Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
ARTICLE

The Walking Dead S02E05 : No Going Back

Nicaulas par Nicaulas,  email  @nicaulasfactor
 
Il aura fallu huit mois à Telltale Games pour boucler cette saison deux de The Walking Dead. Un voyage au long cours en cinq étapes, durant lequel on a oscillé entre l’excellent et le décevant, entre l’espoir d’un climax aussi marquant que celui de la saison 1, et la crainte d’une méthode qui commencerait à tourner en rond. Le lot du format épisodique, dirons-nous. Reste à déterminer si le dénouement de l’histoire en valait l’attente.
Mis à part pour le premier épisode, qui était difficile à aborder sans parler de la fin de la saison 1 et donc sans gravement spoiler l’un des passages les plus émouvants de l’histoire du jeu vidéo, j’ai mis un point d’honneur à éviter toute révélation franche sur le scénario de cette saison 2, même avec des balises appropriées. Mais, on ne va pas se mentir, là ça va être chaud. Parce que si on évacue rapidement ce qui va de soi, à savoir : c’est court (une heure environ), c’est techniquement dépassé mais esthétiquement ça a de la gueule, l’ensemble a un petit côté rigide et tout passe par l’écriture des dialogues et des personnages, il va bien falloir à un moment ou à un autre parler du dénouement de l’histoire. Attention donc, le texte qui va suivre contient de gros spoilers sur les deux saisons, mais vous pouvez le sauter sans crainte et aller directement à la conclusion.

Les fins ne justifient pas le moyen

Car si le voyage est tout aussi important que la destination, il faut bien reconnaître que dans The Walking Dead, on est tout particulièrement attentif à cette dernière (ou plutôt, et c'est une bonne surprise, ces dernières). La première saison avait démarré lentement, mais avait su progressivement monter en puissance à partir de l’épisode 3 (ah, Carley…) pour offrir un épisode final qui compensait largement les lacunes du jeu, et lui donnait du sens en prenant la forme d’un aboutissement. Tout le chemin parcouru jusque-là n’était pas qu’une succession de détours, il avait également permis au joueur de modeler un Lee à son image, et ainsi de rendre crédible la fin brutale du scénario. N’ayant pas énormément évoluée sur ses fondamentaux techniques et commençant à toucher les limites de ses recettes habituelles, cette deuxième saison se devait de proposer un impact émotionnel au moins équivalent.

Et c’est un peu là que le bât blesse. Si on devait résumer No Going Back en un seul mot, ce serait « déjà-vu ». Pas nécessairement dans les péripéties en elles-mêmes (et la présence de fins multiples suffit à se distinguer de la saison une) mais plutôt dans son schéma narratif. De sa manière d’écrémer les personnages secondaires pour se concentrer sur les seuls importants pour le dénouement final jusqu’à l’ultime dilemme moral à forte implication émotionnelle, beaucoup de choses rappellent l’épisode 5 de la saison 1. Résumons : des personnages secondaires meurent, les plus opportunistes abandonnent le groupe, on approche du point de non-retour dans la fuite en avant (en l’occurrence la marche vers le Nord), un élément perturbateur change radicalement la donne (autrefois la morsure de Lee, aujourd’hui la naissance du bébé) et oblige le joueur à devoir choisir de détruire un personnage auquel il est attaché. Dans l’absolu, répéter une recette similaire à la saison une n’est pas un problème. Mais No Going Back le fait d'une manière parfois tellement maladroite que, pour la première fois depuis le début de la première saison, on frôle le facepalm à plusieurs reprises.



