Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
 
TEST

Bioshock

CBL par ,  email  @CBL_Factor
Oublions temporairement les problèmes du lancement. Un jeu pareil ne mérite pas qu’on s’arrête sur des éléments bassement matériels. En appelant le site du jeu « The Cult Of Rapture », 2K n’imaginait pas qu’ils allaient frapper aussi juste. Bioshock fait parti de ces très rares titres qui sont cultes dès leur sortie. PC ou 360, même combat : vous devez y jouer !

En 1960, le héros du jeu prend l’avion pour aller voir sa famille. Pas de chance, son avion se crashe en plein océan Atlantique et c’est le seul survivant. C’est à ce moment qu’on prend les commandes. On entre dans un phare mystérieux puis dans un bathyscaphe qui nous emmène dans une cité construite au fond de la mer : Rapture. Un certain Andrew Ryan, le concepteur et le chef de la cité, nous expose brièvement sa vision du monde. Puis un certain Atlas nous guide par l’intermédiaire d’une radio. Vu l’état des installations, il semble qu’on arrive après une bataille et qu’on soit arrivé en enfer, un enfer bleu où règnent les luttes de pouvoir, les petites filles démoniaques et les modifications génétiques. L’idée de ce test n’est surtout pas dévoiler le scénario mais sachez que tous vos "pourquoi" auront une réponse sensée.

Le schéma narratif de Bioshock est le même que celui d’Half-Life, c'est-à-dire une sorte d’anti-Metal Gear Solid 2. On débarque dans Rapture après un voyage contemplatif sublime et on plonge rapidement dans le bain sans trop d’explications avec pour seule arme un outil. Mis à part au début, le héros est muet et on ne se voit jamais. Il y a très peu de cinématiques et elles conservent la vue à la première personne. Tout cela permet au héros de s’effacer devant le joueur et de le rendre responsable de ses actes, surtout quand ces derniers sont peu recommandables (voir plus bas). Bioshock joue beaucoup sur les non-dits et les allusions, ce qui ne gêne en rien la compréhension, pour peu qu’on se creuse un peu les méninges. Tout au plus le jeu s’accorde quelques légers flashbacks. On découvre l’essentiel de l’histoire en écoutant les différents magnétophones-journaux et en lisant les inscriptions sur les murs. On comprend progressivement ce qui a mal tourné : la folie déclenchée par l'Adam (des cellules souches sécrétées par des larves), la révolution qu'a provoquée la dictature de Ryan, les expériences qu'ont menées des scientifiques « décomplexés » comme dans les camps de concentration… Le jeu aborde plus ou moins directement des thèmes sensibles à la manière des grands auteurs de SF : religion, science, génétique, utopies, capitalisme…


Une ville qui a fière Rapture


Rapture est une sorte de ville fantôme qu'on visite juste après la fin de son âge d'or. L'ensemble fait penser à une fabuleuse machine dont le mécanisme a fini par rouiller. En parcourant ce monde, on découvre la machinerie complexe (et souvent cassée) qui fait fonctionner la ville avec des rouages, des pistons, des cordes et des tonnes de tuyaux qui fuient. Partout, on trouve des affiches qui vantent les vertus des plasmids ou du monde créé par Ryan tandis que des haut-parleurs crachent des publicités surréalistes. Grâce à son isolement et à la liberté dont jouissent les créatifs et les scientifiques, Rapture est technologiquement bien plus avancée que ne l’est le reste du monde. C’est un moyen scénaristique pratique pour mettre des robots volants mitrailleurs à la fin des années 50 mais pour les décors, le jeu conserve le style de cette époque à base de boiseries et de néons. Le mélange des deux fait de Bioshock le digne représentant du rétro-futurisme dans les jeux vidéo. La ville est découpée en différentes zones ayant chacune un thème : le pavillon médical, les pêcheries, les splendides jardins, les appartements de luxe... L'ensemble fourmille de détails et on passe un temps fou à observer ce petit monde englouti en se rendant compte du boulot énorme effectué par les développeurs. On a l’impression d’admirer un univers sorti de l’imagination de Jules Vernes croisée avec celle de Phillip K. Dick.

Les développeurs se sont amusés à monter des petites saynètes un peu partout où l’horreur est de rigueur. On croise des potences bien fournies, un couple qui danse et qu’il ne vaut mieux pas déranger, un cadavre dans une baignoire avec une serviette sur la tête, une famille dont tous les membres sont assis sur leurs canapés, un musée de chrosomes congelés… Le jeu n’est pas spécialement effrayant mis à part quelques jeux de lumière sympathiques mais il règne sur l’ensemble une atmosphère particulièrement malsaine vraiment très bien rendue. Une chose est sûre : on n’a pas envie de rester à Rapture. Surtout quand on rencontre ses occupants. En effet, la ville est loin d'être complètement vide. Les survivants des différents évènements se sont créé leur petit univers au sein même de Rapture et agissent pour leur compte ou pour celui de leur chef. Obsédés par la beauté, ils ont presque tous le visage défiguré par la chirurgie esthétique et portent des masques.


Les frères qui Rapture


L'Adam leur est monté à la tête et ils sont complètement cinglés, une folie qu'on trouve dans leurs expressions faciales, leur regard et leur voix. On croise une femme qui pleure au dessus de son berceau qui contient un flingue, des psychopathes qui attaquent tout ce qui bouge à la clé à molette, des infirmiers qui cherchent à opérer à la grenade… Quand ils ne nous attaquent pas, tout ce petit monde discute ou plutôt soliloque. Ils ressassent leurs vieux souvenirs ou leurs envies du moment. En combat, ils sont très vindicatifs mais ils ne sont pas très intelligents. Leurs réactions sont parfois étranges : j'en ai vu fuir après m'avoir quasiment achevé. Les ennemis respawnent régulièrement et de façon aléatoire dans les différentes zones du jeu ce qui fait qu'on est constamment sur ses gardes et qu'il y a rarement des temps morts. Si on va d’une zone à l’autre pour suivre l’histoire de manière quasi linéaire, il n’est pas interdit de revenir dans les zones précédentes, bien au contraire. De même, chaque zone est très vaste et contient de nombreux lieux « inutiles » qu’on visite juste pour le plaisir ou pour y trouver des munitions et des trousses de soin.

