Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
 
PREVIEW

Mars : War Logs

kimo par ,  email
Après avoir travaillé avec Cyanide sur Of Orcs And Men, les développeurs de Spiders se lance dans la concrétisation d’un projet qui leur tenait à coeur. Rebooté après un faux départ, le RPG du jeune studio français, édité par Focus Home Interactive, arrive bientôt en bout de développement. C’est lors d’une session de jeu directement au studio que nous avons pu troquer le vert-gobelin contre le rouge-martien afin d’en apprendre un peu plus sur Mars : War Logs.


Le projet, très ambitieux, prend place sur Mars après un mystérieux cataclysme ayant inversé les pôles de la planète, détournée pour le coup de son orbite normale. Résultat des courses, la vie n’est plus aussi idyllique sur la colonie : les rayons du soleil sont devenus mortels et toute communication avec la terre est désormais impossible. L’eau se faisant rare, quatre factions la contrôlant ont pris le pouvoir et se livrent une guerre de territoire constante. Certains humains –les technomanciens- ont également développé une technologie leur octroyant des capacités spéciales. Problème, ce pouvoir devient très vite une drogue incontrôlable capable de rendre complètement fous les utilisateurs. Pour couronner le tout, des mutants résistant en partie aux rayons du soleil ont également fait leur apparition. Cette résistance n’a pas tardé à être "mise à profit" par les différentes autorités de la planète. Youpi !

Tout ça pour dire que l’univers sombre de Mars s’étend bien au delà du simple jeu, et évolue depuis longtemps dans la tête et le cœur du studio. Les évènements de Mars : War Logs se concentrent sur le conflit qui oppose la faction d’Aurora (un culte mystique qui acquiert de plus en plus de pouvoir avec l’aide de technomanciens) et d’Abondance (une bonne vieille dictature à la soviétique). On peut saluer la lucidité de Spiders de n’avoir pas voulu tout mettre dans ce premier jeu, qui ne soulèvera le voile que sur une partie de l’univers. Mais avec sa quinzaine d’heures de jeu promise, ses deux fins différentes et ses quêtes annexes écrites, il y a probablement déjà de quoi faire.



Vous dirigez donc Roy, personnage au passé mystérieux doté de pouvoirs technomanciens. C'est au tout début du jeu qu'il rencontre Innocence, un jeune soldat fait prisonnier, qu'il prendra sous son aile. C’est d'ailleurs ce dernier qui raconte l’aventure et vous pourrez juger de vos actions au travers ses yeux. A vous de décider si vous souhaitez le bichonner ou adopter une posture plus agressive, tout en gardant en tête que votre attitude aura des répercussions sur le caractère et le comportement de votre protégé. Ainsi, Innocence aura plus ou moins d’initiative, allant jusqu'à prendre sur lui d’éliminer des gardes avant votre arrivée, quitte à déclencher une alarme. Ce choix de narration pourrait être un des points fort de Mars : War Logs. S’il y a peu de chance qu’on développe un lien affectif aussi puissant avec Innocence qu'avec la Clementine de The Walking Dead, nul doute que les plus altruistes (ou vicieux) d’entre nous s’impliqueront de bon cœur dans la relation. A noter qu'un système de réputation est également de la partie, et que la populace sera plus ou moins bien intentionnée selon votre comportement.

Sur la forme, le jeu se déroule en quatre chapitres sur une structure de RPG classique. Des villes/hubs semi-ouvertes laissent place à des environnements de combats plus linéaires. Ceux-ci fonctionnent un peu comme The Witcher ou Assassin’s Creed, "attaque-parade-esquive", avec la possibilité d’utiliser pouvoirs et autres items. Limités à deux sur manette, on nous promet du binding à gogo sur PC histoire d'éviter la pause active. Les armes étant très rares sur Mars (mis à part les pistolets à clou), le gros des combats se déroulent au corps à corps et sont rarement mortels, vous laissant le choix de salir votre réputation en achevant vos adversaires pour une poignée de ressources supplémentaire.