On pourrait citer la blessure de Clementine, qui permet certes de caler une superbe scène de flashback émotionnel parfaitement maîtrisée et qui aurait pu constituer un excellent dénouement à tout ça, mais qui s’avère en fait être le simple écho de la morsure de Lee : ça n’empêche pas le scénario d’avancer, mais ça crée une tension supplémentaire. Résultat, on a surtout l’impression que Clementine est définitivement capable de survivre à tout. Non pas parce qu’elle serait une excellente survivante, mais simplement parce qu’elle est le personnage principal. Mais c’est surtout le duel entre Jane et Kenny qui déçoit profondément. Là où le « grand méchant » de la saison une se dévoilait tardivement (et disparaissait aussi vite qu’il était apparu), celui de la saison deux, évoqué dès le départ, a été éliminé dès le troisième épisode, obligeant les scénaristes à une pirouette scénaristique : tout comme les personnages trop gentils, les personnages trop méchants ne peuvent survivre à l’Apocalypse, et c’est en chacun de nous que se trouve le danger pour nous-même et pour les autres. En clair, on essaie de nous dire que le manichéisme n’a pas de sens chez l’être humain. Ce qui tombe un peu à l’eau, puisque d’une part l’intégralité de la série nous dit la même chose depuis le début, et d’autre part oblige à faire rentrer temporairement les personnages dans des cases. Jane et Kenny sont tour à tour froids, cyniques, survoltés, attachants, irritants sans qu’aucune logique apparente ne se dessine derrière tout ça. Et quand l’intrigue se dénoue, après un choix final entre ces deux personnages auxquels on ne croit plus, on retombe sur une séquence « life goes on » qui semble totalement hors de propos dans le contexte de la série.

Un jeu d’acteurs

Malgré ce procès à charge, soyons beau joueur : il s’agit surtout de reprocher à The Walking Dead d’être juste bon là où il a été bien meilleur par le passé. Et si voir trébucher cette saison dans la dernière ligne-droite est un crève-cœur, c’est bien parce qu’elle a su créer une attente avec ses épisodes précédents. Tout n’est pas à jeter aux orties, donc. Certes, en comparant les différents épisodes, on a un peu l’impression que Telltale a beaucoup tâtonné pour améliorer sa formule sans tout bouleverser. Une fois c’était la surenchère un peu gore, une fois la disparition des QTE, une fois celle des phases de point’n click, puis leur retour, tout en alternant entre les humains et les zombies comme plus grosse menace, ou entre un personnage de Clementine complètement badass ou complètement dépassé. Il n’empêche qu’au milieu de ce pot-pourri se trouvent plusieurs moments de bravoure qui hanteront nos nuits pour longtemps. N’hésitant d’ailleurs pas à lorgner parfois du côté du franchement gore, mais sans tomber dans le torture porn.



Mais ce qui est, paradoxalement, le point le plus fort du jeu, c’est que rien ne repose sur des notions de gameplay usuelles. Lorsque la première saison a débarqué, on a d’abord vu un jeu poussif et bavard à qui on pouvait reprocher exactement la même chose qu’à un jeu Quantic Dream : une absence d’interactivité, de « vrai » gameplay. Et puis l’histoire s’est développée, et malgré l’illusion de choix qui ne tient pas vraiment, on s’est aperçu que le jeu avait quelque chose d’assez unique à proposer. Il prenait au pied de la lettre l’expression « incarner un personnage ». Face à un scénario qu’on ne peut infléchir qu’à la marge, et à un environnement ludique limité, ce que nous demande The Walking Dead, c’est d’être Lee, puis Clementine. Le jeu ne donne pas d’objectif, il n’y a pas de mission à remplir, il se contente de créer une situation que vous allez volontairement subir, et vous proposer une palette de comportements à choisir, en temps limité pour imiter ce que serait la vraie vie. C’est notamment pour ça que les épisodes de cette saison qui ont pris leurs distances avec les QTE et les phases de point’n click étaient les plus enthousiasmants : ils tendaient vers un gameplay effacé, presque organique, constitué de dialogues. Se projeter dans un personnage fictif et y apporter de sa propre personne. Finalement The Walking Dead n’est qu’une grande pièce de théâtre où l’on est le moteur du récit. Ainsi, même en sachant qu’il existe des possibilités alternatives à mes choix et qu’il me serait théoriquement possible de revivre une histoire différente (au moins à la marge), je n’ai aucune envie de le faire, non par paresse mais parce que refaire une partie reviendrait à détruire les personnages que j’ai incarnés, comme si on me demandait de modifier volontairement un souvenir. C’est une expérience forte et assez rare, et qui prouve que derrière l’idée d’un jeu narratif au gameplay organique peut se cacher autre chose qu’un téléfilm M6. Néanmoins, cela crée certains obstacles, pas tous surmontés.