Le gameplay s’enrichit progressivement au cours du jeu. A la manière de son illustre père System Shock 2, Bioshock part sur la base d’un FPS solide à laquelle on aurait greffé des éléments de jeu de rôle. Cela commence avec des modifications génétiques permettant de faire des choses surhumaines. Elles sont de 2 types : les plasmids se lancent comme des sorts tandis que les fortifiants sont activés en permanence. On ne peut utiliser qu’un nombre limité de modifications en même temps. Pour en avoir plus, il faut acheter des nouveaux emplacements. Les modifications surnuméraires ne sont pas perdues mais stockées dans la génothèque et des bornes permettent d’échanger les modifs. Du coup, on jongle souvent entre plusieurs jeux de modifications selon le niveau et le contexe. Grâce à ces modifications, on pirate plus vite les systèmes, on fait de la télékinésie pour envoyer balader les objets et les cadavres (comme avec le gravity gun d’Half-Life 2), on envoie des éclairs quand on se fait frapper, on regagne de l’Eve en buvant de l’alcool…


Adam & Eve


L’Eve est la substance qui est consommée quand on utilise un plasmid. L’Adam permet d’acheter dans les Jardins des Glaneuses des emplacements et des modifications, même si on peut trouver ces dernières en fouillant bien chaque zone. Pour récupérer de l’Adam, il faudra faire connaissance avec les Petites Sœurs qui récoltent cette substance sur les morts. Le seul problème est qu’elles ont des gardes du corps très spéciaux qu’il faudra tuer. Baptisés Big Daddy en anglais, ce sont d’immenses scaphandriers lourdement armés qui ne savent faire que trois choses : suivre une petite sœur, attaquer quiconque tape une petite sœur ou quiconque lui fait du mal. Equipés d’une perceuse ou d’un lance-grenade, ils sont rapides, pas très malins et particulièrement puissants. Entendre leur pas lourd et leur grognement presque animal au loin produit toujours son petit effet, surtout après qu'on en a affronté un ou deux. On comprend rapidement quelles sont les techniques efficaces pour les liquider mais ce n’est pas pour autant qu’on les attaque à l’improviste. Sans l’armement approprié, le combat est ardu. Et même avec, la moindre erreur est souvent fatale.

Heureusement, mourir n’est pas très contraignant. On réapparait directement dans une des vita-chambers du niveau. Il arrive qu’entre temps, le Big Daddy soit parti et se soit régénéré. Il faut donc avoir toujours un bon paquet de trousses de soin histoire de ne pas passer son temps à faire des allers-retours vers le poste de soin ou la vita-chamber la plus proche. J’ai parlé d’un armement approprié car qui dit FPS dit armes. Il y a 6 armes en tout : clé à molette, pistolet, thompson, shotgun, lance-grenades, lance-liquide et arbalète. Mis à part la clé à molette, chacune possède trois types de munitions. Ainsi le lance-liquide peut balancer du napalm pour brûler, de l’azote liquide pour geler ou du liquide ionique pour électrifier. Les armes sont superbement modélisées et la sensation de puissance est au rendez-vous. Mais ce n’est pas tout : Rapture étant un monde dangereux, il y a des tourelles de tir automatique un peu partout et des caméras. Si les caméras vous repèrent, une alarme de sécurité se déclenche et des robots de combat volants vous traquent. Soit il faut payer pour arrêter l’alarme soit attendre qu’elle se finisse. On peut pirater ces tourelles et ces robots. Une fois ceci fait, les tourelles tirent sur vos ennemis et les robots vous protègent. Plus tard, on chope même un plasmid qui permet de faire croire à un Big Daddy qu’on est une petite fille et qui en fait notre protecteur.


Rapture de stock


En combinant le décor, la sécurité, les plasmids et les armes, cela donne une variété de combat rarement vue dans un FPS, un mélange de Dark Messiah of Might & Magic, Half-Life 2, Deus Ex et Jedi Knight. Allez-vous envoyer un bidon explosif sur le groupe d’ennemis qui arrive ? Allez-vous attendre qu’ils soient dans l’eau pour les électrocuter en groupe ? Allez-vous les congeler juste devant une tourelle ? Allez-vous renvoyer les grenades qu’ils vous balancent ? Allez-vous poser des pièges et achever les survivants au pistolet ? Comme les munitions partent très vite et qu’elles valent cher, il faut varier les styles de combat et utiliser au mieux l’environnement. En plus, c’est bien plus rigolo de cette manière. Les combats sont d’une rare violence et les headshots sont légion. Les ennemis sont assez bien armés et n’hésitent pas à foncer vers la borne de soin la plus proche pour se refaire une santé. Les giclées de sang sont vraiment très réussies et l’ensemble du jeu est assez gore. A un moment, on trouve un appareil photo. A la manière d’un Pokemon Snap ou d’un Beyond Good and Evil, on peut prendre des photos des ennemis et elles sont notées. Plus la note est élevée et plus la barre de recherche associée à l’ennemi monte. Quand la barre est complète, on gagne des tips pour mieux tuer cet ennemi, des bonus aux dommages voir des modifications génétiques.

