Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
 
TEST

Bloodrayne 2

toof par ,  email
Après plus de trois ans et un petit séjour chez Playboy, Rayne revient sur les consoles de salon afin de répandre encore un peu d'hémoglobine sur nos télés, comme si le premier n'avait pas suffit.

Le challenge que doit relever Bloodrayne 2 est conséquent car même si son prédécesseur était sympathique, de l'eau a coulé sous les ponts qui enjambent la rivière du gameplay et la concurrence à eu le temps de s'installer dans la cour du jeu d'action bourrin. A table.

Dans Bloodrayne 2, terminé les nazis et bienvenue à un backgroung plus contemporain. Cette fois, notre suceuse de sang préférée va devoir enquêter sur les agissements de son père qui fait tout un tas de trucs pas nets. Difficile d'en dire plus sur l'histoire tant son déroulement s'avère obscur et confus au fur et à mesure du jeu, à un point où je ne m'y suis plus du tout intéressé passés les premiers niveaux. Cela n'empêche toutefois aucunement de traverser les niveaux qui composent le jeu et de voir pas mal de paysage.

Sorti avec près d'un an de retard sur la sortie US (merci Majesco), Bloodrayne 2 commence à accuser le coup techniquement. Rien de catastrophique, mais il est loin des ténors du genre, que ce soit sur Xbox ou sur PS2. Quelques effets sympathiques sont tout de même présents et le personnage est modélisé avec soin (comprendre : les seins ballotent avec grâce). Cependant, même si Bloodrayne 2 fait des efforts, on y retrouve les principales lacunes techniques du premier épisode comme par exemple l'animation qui manque toujours de souplesse et les enchaînements des mouvements, vraiment loin d'être réussis. Rayne fait des tas de pirouettes dans tous les sens sans jamais se soucier des lois de la physique. L'aspect sonore est lui aussi un peu creux mais la musique est là pour assurer l'ambiance. Durant les gros gunfights, ça pète dans tous les sens et jamais le framerate ne vient faire son casse-pieds sur Xbox, contrairement à la version PS2 où la machine est parfois mise à mal.

Bloodrayne 2 reprend les mêmes bases de gameplay en y ajoutant quelques subtilités : de base, on dispose des deux épées ainsi que de deux pistolets dont les munitions sont tout simplement le sang de Rayne. A utiliser avec parcimonie car en abuser précipiterait sa mort ce qui serait, reconnaissons-le, un peu dommage. Mais les armes à feu sont loin d'être indispensables dans le jeu puisque le personnage se défend très bien avec ses épées et ses pieds, et est doté d'un nouvel accessoire : un grappin. Très utile pour désarmer les adversaires, les mettre au sol ou les rapprocher pour mieux les achever, mais aussi, et surtout, pour les envoyer balader dans le décor, voire même dans des pièges disséminés ci et là, comme un broyeur ou un pic qui n'attend que le joueur y empaler quelques ennemis. En général, en dehors de quelques méchants plus costauds que la moyenne, les adversaires s'expédient très facilement, d'autant plus qu'ils sont tendres comme de la gelée et se découpent sans broncher mais rarement en fonction des coups que l'on donne.

Mais quand Rayne ne se bastonne pas, elle fait quelques pirouettes. Peut-être inspirés par un Prince of Persia, les développeurs n'ont pas su insuffler à Bloodrayne 2 le génie et la magie du titre de référence. En effet, la maniabilité générale plus qu'approximative du jeu se paye ici au prix fort. Le manque de souplesse dans les enchaînements fait qu'on arrive au point d'arrivée plus par hasard que grâce à quelconque timing. Ajoutez à cela la caméra qui fait des caprices et le tout vire très vite au calvaire, surtout lorsqu'on se fait canarder par quelques ennemis qui seraient à proximité. Dans les quelques moments ou la tâche deviendrait trop dure, Rayne dispose de quelques pouvoirs repris du premier épisode, tels que le ralentissement du temps ou la rage sanguinaire. Voilà de quoi rendre le jeu encore plus bourrin et surtout plus facile, alors qu'il l'est déjà assez à la base, puisqu'à n'importe quel moment, si la jauge de vie vient à se vider dangereusement, il suffira de se jeter au cou d'un ennemi afin de lui sucer un peu d'hémoglobine.

Pratiquement un copié/collé du premier épisode, Bloodrayne 2 ne corrige pas les défauts de son grand frère, propose assez peu de choses nouvelles si ce n'est un scénario assez obscur et une mise à jour technique déjà dépassée. Tout juste fun dans son aspect beat'em all, Bloodrayne 2 est loin d'être indispensable, si ce n'est pour mater la jolie donzelle. Il n'y a plus qu'à attendre le film pour définitivement enterrer la licence.


Merci à jeuxvideo.com pour les images
Bof
 

Commentaires

Masquer les commentaires lus.
FleXmaN
 
Rien que pour l'héroine sexy ce jeu mérite 9/10 .
elton
 
C'est bien ce qu'ont dû se dire les éditeurs.
hohun
 
Et Uwe Boll.
BlackFox
 
J'avais testé la démo à l'époque, bon clairement pas un jeu à acheter plein tarif, mais à 15€ ca peut valoir le coup pour se défouler un peu et matter une nana sexy...
takiller
 
Un jeu avec une jolie vampire qui suce je pouvais pas rater ca!

Et pourtant, moi qui avait beaucoup aimer le premier j'ai vite décrocher à cause des séquences de plate-forme ratées, ils auraient du en rester au jeu d'action.
Prodigy
 
Ah, Terminal Reality, qu'es-tu donc devenu...
Bestaflex
 
Moi je dis, vampire + gros sein > ninja nous avons donc le jeu ultime.

C'est vrai qu'il est sympa mais pas au prix fort
sunburn
 
par contre le grappin n'était pas déjà là dans le 1 ? pour la version PC en tout cas je crois bien que si.
Vous devez être connecté pour pouvoir participer à la discussion.
Cliquez ici pour vous connecter ou vous inscrire.
Je préférais l’époque gréco-romaine, on était plein et on se tapait. Là, je suis tout seul et vous me faites chier. - @DieuOfficiel
© Factornews 2001/2014