A world of clichés

L’un des premiers problèmes que cela pose, c’est la gestion de la mort. En toute logique, puisque vous n’êtes qu’un personnage parmi d’autres, vous n’êtes ni plus ni moins susceptible de survivre à tout et n’importe quoi que n’importe quel autre personnage. C’était d’ailleurs ce qui rendait le dénouement de la saison une si marquant : la descente aux enfers de Lee ne pouvait s’achever que par sa disparition d’une manière ou d’une autre. Sa survie aurait complètement ruiné la crédibilité de l’univers, en sapant son principe fondateur (c’est l’Apocalypse, les notions de bien et de mal n’ont plus cours, personne n’est à l’abri). Beaucoup de joueurs ont reproché à Clementine d’être une super-héroïne et un leader dans cette saison. J’ai déjà dit que je trouvais ce reproche hors de propos, puisque le joueur est bien placé pour savoir qu’elle a du cran et a survécu à pas mal d’expériences, et qu'être un enfant n'est pas incompatible avec être compétent dans des situations difficiles. Mais il faut bien avouer que No Going Back pose problème de ce point de vue-là. Disons-le clairement : Clementine aurait du mourir dans cette saison, en particulier dans cet épisode. Pas par symétrie avec la saison une, mais parce qu’une fille de onze ans avec le poumon gauche perforé par une balle et sans traitement antibiotique suite à sa profonde morsure de chien au bras ne peut pas survivre dehors par -30°C  au milieu d’une horde et avec son groupe de survivants qui s’entredéchire. Elle fera un pneumothorax et/ou une septicémie. OK, on est dans un monde où les morts reviennent à la vie, mais dans The Walking Dead, quand quelqu'un est dans un état tel qu'il n'a que peu de chances de survie, il meurt.



L’autre problème majeur vient de la difficulté à renouveler les situations vécues par les personnages, et l’écriture de ceux-ci. La première saison souffrait un peu de la présence systématique d’un dilemme à la fin de chaque épisode (je dois sauver A ou B mais pas les deux), qui donnait un aspect répétitif et prévisible à l’ensemble, mais elle avait au moins l’avantage de la nouveauté : les jeux nous demandant de laisser mourir un « gentil », voire de le tuer nous-même, ne sont pas légion. Cette deuxième saison a eu la brillante idée de remplacer ces dilemmes par des choix non-binaires (par exemple, il est évident que A va survivre et B va mourir, je peux choisir d’aider A pour m’attirer ses faveurs ou achever B pour lui offrir une mort digne) qui ne donnent pas cette impression de routine. Néanmoins, que le choix soit binaire ou pas, la situation dont il découle ne peut pas être systématiquement ébouriffante d’originalité. Une fois qu’on a dû faire face aux zombies, aux humains, à la faim, à la maladie, au froid et au manque de sommeil, il reste peu de possibilités de surprise majeure.  C’est un paradoxe intéressant : au milieu de l’ensemble de la production vidéoludique, chaque épisode des deux saisons de The Walking Dead est une rareté. Mais quand on les compare les uns aux autres, on décèle des redondances, comme si la série se créait progressivement ses propres clichés. Ce qui nous semblait auparavant exceptionnel et marquant a perdu en intensité quand c’est la deuxième ou la troisième fois (voire beaucoup plus quand il s’agit de voir mourir des personnages secondaires) qu’on les vit.

Cette deuxième saison proposait pourtant deux pistes intéressantes : la présence d’une femme enceinte, qui dans une situation apocalyptique est tout autant un poids mort destiné à mourir qu’un  espoir de renouveau pour l’avenir, et Jane, un personnage principal farouchement opposé à l’idée de groupe, ouvrant la porte à une aventure en solitaire (ou au moins en comité réduit).
La naissance du bébé est très mal exploitée, puisqu’elle intervient après la mort de Carver et qu’il devient en réalité le nouveau McGuffin pour le groupe de survivants (chacun ayant son idée sur la meilleure manière de le protéger), par conséquent immortel puisque retirer le moteur de l’intrigue serait périlleux. Quant à Jane, j’ai déjà évoqué dans la critique de l’épisode quatre à quel point son personnage a été salopé. Sa présence dans le groupe pendant plusieurs épisodes est un complet paradoxe : censée incarner le cynisme et l’efficacité d’une survivante solitaire, elle rentre instantanément dans le jeu des relations de groupe et nous prend sous son aile, et sonne donc faux de bout en bout.  Pour éviter de finir sur une note négative, précisons tout de même que le niveau global de l'écriture de cette saison reste supérieur à l'immense majorité de la production, et que c'est avant tout parce qu'on en attendait beaucoup qu'on est un peu déçu.