Sur les nombreux cadavres, on trouve souvent un bon paquet de dollars. Cet argent sert à acheter des munitions, de la vie, des seringues d’Eve… dans les différents distributeurs automatiques mais aussi à racheter les tourelles et les robots pour ne pas avoir à les pirater. Ce serait bien dommage car cette phase de piratage est très sympa : sous forme d’un mini-jeu qui rappelle Pipe Dream, il faut amener un flux d’un point d’entrée à un point de sortie en déplaçant les différents tuyaux et en évitant les alarmes et les surcharges. Des fortifiants permettent de ralentir le flux ou d’enlever des plaques d’alarmes et de surcharges. Il est même possible de pirater les distributeurs pour faire baisser les prix. On trouve aussi des éléments (tuyaux, vis, essence…) qui permettent de fabriquer des objets (généralement des munitions) dans un autre type de distributeur, lui aussi piratable. On regrettera l’absence d’inventaire pour voir tout ce qu’on stocke et surtout pour ne pas pouvoir conserver la quantité phénoménale d’alcool présente à Rapture à base de Merlot, de Vodka, de Whisky et d’Absinthe. Cet alcool fait gagner de la santé mais on voit trouble au bout de quelques bouteilles. On peut aussi fumer des clopes et manger un paquet de cochonneries du genre chips ou barres céréalières.


Alcool, cigarettes et petites pépées. Ca te rendra maso, ça te rendra cinglé


Plus haut, j’ai parlé des combats contre les Big Daddy mais j’ai omis de préciser comment on récupère l’Adam. Une fois le Big Daddy tué, la petite soeur qui l’accompagne est prostrée à côté de son cadavre et elle est terrifiée. Deux choix s’offrent à vous : soit vous la tuez, soit vous la sauvez. La tuer permet de gagner deux fois plus d’Adam. Pourtant elles n’ont rien d’humaines avec leurs grands yeux immondes et leur seringue géante qu’elles plantent dans les cadavres. J’en ai fait des trucs atroces dans les jeux : utiliser un chat comme silencieux, tester ma gatling en plein centre ville de Los Santos, jouer au foot avec la tête d’un ennemi abattu, électrocuter au tazer un ennemi jusqu’à ce qu’il flambe (petit jeu ami lecteur : dans quels titres peut-on faire ces choses ?) mais dans le cas présent, je n’ai pas pu en tuer une seule. La première fois est la pire car on n’a aucune idée des conséquences.

Techniquement, le jeu est aussi une énorme claque. La modélisation des personnages et les textures sont magnifiques, les effets de lumière et de particules sont splendides et faits avec goût, sans excès. Par contre c'est au prix de temps de chargement vraiment très longs. L’interface se fait discrète et est bien pensée. Par exemple, quand on choisit un plasmid, la main du héros change physiquement d’apparence ce qui permet de reconnaitre quel plasmid on a sans avoir besoin d’une icône ou d’un texte pour l’indiquer. Le sound design est fantastique et mérite que vous fassiez tout le jeu au casque avec une bonne carte son qui supporte l’EAX. Si l’anglais n’est pas un problème, jouez au jeu en VO. Les textes comme les voix sont bien plus réussies. Mais la VF reste très sympathique. Les acteurs ont mis du cœur à l’ouvrage notamment pour les communications radio et les magnétophones. Au niveau durée de vie, cela ne dépend que de vous. On peut rusher comme un porc et le jeu se boucle en une dizaine d’heure mais ce serait du gâchis. Quand on prend le temps de bien tout explorer, ça tape plutôt dans les 25 heures en mode moyen de difficulté. Vu la qualité du titre, l’ouverture du gameplay et les trois fins possibles, c’est avec plaisir qu’on relancera ce titre à l’avenir.

Configuration de test : Core 2 Duo T7400, Geforce Go 7950 GTX avec 512 Mo de ram vidéo, 2 Go de Ram, XP.

Le monde des jeux vidéo est rempli de suites faciles, de jeux sans âme exploitant toujours les mêmes univers aux couleurs marrons-gris et utilisant les mêmes mécanismes de gameplay. Quand Bioshock sort, on ne peut qu’applaudir. Irrational Games a développé un jeu bourré de bonnes idées, dans un monde fascinant, original et malsain, avec un bon scénario et une narration intelligente, un gameplay très riche et des graphismes somptueux. La perfection n’est pas de ce monde mais avec Bioshock on s’en approche beaucoup. Alors il faut saluer l’effort car un titre de cette trempe, on n’en reverra pas avant un bon bout de temps. C’est une expérience unique et émotionnellement très forte.
 

Commentaires

Masquer les commentaires lus.
toof
Très bon test, mais j'aimerai ajouter deux choses : pour le mini jeu du piratage, en début de partie il est très simple. Mais plus on pirate un même type d'appareil, plus les obstacles seront nombreux et les pièces "simples" rares. Si bien que même avec des plasmides qui aident, certains piratages sont bien tendus et se réussissent parfois de justesse !

Enfin, un défaut rarement souligné (il l'a été ici et finalement j'y ai adhéré) : les séjours dans les "magasins", les piratages, rien n'est en temps réel, le jeu est mis en pause et ça retire un peu de stress et de suspence, c'est dommage. Idem pour les combats : lorsque l'on va affronter un protecteur, il suffit de préparer quelques armes avec les munitions adéquates et le changement d'arme met le jeu en pause. Bien sur, ça ne concerne principalement que la version 360, le changement d'arme sur la version PC se faisant plus à la volée grâce aux nombreuses touches.
Pareil pour l'appareil photo, j'ai souvent rushé sur un ennemi, mitraillé, puis changé d'arme tranquillement pour pouvoir combatre.

Enfin, le jeu est finalement linéaire, j'aurais aimé que le scénario ou le déroulement du jeu nous amène à revisiter des lieux déjà traversé, à la manière d'un Metroid par exemple (mais à plus petit dose), pour aller à un endroit inaccessible auparavant car on n'avait pas les capacités adéquates. Ca aurait vraiment été génial.
Dks
Et dans la difficultée max ?, voit-on une diff sur l'IA ou c'est juste qu'ils font plus de dommages.