La plupart de ces ressources pourront servir à crafter armes et armures plus puissantes (ou juste à changer de look). Si les armes ne s’usent pas, vous pouvez toutefois les recycler et récupérer ainsi une partie de votre investissement pour améliorer vos diverses machettes, marteaux, barres de fer... Pour être plus performant en combat, Roy gagne aussi des points, à utiliser soit dans des perks, soit dans une bonne vieille roue de capacités. A la carte, trois menus : un axe plutôt combat, un autre survie/infiltration et un dernier technomancie. Enfin, si vous ne vous en sortez toujours pas, des compagnons se joindront à vous en plus d’Innocence, mais se battront avec leur propre stuff. Vous pourrez tout de même leur indiquer quelle attitude à adopter en combat. Si les combats revêtent souvent un aspect tactique indéniable, puisqu'il faudra gérer ses ressources et son "fluide" face à des adversaires souvent plus nombreux, ils deviennent aussi parfois un peu brouillons, la faute à une caméra parfois capricieuse, surtout dans les espaces réduits. On espère que ça sera atténué à la sortie du jeu.



Techniquement, le jeu s’en sort plutôt bien. L’univers graphique est cohérent et un gros travail a été fourni sur les personnages. Toutefois, si les différents environnements que nous avons traversés étaient vastes, ils manquaient aussi un peu de personnalité – notamment la ville où tout se ressemblait un peu. On espère que voir d'autres environnements dans le jeu final pour varier les plaisirs.

Spiders bosse et ça se sent ! Si Mars : War Logs n’a pas la prétention d’être le jeu du siècle, ni de révolutionner le genre, le projet est sacrément ambitieux sur le long terme. En concrétisant le monde de Mars au travers ce premier chapitre, on imagine que le studio souhaite surtout présenter son univers au joueur avec en tête d’en faire plus dans le futur. Reste à savoir si ce premier essai arrivera à formaliser toutes leurs promesses en terme d'ambiance et de narration. Réponse au printemps 2013.
 

Commentaires

Masquer les commentaires lus.
vasquaal
 
La preview donne plutôt envie. Par contre 15 heures, ça fait peu pour un rpg.
Skizomeuh
 
Oui, ça m'a bien émoustillé tout ça ! J'adore quand l'univers déborde des limites du jeu, c'est entre autre ça qui rend un Dishonored, un Thief ou un Oddworld si immersifs. J'attends de voir une vidéo de gameplay pour voir si le genre me va ou pas.
Arsh
 
C'est vrai que 15h, ça me parait un peu court, mais tout dépendra aussi du prix et s'il nous offre une suite.
Si Spider nous file une série de 3-4 épisodes de 15h chacun pour une 15e de roros, ça peut le faire...
StheNn
 
vasquaal a écrit :
La preview donne plutôt envie. Par contre 15 heures, ça fait peu pour un rpg.


Une quinzaine d'euros pour 15 heures de jeu, je trouve cela plus que satisfaisant.
pomkucel
 
Ca fait bien envie effectivement mais l'évocation de Cyanide au début du texte m'incite à la plus grande méfiance.
kimo
 
Salut,

petites précisions suites à vos commentaires

@vasquaal la durée de vie de 15 heures c'est d'après les devs si tu rushes le jeu. Donc durée de vie minimale annoncée. Comme j'ai tendance à me méfier des durée annoncée, j'annonce toujours la minimale, mais normalement, on peut espérer bien plus avec les quêtes annexes et autres.

@pomkucel Cyanide n'est à priori pas impliqué sur ce projet, qui est entièrement développé par Spiders
vasquaal
 
StheNn a écrit :


Une quinzaine d'euros pour 15 heures de jeu, je trouve cela plus que satisfaisant.


Une quinzaine d'euros seulement ? Ha oui, dans ce cas là, ça vaudra carrément le coup si la qualité du gameplay et de l'histoire est vraiment au rendez-vous.

@kimo : j'avais zappé le prix initial du jeu, donc à 15€ pour 15 heures minimum, ça devrait largement le faire, surtout que j'ai tendance à prendre mon temps dans les jeux.
Vous devez être connecté pour pouvoir participer à la discussion.
Cliquez ici pour vous connecter ou vous inscrire.
Je préférais l’époque gréco-romaine, on était plein et on se tapait. Là, je suis tout seul et vous me faites chier. - @DieuOfficiel
© Factornews 2001/2014