 
Un peu poussif et décevant sur la fin sans toutefois être définitivement mauvais, No Going Back est parfaitement à l’image de cette deuxième saison de The Walking Dead. C’est d’autant plus dommage qu’un certain nombre de bonnes idées ont fait leur apparition tout au long des cinq épisodes. Le problème vient surtout de l’accoutumance à l’univers, qui rend banales des situations autrefois exceptionnelles, et rend de plus en plus difficile d’avoir une écriture à la fois originale et de qualité, qui était jusqu’ici le gros point fort de la série. S’il nous est permis de te donner un conseil, Telltale, prends bien ton temps avant de sortir cette troisième saison, il faut rénover le concept.
 

Commentaires

Masquer les commentaires lus.
Captain America
 
Autant dans la saison, l'influence inexistante des choix n'avait pas tant d'importance. Avec l'effet de la nouveauté et l'écriture qu'apportait le jeu, ça pouvait passer.

Autant dans cette saison, c'est tout simplement insupportable et extrêmement frustrant, en plus d'être totalement inutile.
Il n'y a qu'à la fin que le choix à une importance.
Pour le reste, autant qu'ils enlèvent les possibilités de réponses et les divers choix...

Le problème de cette saison 2 c'est que ça veut toujours faire empirer les situations, que tout aille toujours plus bas.
Y'a pas un moment où les protagonistes sortent la tête de l'eau.
Résultat, tout est attendu, tout est convenu...

"Voulez vous sauver X ? :

1 - Non : résultat, X est mort.
2 - Oui : résultat, vous avez sauvé X, mais il est mort quinze minute plus tard."

Wtf ?? Tout conduit au même endroit, au même déroulement... Aucun intérêt...
MaVmAn
 
J'ai bien aimer la première sans trouver ça génial. J'attendais que tous les épisodes de la seconde soient sortis pour continuer mais je vais plutôt accorder à d'autres jeux cette précieuse ressource qu'est le temps.
CBL
 
J'ai fini la saison 1 en 11H et la saison 2 en 8H.
Perso j'ai adoré les deux. Un truc de fou : quand je regarde la série télé, je vais me coucher juste après et je dors comme un bébé. Avec le jeu, je fais des cauchemars horribles.
nono_le_robot
 
CBL a écrit :
Avec le jeu, je fais des cauchemars horribles.

Ah oui, pareil pour moi: le genre de cauchemar où t'as l'impression d'avoir des choix mais en fait quoi que tu fasses ça finit toujours pareil.

Bon sinon même avis que Captain America, la première saison était sympa mais là les limites du game design commencent réellement à se faire sentir, surtout que je trouve que l'histoire fonctionne moins bien. On s'attache moins aux personnages (d'autant plus qu'on se doute comment ça va se finir) et du fait de l'absence de conséquences des choix de plus en plus évidente on arrête vite de s'impliquer dans ceux-ci.
pomkucel
 
J'ai également bien aimé cette saison dans l'ensemble. Je suis totalement d'accord avec le test, c'est dans la veine de la première saison en moins bien (lmais bien quand même, peut être l'effet de surprise et les ficelles parfois trop grosses/connues). En tout l'atmosphère pesante est encore très bien retranscrite.
Nicaulas
 
CBL a écrit :
J'ai fini la saison 1 en 11H et la saison 2 en 8H.
Perso j'ai adoré les deux. Un truc de fou : quand je regarde la série télé, je vais me coucher juste après et je dors comme un bébé. Avec le jeu, je fais des cauchemars horribles.