Je trouve dommage que la mort soit juste un respawn ala prey :\. Ou est le challenge à part perdre des munitions ?
toof
Oui, effectivement, il y a les vita chambers qui pourrissent bien le jeu aussi. Le challenge, c'est de ne pas les utiliser, de sauvegarder intelligemment et recharger en cas de mort.
Prodigy
Dks a écrit :
Je trouve dommage que la mort soit juste un respawn ala prey :\. Ou est le challenge à part perdre des munitions ?


Bah le challenge reste de ne pas crever. Je sens pas moins le stress des combats parce que je sais qu'il y a une Vita Chamber plus loin, perso. Ca me fait quand même chier de crever parce que c'est une perte de temps, que des fois les Vita Chamber sont loin, qu'il faut se remettre dans ce que tu faisais... Franchement autant dans Prey je trouvais ça nazebroque, autant là ça me gâche rien, et les bastons sont toujours aussi tendues (pour le moment).
CBL
Que le jeu se mette en pause quand on pirate ne me dérange pas. Au contraire, ça permet de pirater une tourelle en plein combat histoire de retourner la balance de son coté. Si le jeu n'était pas en pause, on devrait forcément attendre la fin d'un combat pour pirater tourelles et robots et ça perdrait de son intéret.
Idem, ca ne me dérange pas de préparer en pause ses munitions avant un big daddy car de toute façon celui ci ne nous attaque pas le premier.
Quant aux magasins, ça permet de continuer les combats sans avoir à se cacher et à fuire pour rechercher de la vie et des munitions.
En d'autres termes, ça met le jeu en pause mais ça ne casse pas le rythme selon moi.

Quant aux vita-chambers, je ne les ai pas utilisées souvent. J'ai préféré chargé ma partie. Mais ces dernières sont assez contraignantes : elles te renvoient loin dans le niveau et tu es quand même forcé de faire le plein de trousses de soin avant de repartir au combat sous peine de passer son temps à faire des allers-retours vers la vita la plus proche.

Pour le système à la Metroid, ça aurait été une bonne idée mais ça en aurait saoulé plus d'un. Malgré la parenté avec System Shock 2, le jeu reste un FPS donc la linéarité ne me gène pas surtout vu la taille des niveaux. Au passage, il y a quand même quelques trucs inaccessibles quand on n'a pas le bon plasmid et j'ai fait quelques allers-retours.
Skizomeuh
Le dernier point soulevé par Toof est bien le seul que je regrette parmi les nombreuses features présentes dans System Shock 2. Et comme le dit CBL, il y a moyen de faire du backtracking pour ceux qui en raffolent (comme moi) : remettre à plus tard l'affrontement avec un big daddy par exemple... Quelque part ils ont quasiment réussi à faire un jeu permettant aussi bien aux rushers, aux explorateurs, qu'aux newbies de s'amuser.

Oui il mérite son 10, comme l'aurait eu SS2 en son temps selon moi, simplement parce qu'il apporte énormément plus que n'importe quel autre FPS ayant eu un 8 ou un 9 auparavant, que ce soit au niveau scénar, artistique et richesse de gameplay.

Ni manichéen, ni cliché, c'est un jeu qu'il faut déguster pour en apprécier toute la quintescence. Pour une fois qu'on nous sert autre chose qu'un FPS fast-food...

A noter que les loads sont certes très longs au premier chargement, mais un reload est lui extrèmement rapide.
Niko
Dks a écrit :
Et dans la difficultée max ?, voit-on une diff sur l'IA ou c'est juste qu'ils font plus de dommages.
Les ennemis sont (bien) plus résistants, mais je ne les ai pas trouvé plus malins. En même temps, je n'ai fait que les premiers niveaux en ce mode de difficulté.
Ber
Postal 2, GTA San andreas, Dead Rising ? Par contre j'ai pas le dernier...
raton-laveur
Le disque du jeu est-il multilangage (FR et US) ?
- Ludo -
toof a écrit :
lorsque l'on va affronter un protecteur, il suffit de préparer quelques armes avec les munitions adéquates et le changement d'arme met le jeu en pause. Bien sur, ça ne concerne principalement que la version 360, le changement d'arme sur la version PC se faisant plus à la volée grâce aux nombreuses touches.


Au final il suffit de jouer le jeu, et de ne pas utiliser l'appuie prolongé sur les gachettes ;) Perso je change d'arme en mode rapide, ça fait un peu plus de speed, et ça m'oblige à bien bouger. D'ailleurs, c'est un des défauts de l'interface 360: que ça soit les plasmids ou les armes, il n'y a qu'un seul sens de rotation pour le déroulement, ce qui est parfois un peu chiant/pénalisant lorsque l'on veut une arme se trouvant à l'autre bout de l'inventaire.
CBL
raton : oui
Ber : je pensais plutôt à Blood pour le foot avec la tête. Pour le dernier, c'est un jeu d'action sorti sur Psone.
Prodigy
raton-laveur a écrit :
Le disque du jeu est-il multilangage (FR et US) ?


Sur Xbox oui, sur PC je ne sais pas.
Ber
[H.S - CBL]:Hmmmm...Syphon Filter je crois. J'ai des vieux souvenirs d'une arme electrique qui pouvait effectivement cramer les ennemis...mais le TASER n'était pas connu à l'époque...
metalkad
Dire que j'ai le jeu sur mon bureau depuis vendredi dernier et que je m'interdis d'y jouer tant que je n'ai pas fini Blue Dragon. J'suis vraiment un ouf malade.
CBL
Ber : bonne réponse \o/
Skizomeuh
Nostalgiques de Postal réjouissez-vous : il y a des chats morts qui traînent ! Un peu de télékinésie, du feu et amusez-vous !

