Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
 
PREVIEW

Le Trône de Fer - le RPG se dévoile en exclu

ClémentXVII par ,  email  @ClementXVII
En plus de travailler sur Le Trône de Fer : Genesis, Cyanide prépare un RPG narratif dans l’univers du Trône de Fer, nom de code : A Game of Thrones RPG. Comme les infos à ce sujet se comptent sur les doigts d’une main, nous avons pris notre courage à deux mains et forcé l’entrée des locaux de Cyanide pour tenter d’en savoir plus. Heureusement pour nous, le jeu est développé à Paris, et non au Canada.

En exclu mondiale (carrément.), voici les premiers éléments sur le jeu de rôle inspiré de la saga.

For our english-speaking friends, an english version of this text is available here.
Petite piqûre de rappel concernant l’univers du Trône de Fer, issu de l’imaginaire de George R.R. Martin. Décrit dans la saga éponyme - en français, mais nommée A Song of Ice and Fire en anglais, nous avons affaire à un monde résolument médiéval, mature et un peu fantastique. Ce monde a connu la magie et les dragons il y a longtemps, mais à l’heure actuelle il n’en reste plus rien. Sur le trône de fer se trouve Robert Baratheon, qui a mené une rébellion il y a une vingtaine d’années mettant fin au règne centenaire de la famille Targaryen, les chevaucheurs de dragons. Autour de lui, sa cour fait bonne figure mais en coulisse se tissent de nouvelles alliances…

Au Nord se trouve le Mur, une immense structure faite de glace et de pierre construite il y a des millénaires afin de protéger les habitants de Westeros des tribus barbares vivant aux Nord, ainsi que des mystérieux Autres. Sur le Mur, la Garde de Nuit veille. Cette garde n’a qu’une seule fonction : repousser les invasions venant du Nord et protéger Westeros. Elle est constituée de repris de justice, de rejetons de grandes familles ne pouvant hériter du castel familial ou de personnes désireuses de se faire oublier. Lorsqu’on entre dans la Garde de Nuit, on y entre pour toujours, la désertion étant punie par un bon coup de hache juste au-dessus des épaules.



Le Trône de Fer, le RPG (le jeu n'a pas encore de titre définitif) nous fera vivre une nouvelle aventure se déroulant en parallèle à la saga du Trône de Fer. On ne prendra pas part directement aux aventures racontées par Martin, mais les événements principaux apparaîtront en filigrane pendant l’aventure. On aura aussi l’occasion de rencontrer certains personnages tels que Varys. Avec un univers aussi riche que celui de Martin, Cyanide a pris le parti d’en faire un RPG fortement narratif, citant Planescape - Torment, Baldur’s Gate II ou encore KOTOR en exemple. Histoire de s’approcher de la narration de Martin, l’aventure nous sera présentée à travers le point de vue de deux personnages. Ces personnages ont chacun une histoire qui sera révélée au fur et à mesure que le scénario avance, on ne pourra dès lors pas modifier leur aspect.

On démarre l’histoire avec Mors Westford, un des frères la Garde de Nuit. Lors de la création de personnage, on choisit une des trois classes disponible, ce qui donne accès à certaines postures (des styles) de combat. Ensuite, on peut améliorer les capacités et compétences et nous voilà plongés dans l’aventure.
Une patrouille vient de retrouver un déserteur et le ramène à Châteaunoir, le castel principal de la Garde. Cette séquence permet de découvrir l’univers de la Garde de Nuit et se termine après décapitation du prévenu. L’écriture des dialogues est résolument sombre, mature et pas manichéen pour un sou. Tout comme dans The Witcher, on peut choisir les répliques à certains moments des dialogues. Certains permettront d’orienter le ton de la discussion, alors que d’autres auront des répercussions sur la quête.

Ensuite, on découvre le maniement des armes alors que Mors enseigne aux nouvelles recrues les rudiments du combat au corps à corps. Nous ne sommes pas ici en présence d’un hack’n slash et marteler les boutons ne sert à rien, on sera plus performant en utilisant les capacités spéciales (disponibles selon la posture choisie). Les capacités peuvent être sélectionnées pendant le combat. Celui-ci se met alors en slow-motion actif pendant que les capacités s’affichent en premier plan. Comme la bataille continue de faire rage en arrière-plan, il faudra se décider rapidement. Cela permet aussi d’agir/réagir en fonction du combat en cours. Il est possible d’enchaîner jusqu’à trois actions à la fois pour faire des combos dévastateurs. Notre personnage étant zoman, il peut aussi donner des ordres à son chien pendant le combat (comme par exemple de sauter à la gorge des ennemis). Cette fonctionnalité sera aussi utile plus tard lorsque vous combattrez avec plusieurs personnages dans votre équipe.