C'est cet effet que j'ai essayé d'expliquer avec mon passage sur l'incarnation des personnages. Au final, l'important n'est pas de pouvoir interagir avec l'environnement ou de pouvoir modifier l'histoire à sa guise, mais c'est ce double mécanisme d'empathie profonde (les personnages sont réalistes, et mis à part les zombies le monde est également réaliste, donc on peut s'identifier à eux sans problèmes) et d'affirmation de son comportement (certes je ne peux pas modifier l'histoire, mais je peux choisir d'adopter un comportement, exprimer une volonté qui ne se réalisera pas forcément...) qui rends l'expérience si marquante.

Perso, même si le plaisir de cette saison deux est un peu gâché par quelques trucs, je retiendrais pleins de passages excellents de ce point de vue là :
tout le début de l'épisode 1, avec la mort d'Omid, le fait de devoir brûler un souvenir de la saison 1, le passage avec le chien, la cabane à outils... ensuite la première rencontre avec Carver, le dialogue avec le petit copain du mec buté par accident sur le pont (gros gros moment de tension celui-là), la prise d'otage par Carver... toutes les saloperies de Carver avec son groupe et avec le notre, son dialogue avec Clementine, voir Kenny le buter, le regard de Jane quand elle tire dans les couilles du second couteau... la fuite à travers la meute, la rencontre avec Arvo où je me suis rendu compte que j'en avais rien à foutre d'être un salaud et j'ai pris les médocs, j'ai tué Sarah... et malheureusement pas grand chose de l'épisode 5, ça ne m'a pas fait grand chose de tuer Kenny et j'ai vraiment eu du mal à croire aux différentes péripéties (genre le nombre de survivants à la fusillade du début, n'importe quoi).
Ça fait quand même pas mal de bonnes choses à retenir :)
pingoo1
 
Je vais faire mon chieur mais la grosse image en "une" du site spoil énormément la S2.
Pour ma part je ne l'ai pas encore commencé et je sais déjà ce que Clémentine va se coltiner...Pas cool
Nicaulas
 
En fait elle ne correspond à rien de concret dans la saison, je pense qu'il s'agit d'un visuel de com d'avant le lancement de la saison.

Je vais quand même voir pour la changer et mettre un truc plus neutre.
Notwenewton
 
Heureusement que j'ai fait cet épisode. C'est un test pour ceux qui n'y ont pas joué ou un retour d'expérience uniquement pour ceux qui l'ont fait ? J'en suis à la moitié et d'incroyables spoils sont déjà là alors qu'on aurait largement pu faire autrement que de raconter la fin + le moment le plus fort de cet épisode. Sans déconner.
Nicaulas
 
J'ai fait la critique des 3 épisodes précédents sans le moindre spoil, donc si j'avais voulu j'aurais pu. Effectivement, pour faire le récap de la saison j'avais envie d'aborder un certains nombres d'éléments concrets de scénario pour mieux expliciter mon point de vue sur la série (notamment ses principes de gameplay) et faire un retour d'expérience.

On est plus d'un mois après la sortie de l'épisode ( et 9 après celle de l'épisode 1), et le premier paragraphe est assez clair, j'ai même pris la peine de préciser en gras et souligné que le texte spoilait grave sa mère.

Il faudrait que je caviarde comme la critique de l'épisode 1 ?
Notwenewton
 
Bah le tout est de savoir à qui s'adresse ce test ; à ceux qui y ont joué visiblement.
Du coup c'est dommage, les gens qui veulent connaître son intérêt avant de l'acheter auront en plus le droit de tout apprendre avant même de se lancer. Un paradoxe triste.

Je pense qu'il est important effectivement de garder les gros ressorts de l'histoire pour soi, car si ça démange d'en parler, justement, les commentaires sont idéaux pour ça.

Désolé pour la réaction un peu vive de mon premier commentaire, mais réellement je me mets à la place de quelqu'un qui ne l'a pas encore fait, ça va faire mal de te lire, frustrant si celui ou celle-ci s'arrête à ton chapeau d'avant les spoils....
Nicaulas
 
Ce n'est pas vraiment un test, en fait (l'intitulé de l'article est trompeur, j'en conviens, mais comme il fait suite à quatre "vrais" tests). Si j'avais fait un test il se serait sans doute résumé au chapeau d'intro, au premier paragraphe et à la conclusion. Du coup j'ai modifié pour préciser que vous pouvez jumper jusqu'à la conclusion si vous voulez éviter les spoilers.