Sérieusement, mon exemple a pour but d'ajouter une chose au test très sympa de CBL : l'interaction avec Rapture. Beaucoup de choses sont "fouillables", mais aussi inflammables, sujettes aux lois physiques. Idem pour l'interaction des ennemis : depuis Doom aucun FPS ne voyait les ennemis se battre entre eux, mais dans BioShock si, au joueur d'en profiter pour faciliter certaines tâches...
Harakys
Ce jeu à l'air trop classe mais étant un stressé de la vie, j'ai peur de sursauté tout les 10 m. et ça me gâcherais complètement le plaisir :'(

Sinon, quand vous dite qu'au moment du piratage, le jeu se met en pause, ok, mais le piratage en lui même est il soumis à un temps limité?

En tout cas très bon test qui me motive à tester le démo qui traîne sur ma 360 depuis sa sortie :)
Prodigy
Skizomeuh a écrit :
depuis Doom aucun FPS ne voyait les ennemis se battre entre eux


Oh doit bien y en avoir quelques-uns même si leur nom m'échappe...

Harakys > oui le piratage est limité dans le temps, et avec certaines pièces "piège" ça devient même rapidement super coton.
soma
Prodigy a écrit :

Oh doit bien y en avoir quelques-uns même si leur nom m'échappe...

Dans Halo par exemple les covenants se battent contre les floods.

Dans Far cry aussi les humains attaquent les trigen.

On pourrait surement en trouver pas mal d'autres.
Tahnfa
Harakys a écrit :
Ce jeu à l'air trop classe mais étant un stressé de la vie, j'ai peur de sursauté tout les 10 m. et ça me gâcherais complètement le plaisir :'(


Je pensait cela aussi mais au final j'ai du sursauter une seul fois quand je me suis retourné et j'ai vu un ennemi que je n'avais pas entendu arriver...
Dks
Skizomeuh a écrit :
depuis Doom aucun FPS ne voyait les ennemis se battre entre eux...


Faut pas oublier Quake, les bots se tabassaient car le code prévoyait simplement qu'ils devaient combattre celui qui lui occasionne des dégats. C'était bien foun de voir les ogres à la tronço massacrer les soldats.

Et sous half life je crois bien que les soldats fightaient les aliens aussi.
SupaPictave
Excellent test CBL !
C'est vraiment un chouette jeu, une œuvre intelligente avec des partis-pris assez osé face aux usines-à-suites-d'en-face.
Ca fait du bien.
DjameuL
J'ai pas encore fini de lire le test, mais j'ai une question à poser à ceux qui l'ont (déjà) fini, il y a combien de niveau en tout dans Bioshock ?

Car j'suis du genre à savourer les rares jeux excellents car ils sortent que tous les 2-3 ans, là je suis à la fin du niveau des pêcheries, et j'aimerai bien pouvoir savourer en sachant quand est-ce qu'arrive la fin :).

Merci de bien vouloir me répondre !
SupaPictave
A la fin des pêcheries ? T'as encore de quoi voir.
Perso je compte pas les niveaux, je me laisse porter par l'aventure. Le seul moment où je peux constater mon avancée, c'est éventuellement en prenant le métro, là je vois les sections débloquées, sinon je m'en fous.
mr_zlu
soma a écrit :

Dans Halo par exemple les covenants se battent contre les floods.

Dans Far cry aussi les humains attaquent les trigen.

Dans Doom les ennemis se battaient entre eux, suite a une balle perdue par exemple, pas contre une autre faction.
CBL
Merci les gens !

Pour répondre en vrac :

-sur les niveaux : il y a 8 grosses zones (celles auxquelle on peut accéder depuis le métro) et environ autant qui y sont rattachées
-sur la peur : le jeu n'est pas spécialemen effrayant (j'ai bien plus flippé sur STALKER) mais particulièrement malsain et glauque
Spawn
la perfection n'est pas de ce monde ... 10/10 mais c'est pas parfait :p

Bon test.
DjameuL
Oki merci CBL pour les 8 niveaux, effectivement il me reste du temps, pas déçu de l'avoir lancé en difficile, ca donne envie d'explorer et de voir tous les détails avant de combattre.

Joli test, tout est dis ou presque, car j'ai lu aucun test parler des problèmes de sensibilité à la souris, j'me suis habitué un peu à force mais bon, on est pas aussi à l'aise quand dans Half Life 2 par exemple.

Bon c'est pas une horreur non plus, passons, bon jeu à tous !
- Ludo -
SupaPictave a écrit :
c'est éventuellement en prenant le métro, là je vois les sections débloquées, sinon je m'en fous.


C'est donc bien un indice. En prenant le métro hier soir, j'ai remarqué des zones non dispos, et je me suis demandé si on allait y avoir accès ou pas.

Il me reste donc encore pas mal de plaisir, je n'en suis arrivé qu'au niveau de Cohen. Cool :p
Morty
Bon test, mais ça spoile méchamment la tronche, mention spéciale à la liste des armes... :(
Skizomeuh
En même temps, elles sont classiques et évidentes, en plus il les énumère sans parler de tout ce qu'on peut en faire après...
CBL
Désolé pour les spoil mais c'était dur de parler de l'ouverture du gameplay sans parler de toutes les possibilités qu'il offre :/ Tiens je viens seulement de caler que l'arbalette était encore un hommage à Half-Life.