Fidèle à l’esprit de Martin, les chapitres se terminent tant que possible en cliffhanger : à la fin du premier chapitre, les sauvageons du Nord tentent de passer par une brèche dans le Mur, et Mors tombe dans les pommes suite à un combat avec un chef sauvageon.




Nouveau chapitre, nouveau personnage, et on se retrouve 4 mois plus tôt à suivre Alester Sarwyck, de retour à Westeros après quinze ans d’exil. Héritier de la famille Sarwyck à Puysaigues, il revient pour l’enterrement de son père. Pendant son exil, il a renié les divinités de sa famille et est devenu un Prêtre Rouge, adorant le dieu du feu : R’hllor. Lors de l’enterrement dans le Bois Sacré du castel, Alester offre le baiser de vie à la dépouille de son père, ce qui choque toute l’assemblée, et crée des tensions envers sa famille. De plus, son plus jeune frère a disparu et un des bâtards de son père veut s’emparer du castel. Parallèlement, la révolte paysanne gronde car ils n’ont plus rien à manger. Alester étant un prêtre rouge, nous aurons ici un personnage un peu plus mystique que notre guerrier. A la création de personnage, nous avons accès à trois nouvelles postures, plutôt versées dans l’agilité que la force brutale de la Garde de Nuit.

La présentation montrait en tout cas un univers très proche de celui des bouquins. Entre les membres de famille qui se détestent, qui préparent des coups bas en coulisse et une Garde de Nuit qui n’est plus que l’ombre d’elle-même, le scénario semble en tout cas bien parti pour être d’une grande richesse. Bien qu’on n’ait pas demandé s’il y aurait du sexe, on nous a promis que le jeu nous ferait visiter La Mole. Le mode de combat avec le slow-motion actif permet de s’assurer le dynamisme des combats.

Parmi les autres idées intéressantes, notons la possibilité de Mors – en tant que skinchanger – de diriger son chien. Plus tard dans le jeu, celui-ci pourra – en fonction de ses capacités – suivre des traces à l’aide de volutés de fumée (un peu comme dans l’excellent Discworld Noir). Il pourra aussi se faufiler dans des endroits inaccessibles afin de suivre des conversations sans être détecté. Le Trône de Fer - RPG se jouera de la même manière qu’un Zelda : point de monde ouvert (Westeros, c’est grand), mais plutôt de grandes zones qu’on pourra visiter selon les besoins du scénario. La quête principale est linéaire, mais de nombreuses quêtes secondaires vous donneront l’occasion de retourner sur vos pas et revisiter d’autres régions. En parlant de ces quêtes secondaires, toutes ne seront pas affichées à l’écran avec un gros point d’exclamation au-dessus d’un personnage. Par exemple, lors d’une révolte paysanne on pourrait passer à côté de brutes qui s’attaquent à l’armurerie. Si on les laisse faire, ils pourraient détruire l’armurerie qui sera ensuite inaccessible pour le reste du jeu.

Une chose est sûre, après la présentation de ce RPG, on sent que l’univers est tout à fait fidèle à l’œuvre de Martin. L’attaque du Mur par les sauvageons montre toute la brutalité de cet univers, tout en rendant bien les dimensions surréalistes de ces murs de glace. Pour s’assurer de rester cohérent avec l’univers, Cyanide est en étroite collaboration avec Elio M. Garcia et Linda Antonsson, fans de la première heure créateurs du site westeros.org, ainsi qu’avec l’auteur lui-même. A ce sujet, le lead designer du jeu a passé quelques jours avec George R.R. Martin pour lui présenter le scénario.

Le Trône de Fer - RPG n’a pas encore de date de sortie, tout ce qu’on sait c’est que le jeu sera disponible sur PC et consoles HD; et qu’il sortira après A Dance With Dragons. Ce qu’on a pu voir actuellement laisse présager le meilleur pour la suite, voilà un titre à surveiller de près.
 