J'avais une analyse que je voulais partager, j'ai évacué rapidement la question du test pour me concentrer sur ce que j'avais à dire. Je trouverais ça réellement dommage de mettre ça juste en commentaires. Déjà que j'ai failli ajouter une page avec le fac-similé du débat avec kimo dans le forum admin lors de ma critique de l'épisode 4, avant de me dire que ça serait peut-être un peu brut de décoffrage.
Captain America
 
Je me permet de rebondir sur quelques passages que tu cites, comme quoi, personnellement, et une fois la mécanique éprouvée, l'écriture ne suffit plus :


le fait de devoir brûler un souvenir de la saison 1.

Wtf ?

t'as pas vu que y'avais une buche par terre ?? C'est d'ailleurs ça qui est trop naze ! T'as une photo de Lee et le dessin de Duck et ils ne servent absolument à rien, comme 99% des choix possibles...!!

la cabane à outils...

Tu veux dire, là où une pauvre gamine de 12 ans se transforme en Iron Man et se recoud toute seul...? Même pas mal...

Carver :

L'exemple typique du perso et du chapitre qui sert à rien. Surtout que dans la bande annonce, ils te montrent des images de Clem avec Carver qui, en fait, n'existent pas. Quoi que tu fasses, tu peux même pas changer de camp... Tu peux pas rester à Howes pendant que les autres tentent de se barrer.
Couper ses baies ou aider Sarah ? Même combat, l'amputé dégage par le toit

Impossible de se faire spotter par Whitney Youston quand on tente de voler la radio, du gros nawak...

Lors de la prise d'otage : se rendre à Carver dans le chalet ou trouver Kenny ? Le résultat est à 95% le même etc. etc. etc.

Tuer Kenny :

Mauvais choix, je pense que tu as raté le seul moment émouvant du jeu. Le finir avec Kenny.
Refait juste ce passage, tu comprendras. C'est le seul truc potable dans cette saison 5.

Quand à Arvo, même si t'es super attentif à lui, que tu voles pas les médocs etc. il te tire quand même dessus quand Bonnie le boulet et Mike l'useless se barrent... Trop au top cette saison deux ...!


Nan franchement, comme je disais sur un autre site, on critique de longue Cage et ses films interactifs, mais au moins dans Heavy Rain, les choix que j'ai fait on eu de conséquence et on pouvait également se planter comme une merde sur certain truc.
Nicaulas
 
Je pense que du coup on n'est pas sur la même longueur d'onde sur l'intérêt du jeu. Que mes choix n'aient pas d'influence sur l'histoire ne me semble pas important, ce qui compte c'est de m'affirmer dans le personnage par des choix de comportements face à une situation donnée. Ce n'est pas parce qu'un choix est futile d'un point de vue utilitariste qu'il n'a aucun sens.

Et du coup ça n'aurait pas vraiment de sens de reprendre les points que tu cites, à part éventuellement celui-ci :
En quoi tuer Kenny est-il le "mauvais" choix ? C'est un choix, fait sur le moment, par rapport à la manière dont je ressentais la situation. Bien sûr que j'ai vu qu'il y avait d'autres fins très différentes, et si je n'avais pas été obligé pour écrire le texte j'aurais refusé de les faire.
Edhen
 
Bon du coup j'en profite pour aller de mon ptit avis et dire pourquoi.

J'ai donc trouvé cette saison assez décevante, mais bonne quand même. En fait c'est ptetre ça le plus exaspérant, c'est de se dire que le matériel est de qualité, que les raisons qui font qu'on joue à un Telltale sont toujours là - vivre une histoire pleine d'émotions, des vraies, celles qui viennent même quand les pixels ne sont pas nombreux - mais il y a tellement de détails incohérents qu'on est régulièrement ramené à la réalité, comme un doux rêve (avec du sang et des zombies) interrompu par un réveil matin agressif.