Djameul : je n'ai pas eu de problème avec la souris mais c'est peut être parce que j'ai viré l'auto-aim dans le .ini
Niko
Spawn a écrit :
la perfection n'est pas de ce monde ... 10/10 mais c'est pas parfait :p
Il faut comprendre que la note finale n'est pas "scolaire", c'est une sorte de coef de fun ressenti par le testeur. Il y a quelques défauts dans ce jeu (la partie action est sympa, mais pas transcendante, par exemple), mais j'aurai mis la même note.
CBL
Et comme je le dis, c'est aussi pour récompenser les dev d'avoir sorti un jeu aussi couillu et original.
DjameuL
Un lien qui m'a bien fait marrer (baston contre un Big Daddy):

url

Enjoy :D.
Bonjour
Par contre un conseil c'est de commencer le jeu directement en mode difficile, ca oblige a fouiller partout pour trouver la moindre trousse de soin et en + ca permet de visiter Rapture en meme temps.
J'ai moi meme terminé le jeu en normal et j'ai rempilé direct en difficile.

tres bon test au passage
Prodigy
Hmm déjà en normal j'en chie bien niveau munitions et santé (et je suis qu'à 2h de jeu). J'ai tout viré par contre, l'auto aim, les flèches pour indiquer les objectifs, l'aide dynamique (je joue sur Xbox).
- Ludo -
Prodigy a écrit :
Hmm déjà en normal j'en chie bien niveau munitions et santé (et je suis qu'à 2h de jeu). J'ai tout viré par contre, l'auto aim, les flèches pour indiquer les objectifs, l'aide dynamique (je joue sur Xbox).


Même configuration dans mon cas, et si au début il est vrai que parfois tu es limite, par la suite, c'est ammo à foison, et plus aucun probleme d'approvisionnement, aussi bien en trousse de soin, qu'en ammo et en seringue d'eve.

Par contre le commencer direct en hard, tanche comme je suis dans les FPS, c'était un coup à me dégouter du jeu je pense :D
rEkOM
Perso je joue en difficile aussi en ayant tout désactivé, j'ai aussi voulu faire le malin et faire des quickload à chaque mort car les chambres de résurrection gâchent réellement l'ensemble. Néanmoins au bout d'un moment ça devient trop difficile, hier soir j'ai eu à faire 9 quickloads face à un bigdaddy dans un lieu pas très propice à un combat, j'ai cru devenir dingue.
Ils auraient pu faire le choix d'avoir des barres de vie peut-être plus grande, ou des dégats moins importants ou des putains d'ennemis qui ne respawne pas n'importe comment alors qu'on pensait avoir nettoyé le niveau. Ca sans dec c'est insupportable, même si j'avoue ça rajoute au stress déjà très présent.
Le petit jeu de hack devient aussi assez lourd rapidement.
Le coup de l'appareil photo est vraiment excellent (n'ayant pas joué aux deux jeux mentionnés dans le test, je pensais réellement que c'était une innov de leur part), il faut vraiment penser en en abuser :-)

A oui et respect aux dev aussi, un jeu de cette qualité graphique qui tourne sur des configs "moyennes" ça fait plaisir.
Bonjour
C'est vrai qu'au départ ca peut degouter comme le premier combat contre le big daddy mais au final, ca permet de vivre l'experience vraiment a fond, a chaque enemi croisé on cherche un moyen d'economiser le maximum de munition et de vie tout en essayant de rester efficace.


En tout cas c'est une excellente raison pour le recommencer :) (et en plus j'ai pas tout capté a l'histoire)
Anzy
Meme si c'est pas ce qui fait l'ame du jeu, perso je trippe vraiment pas les combats, et les pseudos tactiques différentielles à la dark messiah je les trouve bof bof limite arnaque.

Le hacking me saoule gravement, et casse un peu l'ambiance. Et je ne flippe absolument jamais de crever.

Mais ces défauts s'oublient très vite rien que pour l'ambiance et la qualité visuelle (je parle d'artistique, pas de technique, car techniquement c'est pas l'extase).

Bravo aux devs, avec un peu de retenu quand meme pour leur game designer (bien que suite à une interview que j'ai lu il est tout pardonné, il a du faire pas mal de concession pour que le jeu sorte).

Dire qu'ils ont ramé 2 ans pour trouver un éditeur... les gros cons qui leur ont dit non doivent aujourd'hui pleurer, voir se pendre.
rEkOM
Anzy a écrit :
Dire qu'ils ont ramé 2 ans pour trouver un éditeur... les gros cons qui leur ont dit non doivent aujourd'hui pleurer, voir se pendre.


Tu bluffes?
montana
Excellent test pour moi qui était si préssé de le lire.

Putain normalement je l'ai depuis la sortie mais j'ai pas cette maudite verison collector :/

Je pense me rabattre sur la version "normale" du titre et y passer quelques mois :D
vasquaal
Le 10/10 c'est plus pour marquer la différence d'un titre qu'on ne risque pas de voir avec ce niveau de qualité de sitôt.

J'ai adoré l'intelligence du scénario, notamment le fait que le jeu joue sur les principes mêmes du jeu vidéo.
Le fait d'être manipulé dans l'histoire qui est un miroir de la manipulation que l'on subit de la part des jeux vidéos "fait-ci, fait-ça".

Bref, ce jeu n'est pas parfait, mais ça reste la classe ultime et une expérience très agréable et troublante.
Le jeu ne fait pas peur, mais fait ressentir de fortes émotions, nous met parfois mal à l'aise...
Un univers sordide et magnifique à la fois.

Il reste dans un sens linéaire, mais en même temps, si on s'en tient strictement à l'histoire, on va d'un point A à un poit B sans vraiment explorer le niveau dans lequel on est.
Et personnellement, sur 360, les chargements ne m'ont pas paru spécialement longs, en tout cas contrairement à un HL2, et j'ai trouvé les niveaux plutôt grands à explorer.