Commentaires

Masquer les commentaires lus.
noir_desir
 
A voir, cyanide a l'habitude de finir ses jeux malheureusement à la serpe.
guigr
 
Cyanide a les ressources pour faire deux jeux ambitieux en même temps ou ils ont encore les yeux plus gros que le ventre?
ClémentXVII
 
guigr> Le A Game of Thrones : Genesis - le jeu de stratégie dont nous parlerons bientôt est développé au Canada.
full_tera
 
Hum... je crains le pire
Denerim
 
J'suis fan du Trône de fer, ça me fait trop plaisir une preview comme celle-ci !
wata_
 
C'est les fameux bouquins qui mis bout à bout font 14 trillions de pages ?
Valanthyr
 
Très ambitieux de s'attaquer à l'univers de GRRM. Merci pour cette preview, ça donne envie en tout cas.

Bon courage à Cyanide, tous nos espoirs sont en vous !
Def
 
wata_ a écrit :
C'est les fameux bouquins qui mis bout à bout font 14 trillions de pages ?

Pas vraiment non. Il y a 4 livres publiés de 700-800 pages pour l'instant et le 5ème est censé sortir cette année (avec 5 ans de retard sur la date prévue dans une note de l'auteur en fin du 4ème).

il sortira après A Dance With Dragons.

Ce qui leur laisse quelques bonnes années pour le terminer :)
Tobias Funke
 
A Dance with Dragons sort le 12 juillet, donc bon ;)

Très prometteur tout ça, bien plus que le STR, dont les dernières images font peur (un Mur en brique ? WTF ?)
Def
 
Le livre n'est pas encore terminé : http://grrm.livejournal.com/199836.html

C'est le Duke Nukem Forever du bouquin. Malgré qu'on ait enfin une date de sortie faut garder espoir pour encore quelques reports !
ClémentXVII
 
Au fait, La Garde de Nuit a publié ses impressions sur le beta-test du jeu !
Tobias Funke
 
Def a écrit :
Le livre n'est pas encore terminé : http://grrm.livejournal.com/199836.html

C'est le Duke Nukem Forever du bouquin. Malgré qu'on ait enfin une date de sortie faut garder espoir pour encore quelques reports !


Oui enfin pour le coup, c'est un contrat signé entre les éditeur US et UK et GRRM. Donc c'est du vrai, du concret et pas du Amazon.
Il ne reste que quelques chapitres retors à l'auteur. Tout le reste est déjà relu et édité par les personnes compétentes.
JiHeM
 
guigr a écrit :

Cyanide a les ressources pour faire deux jeux ambitieux en même temps ou ils ont encore les yeux plus gros que le ventre?

Trois en comptant Renaissance, le RPG coop avec un orc et un gobelin, s'il sort un jour...
Akinatsu
 
S'ils pouvaient éviter le style RPG action et garder l'esprit du bouquin en tête ... c'est à dire un RPG narratif mettant en avant les intrigues, la profondeur de l'univers et ... bref j'ai quand même un peu peur aussi.
Valanthyr
 
Juste pour que ceux qui ne connaissent pas la série soient au courant : même quand Dance sera sorti cet été, il reste encore deux livres à suivre. Dont l'un des deux, si je me souviens bien ce que disait GRRM, qui sera double (2 volumes), donc on peut quasiment dire 3 livres.

Au rythme actuel, fin prévue vers 2025 !
Anonymediscret
 
Valanthyr a écrit :
Juste pour que ceux qui ne connaissent pas la série soient au courant : même quand Dance sera sorti cet été, il reste encore deux livres à suivre. Dont l'un des deux, si je me souviens bien ce que disait GRRM, qui sera double (2 volumes), donc on peut quasiment dire 3 livres.

Au rythme actuel, fin prévue vers 2025 !


J'espère surtout que le père Martin s'est recadré parcequ'avec tous les projets annexes sur lesquels il bosse (la série TV chez HBO, les jeux video, etc), le tome 4 de Song of Ice and Fire était loin mais alors très loin d'atteindre le niveau des 3 premiers.

Quelle déception !
Akinatsu
 
Anonymediscret a écrit :
... le tome 4 de Song of Ice and Fire était loin mais alors très loin d'atteindre le niveau des 3 premiers.

Quelle déception !