L'influence des choix c'est un sujet long comme le bras qui mérite bien plus d'analyse que ce que je vais en dire. Ce n'est pas qu'une question de moyen (si, c'est une question de moyen), mais j'ai eu un peu trop souvent l'impression que la routine s'installait et qu'on n'en sortait qu'en de rares occasions, le temps de spammer une touche, ou de devoir ajuster la tête d'un walker avec notre 9mm à balles infinies. Y'avait-il moins de personnes sur le projet ? A-t-il fallu faire des concessions dans la taille des niveaux ?
Au delà du simulateur-de-petite-fille-que-personne-n'écoute, Telltale a créé un nouveau genre : Après le point&click dans des "tableaux", nous voici arrivés au point&click dans des couloirs. J'ai conscience que la liberté n'est qu'une illusion, quelque soit le jeu, mais trop souvent on se sent face à un film qui n'attend que l'on appuie sur le bouton play lorsque des pauses impromptue surviennent, histoire de voir si l'on suit toujours. Je le redis, l'histoire reste bonne, mais la mayonnaise ne prend plus aussi bien qu'avant.

Et dans un ultime clin d'oeil à nos "choix", on case à la va-vite une petite ligne de dialogue en référence à l'épisode de mi-saison Un coup avec Bonnie, un coup avec Kenny, "Hihihihi la première fois que je t'ai vue t'as fait ça, t'avais l'air trop badass, t'as vu que tes choix ils comptent ?!" Ca m'a arraché un sourire cynique, j'aurai encore préféré qu'ils s'abstiennent... Surtout qu'ils ont balancé tout ce qu'ils avaient dans les 3 fins possible (en fait y'en a 2 de plus, mais ce ne sont que des sous-embranchements de deux autres fins, ce qui mène le total à 5), où on fini l'épisode les joues inondées de manly tears. Comme le dit CaptainAmerica, ça vaut le coup de relancer sa sauvegarde pour rejouer la dernière scène, et tenter toutes les possibilités.

Bref, une suite qui m'a moins cloué que le premier opus. J'ai quand même passé un bon moment, mais la prochaine fois j'attendrai plutôt qu'il soit à -75%.
goodlifer
 
Je suis d'accord avec une bonne partie du test, mais je n'ai pas pu m'empêcher de finir le jeu en craignant pour la saison 3.
Vue la disparité des situations dans les fins alternatives, j'ai peur du "Après avoir échappé à toutes ces péripéties, retrouvons notre héroïne à un point de départ commun à tous les joueurs".

Mais le moment de tension dans la baraque avec le mec du gars flingué sur le pont, c'est très bien foutu.
Vous devez être connecté pour pouvoir participer à la discussion.
Cliquez ici pour vous connecter ou vous inscrire.
Soutenez Factornews.com