Le jeu du hacking peut casser la tension d'un combat, mais vu leur difficulté grandissante, je dirai qu'ils en ajoutent une autre.
Perso, je les ai trouvé funs.
Il aurait été sympa de le mettre en mini jeu une fois Bioshock fini une première fois.

Bref, un jeu qui marque, et je crois, encore plus quand on y rejoue une seconde fois, libéré de toute attente dû à une médiatisation aggressive....
CBL
rEkOM a écrit :
Tu bluffes?


Et le pire c'est qu'il a raison.

http://www.nofrag.com/2007/aou/13/26314/
http://www.canardplus.com/forums/index.php?showtopic=2687&pid=73831&mode=threaded&show=&st=&
Spawn
Niko a écrit :
Il faut comprendre que la note finale n'est pas "scolaire", c'est une sorte de coef de fun ressenti par le testeur. Il y a quelques défauts dans ce jeu (la partie action est sympa, mais pas transcendante, par exemple), mais j'aurai mis la même note.


Oui j'avais bien compris hein y'avait une petite pointe d'humour :p

Je suis un éternel incompris T_T
zicomaster
Excellent artistiquement, moyen techniquement!
Mais c'est vrai que c'est un réel plaisir d'y jouer!!
D'habitude je me méfie du matraquage médiatique: tout le petit monde du jeux vidéo l'encensait mais pour une fois je suis carrément d'accord!

Je ne suis qu'au niveau de la pêcherie mais je prends vraiment mon temps et dieu que les munitions sont rares pour l'instant !
Prodigy
Anzy a écrit :
et les pseudos tactiques différentielles à la dark messiah je les trouve bof bof limite arnaque.


C'est à dire ?
DoubleJ
Pas le moindre bug dans la version PC, du moins en ce qui me concerne.
Je dois en être à la moitié du jeu et je n'ai pas eu un seul problème.
Sortir un jeu aussi propre sur PC, surtout qu'il est très bon, certains éditeurs devraient en prendre de la graine.
J'espère que la version PC va cartonner, il faut que cela donne un signal fort aux autres éditeurs, qu'un bon jeu sur PC, peu voire pas buggué, peut faire d'excellentes ventes.
Bon la seule chose est leur système d'activation en ligne, mais cela ne m'a pas gêné plus que ça.
C'est toujours mieux que ces jeux PC buggués et surprotégés, qu'on ose nous proposer sans le moindre scrupule!
En tout cas le jeu en vaut la chandelle, perso.
Bon après, BioShock, on accroche ou pas, la démo est faite pour ça.
zicomaster
DoubleJ a écrit :
Pas le moindre bug dans la version PC

J'ai eu un freeze d'écran et l'obligation de rebooter l'ordi (carte ati x1950 xtx ) sinon c'est vrai aucun bug !
Jeu vraiment bien optimisé et c'est rare de nos jours sur PC de na pas avoir à attendre des patchs pour profiter pleinement du jeu !
cyanur
Je pense que Skizomeuh parle des combats entre les PNJs qui ne sont pas opposés entre eux à la base et non de combats en factions.
C’est juste à mon goût, une facette de l’état d’esprit des drogués qui peuplent Raptures, cela montre leur folie et désespoir.

Rekom : Je trouve le jeu pourtant pas très dur, le premier big daddy je l’ai tué du premier coup (en me servant du décor).
Et le jeu devient un peu trop simple si on use de l’appareil photo et des munitions spéciales.

Anzy : Les combats ne sont pas l’âme du jeu pourtant, Bioshock est le FPS solo sur lequel je m’amuse le plus à combattre une IA.
Le hacking ? Il ne me gêne pas et apporte un stress en plus lors des hacks difficiles.

DoubleJ : Ne m’en parle pas, cela fait vraiment plaisir de toucher à des jeux si peux buggé après tout ce que nous avons vu.
J’en suis à plus de 36 heures de jeu en tout (j’ai recommencé le jeu) et je n’ai vu qu’un seul bug, et quel bug !
Un big daddy coincé contre une tourelle que j’avais dirigée sur lui avec mes plasmids (la tourelle ne le touchait pas et lui, il essayait de me charger).
Alt-F4
Prodigy a écrit :
Harakys > oui le piratage est limité dans le temps, et avec certaines pièces "piège" ça devient même rapidement super coton.

Quand ce n'est pas impossible.
Quelqu'un est déjà tombé sur ce genre de cas? Ca fait 3-4 fois que ça m'arrive et c'est vraiment énervant!
Lostsoul
Alt-F4 : ça doit être ton coté looser qui qui crée des bugs appropriés :-/
SupaPictave
Ca vient juste de m'arriver à l'instant, sur 360.
J'ai essayé de hacker une caméra, et pouf, impossible, le tuyau de sortie était entouré par des cases pièges. Oups.

Mais c'est la première fois.
Bonjour
Non non c'est parfaitement normal, c'est pas un bug il faut se pencher vers certains plasmides pour régler le probleme :)
xiam
SupaPictave a écrit :
Ca vient juste de m'arriver à l'instant, sur 360.
J'ai essayé de hacker une caméra, et pouf, impossible, le tuyau de sortie était entouré par des cases pièges. Oups.

Mais c'est la première fois.


"si le piratage devient trop dur voir impossible , c'est qu'il est temps d'ameliorer votre aptitude" dixit le jeu...
Akashite
Pour le coup du Tazer je dirais Le premier Sypphon Filter sur PS one.