Un peu d'accord avec toi, mais c'est surtout la structure du bouquin en deux parties qui exclue chacune tout un ensemble de personnages dont on n'entend pas du tout parler.

La partie traitant des Martell étant la moins intéressante des deux.
thedan
 
En tout cas, vous me donnez envie de lire ces bouquins les mecs...
Anonymediscret
 
Akinatsu a écrit :


Un peu d'accord avec toi, mais c'est surtout la structure du bouquin en deux parties qui exclue chacune tout un ensemble de personnages dont on n'entend pas du tout parler.

La partie traitant des Martell étant la moins intéressante des deux.


A moins qu'ils ne deviennent des personnages clés par la suite, le focus sur la famille Martell est vraiment peu intéréssant.

Le côté voyons les choses du point de vue des seconds rôles et/ou des "méchants" est pas mal sur le principe mais mal amené.
Cersei par ex passe simplement pour quasi-folle ET stupide. Etant donné les carnages qu'on lui doit, j'aurais préféré ne pas le savoir...

Il n'y a que le focus sur Jaime, personnage beaucoup plus profond et intéréssant dans ce tome 4 (d'autant plus que c'est un "méchant") que j'ai trouvé vraiment bien fichu : les raisons qui l'ont poussé à devenir le Régicide, ses relations avec son père, avec Tyrion. Là, c'est vraiment bien amené. Les autres persos du tome font bien raplapla en comparaison.
Mougli
 
Utilisez les balises spoiler, svp thxbye.
Vahron
 
thedan a écrit :
En tout cas, vous me donnez envie de lire ces bouquins les mecs...


J'ai acheté le premier il y a quelques temps de ça, et c'est tout de même une lecture assez difficile. Beaucoup de personnages introduits en très peu de temps, avec beaucoup de changements de point de vue dans la narration. Il faut vraiment s'accrocher pour ne pas perdre le fil dans les 50 premières pages.

De toute façon, pour ceux qui ne veulent pas faire cet effort, une série télé arrive le mois prochain.
ClémentXVII
 
Akinatsu a écrit :
S'ils pouvaient éviter le style RPG action et garder l'esprit du bouquin en tête ... c'est à dire un RPG narratif mettant en avant les intrigues, la profondeur de l'univers et ... bref j'ai quand même un peu peur aussi.



Pour ce que j'en ai vu (c'est à dire les deux premiers chapitres), la narration semble très importante. Les personnages principaux ont un passé que nous découvrirons pendant le jeu (par exemple, les raisons qui ont poussé Alester à s'exiler). Pour ce qui est des intrigues au sein de la Garde de Nuit, je ne peux pas dire grand chose, mais il semble en tout cas que les intrigues sont présentes.
Ahramir
 
Bonjour à tous !

J'ai participé aux playtests "scénario" avec les mecs de la Garde de Nuit, et s'il m'est évidemment impossible de vous donner des détails, il y a une chose que je peux dire : j'ai été très agréablement surpris !

Au départ j'avais très peur vu ce que j'avais lu sur le manque d'expérience de Cyanide dans le domaine, et surtout parce qu'un jeu à licence est bien trop souvent une daube. Mais rapidement, l'univers matûre et terre-à-terre du Trône de Fer m'a mis une claque, et j'ai été conquis par le jeu. Il faut dire que la sale gueule de Mors rassure tout de suite : la Garde de Nuit de Cyanide n'est pas une bande de mecs classes et propres sur eux, ce sont des criminels condamnés avant tout.

Les tests auxquels j'ai participé portaient sur le scénario et l'univers, que je juge excellents pour un jeu de rôle (j'ai bien quelques petites réserves sur certains points, mais honnêtement et avec le recul, c'est de l'ordre du chipotage).

Je ne sais pas ce que donnera la réalisation technique, l'équilibrage gameplay, les combats, etc, donc le jeu peut aussi bien être une daube qu'un chef d'oeuvre. Mais une chose est à peu près sûre pour moi : ce n'est pas par le scénar ou par l'ambiance que ce jeu fera honte au Trône de Fer.
Vous devez être connecté pour pouvoir participer à la discussion.
Cliquez ici pour vous connecter ou vous inscrire.
Je préférais l’époque gréco-romaine, on était plein et on se tapait. Là, je suis tout seul et vous me faites chier. - @DieuOfficiel
© Factornews 2001/2014