte tenu des temps de chargement et de la limitation du mode multijoueurs.
 

Commentaires

Masquer les commentaires lus.
Vous devez être connecté pour pouvoir participer à la discussion.
Cliquez ici pour vous connecter ou vous inscrire.
Je préférais l’époque gréco-romaine, on était plein et on se tapait. Là, je suis tout seul et vous me faites chier. - @DieuOfficiel
© Factornews 2001/2014