Sinon Bon test, ça faisait vraiment longtemps qu'un jeu ne m'avait pas donné cette impréssion d'inoubliable (depuis MGS 2), et je sais que c'est le jeu que je vais me refaire tout les ans.
rEkOM
CBL a écrit :


Et le pire c'est qu'il a raison.

http://www.nofrag.com/2007/aou/13/26314/
http://www.canardplus.com/forums/index.php?showtopic=2687&pid=73831&mode=threaded&show=&st=&

Putain c'est dingue, je veux bien que les éditeurs, pardon les actionnaires des éditeurs souhaitent prendre le moins de risques et choisissent de préférence des licences éculées qu’ils n’auront aucun mal à rentabiliser, mais tout de même, ils embauchent bien des consultants afin d’évaluer les potentialités de tel ou tel titre non ? Ou bien les consultants sont des méga brèles, ou alors les recommandations ne sont pas suivies ou alors ils tirent à pile ou face afin de choisir un titre. Sans dec il faut vraiment m’expliquer, je n’ai aucun mal à raisonner en termes de ROI, mais la quand même que personne ne soit foutu de voir les potentialités de ce titre, faut vraiment être une bande de branquignols :/
Harakys
Yes, je me suis motivé à faire la démo et que dire, si ce n'est que du bonheur :)

Effectivement, ce n'est pas si terrible que ça (nivo stress), surtout que j'avais piraté une tourelle volante, elle a fait du bon boulot! (je kiffais trop son petit bruit de moteur d'avion téléguidé à essence ^^).

Une dernière question me vient, ayant joué sur la 360 et vous entendant parler de quicksave sur pc, comment se passe les sauvegardes sur 360? Checkpoints?

Sinon concernant le spoiler du test sur les armes, à la fin de la démo, la vidéo en présente pas mal quand même, si pas toute (je sais pas), donc bon :)
CBL
rEkOM : le problème est que les consultants en question ont un MBA mais aucune connaissance en jeu vidéo. Donc ils reproduisent ce qu'on leur a appris :
-ne pas trop innover d'un coup (sinon qu'est-ce qu'il te restera pour l'année d'après ?)
-capitaliser sur les succès passés
-limiter la prise en risque en suivant lendance plutôt qu'en la créant
-refourguer la même merde que l'année dernière dans un nouveau package et avec un nouveau nom
- Ludo -
Ah ben tiens, suffit d'en parler pour que ça m'arrive. Petit Bug pourri hier, lors de la quete donnée par Cohen: le 3eme perso que j'étais censé tuer, apres l'homme de glace, je le trouve et le tue, sauf que son coprs a fusé vers un tas de gravats (dans la piece où il apparait la premiere fois) est passé dessous. Du coup, impossible de le prendre en photo puisque seule sa tete dépassait du tas . Damn It !
rEkOM
CBL a écrit :
rEkOM : le problème est que les consultants en question ont un MBA mais aucune connaissance en jeu vidéo. Donc ils reproduisent ce qu'on leur a appris :
-ne pas trop innover d'un coup (sinon qu'est-ce qu'il te restera pour l'année d'après ?)
-capitaliser sur les succès passés
-limiter la prise en risque en suivant lendance plutôt qu'en la créant
-refourguer la même merde que l'année dernière dans un nouveau package et avec un nouveau nom


Malheureusement j'en suis bien conscient, j'ai fais mes armes dans une des big four dans l'évaluation de politiques publiques. Néanmoins, on parle ici d'un champs assez différent, dans lequel l'innovation est (était?) un des facteurs clés.
Si tu prends les sims et wow par exemple l'énorme innovation et le pari, il me semble, était d'ouvrir ces deux styles de jeux différents, d'un coté du godgame et de l'autre du mmo aux causuals gamers. Pour le mmo c'était quand même pas gagné d'avance. Bien que les investisseurs aient pu se baser sur la vitalité du marché asiatique, la transposition du modèle au marché occidental était quand même couillu.

Alors soit, Bioshock est vraiment particulier dans son ambiance, son design, destiné à un public adulte, etc. mais que diable, les joueurs de CS ont grandi c'était quand même pas trop compliqué à piger qu'il y avait là une cible et un marché probablement très réceptif.
hohun
N'empêche, Bioshock joué avec le son à fond avec un caisson de basses, priceless avec un Protecteur dans le coin.
Prodigy
Harakys a écrit :
Une dernière question me vient, ayant joué sur la 360 et vous entendant parler de quicksave sur pc, comment se passe les sauvegardes sur 360? Checkpoints?


Autosave à certains points, + save quand tu veux (un peu longues cela dit).
Sawyer
Pfffou que dire de plus de cette petite perle, ca faisait un bon bout de temps que je n'avais pas joué à un aussi bon jeu !

Je tire mon chapeau aux messieurs d'Irrationnal ! :)
daweed92
hohun a écrit :
N'empêche, Bioshock joué avec le son à fond avec un caisson de basses, priceless avec un Protecteur dans le coin.


ou le cri des baleines quand on traverse un tunnel de verre *_*
Ze_PilOt
les petits details sont incroyables :

les vibrations (oui je joue au pad sur pc :|) qd un protecteur se balade (ou te suis), les ombres des poissons à travers la baie vitrée, ce passage où tu vois un banc de poisson se balader pres d'une vitre, un big daddy arrive (sous l'eau), les effraient et continue son chemin.

Regarder les big daddys chercher les little sisters, crier quand elles ne viennent pas, leur attitude quand on les tient en joue sans tirer,...
Skizomeuh
Bon, je l'ai pas fini mais je vais le reprendre en medium parce qu'en hard c'est quand même coton pour mes pauvres skills : les Big Daddies sont impossibles sans passer par la case VC, certains splicers sont vraiment trop coriaces, et résultat des courses je profite pas à fond de la richesse de l'environnement (autant point de vue gameplay que pour le plaisir des yeux et des oreilles...)
Vous devez être connecté pour pouvoir participer à la discussion.
Cliquez ici pour vous connecter ou vous inscrire.
Je préférais l’époque gréco-romaine, on était plein et on se tapait. Là, je suis tout seul et vous me faites chier. - @DieuOfficiel
© Factornews 2001/2014