Tribune

Dks
(22h31) Dks Nayve > peut on encore parler de réalisation ?
Nayve
(22h14) Nayve Dks > J'ai vu des pornos mieux réalisés
Dks
(21h44) Dks bon en fait après quelques minutes je crois que je vais commencer par les yeux. On devrait pendre l'équipe de tournage et les comédiens.
Dks
(21h42) Dks ok sharkenstein, je vais te regarder, ensuite je me ferais percer les yeux au pied de biche.
choo.t
(20h48) choo.t [i.imgur.com]
choo.t
(20h18) choo.t CBL > Tu bluffes Martoni.
CBL
(19h57) CBL 100% CGI
thedan
(19h49) thedan Je sais si c'est des prises de vue réelle avec des SFX ou juste de la 3d mais c'est très impressionnants le trailer solo de Titanfall2 d'un point de vue graphique : [youtube.com]
Crusing
(18h55) Crusing choo.t > Risbo > \o/ \o/ \o/
_Kame_
(18h54) _Kame_ (14h52) Cyclope > de la NX WiiU tu veux dire.
Lisa
(18h10) Lisa (16h35) Si ... pour la prochaine AG
MrPapillon
(17h44) MrPapillon Nidhogg 2 : [youtube.com]
choo.t
(17h01) choo.t Pour fêter ça, un clip avec une superbe morale : "friends don't dismember friends" [youtu.be]
Risbo
(16h57) Risbo (16h55) \o/
choo.t
(16h55) choo.t Turbo Kid 2 annoncé \o/
noir_desir
(16h35) noir_desir Lisa > finalement vivendi n'a pas demandé sa place? Bollosré a changé de fusil ?
noir_desir
(16h34) noir_desir Lisa > intéressant
Lisa
(16h14) Lisa [twitter.com]
Zakwil
(15h38) Zakwil l'icone "option d'ergonomie" de windows c'est un fauteuil roulant déguisé?
Niko
(15h16) Niko Cyclope > C'est pas une info, c'est une boutique qui essaye de se gaver de précommandes en se faisant de la pub au passage
noir_desir
(14h54) noir_desir (13h48) Crusing > fort ils ont même repris le brexit
Cyclope
(14h52) Cyclope Des news de la NX : [vg247.com]
Crusing
(14h46) Crusing Je le soupçonne d’être en lien étroit avec Jeff winston et "les seins d'homme"
Sawyer
(14h42) Sawyer Crusing > Le plus drôle c'est quand il annonce des chiffres genre : "Oui, cela signifie que si vous gagnez 2600 DEUROS Hum"avec un vieux gémissement derrière, mdr il est énorme
zouz
(14h19) zouz Crusing > Ils sont trop fort. J'imagine le taf pour imaginer ce genre d'histoire.
Crusing
(13h50) Crusing Une faute de lecture par phrase à peu près.
Crusing
(13h49) Crusing le pro de la lecture de chiffre à décimale, ou pas.
Crusing
(13h48) Crusing Oh un nouveau "magicien de gagner de l'argent sans rien faire", je l'avais jamais vu, fabuleux [50.7.89.82]
Doc_Nimbus
(12h29) Doc_Nimbus Crusing > (11h23) Chouette, merci !
MrPapillon
(12h16) MrPapillon Et qu'ils annoncent une machine à sous Assassin's Creed.
zouz
(12h11) zouz Crusing > (11h23) Hahaha le flic du début !
Palido
(12h05) Palido thedan > Ca serait marrant que Vivendi officialise le rachat d'Ubisoft aujourd'hui, et en profite pour annuler BGE 2 dès demain.
Crusing
(11h40) Crusing ah oui j'avais pas vu non plus...
Crusing
(11h39) Crusing Niko > d'ailleurs elles sont où les breves dans la home?
thedan
(11h38) thedan Niko > oups pardon désolé ... Pas réveiller tout ça...
Niko
(11h37) Niko On a déjà fait une brêve ce matin dessus
thedan
(11h35) thedan bon BGE 2 c'est quasi officiel : [jeuxvideo.com]
thedan
(11h28) thedan Etonnant : [lemonde.fr]
Crusing
(11h23) Crusing Nouveau Usul : [youtube.com]
Fougère
(01h25) Fougère [kotaku.co.uk] C'est long mais ca brosse un portrait très précis et réaliste de la situation autour de SC
zouz
(00h23) zouz [facebook.com]
_Kame_
(00h06) _Kame_ Doc_Nimbus > merci, j'me sens aussi con qu'un chat avec un bout de ficelle
mercredi 28 septembre 2016
Le vertueux
(23h27) Le vertueux zouz > Je n'en ai pas vu, faut dire que c'est mega cher, hyper encombrant et pas très fun.
Doc_Nimbus
(22h18) Doc_Nimbus Un clicker vraiment sympa : [jhollands.co.uk]
Le vertueux
(21h33) Le vertueux J'ai fait mon premier tour dans la rue avec le monocycle, c'est quand même autre chose que l'entrainement dans le parking sous terrain. J'ai failli écraser des jeunes, heureusement qu'il y avait une rambarde, je n'ai pas su m’arrêter net proprement.
Dks
(21h22) Dks j'espère que c'est pas enfoui dans la tribunes depuis que c'est passé ..
Dks
(21h21) Dks vu sur twitter GK, un premier épisode docu sur la team derrière Furi : [youtube.com]
Le vertueux
(21h03) Le vertueux __MaX__ > hihihihi non pas de figure, de toute façon c'est une oxelo tu ne peux rien faire avec, ça pèse une tonne.
Laurent
(21h02) Laurent 1er dev diary pour Wonder Boy. Je ne sais pas si le jeu sera bien mais le remake des musiques est magnifique [youtube.com]
DukeFreeman
(20h47) DukeFreeman Fougère > toute mes désoles
Fougère
(20h45) Fougère DukeFreeman > Tu me laisse même pas le temps de faire la news ;(
DukeFreeman
(20h36) DukeFreeman je suis joie...[gamekult.com]
MrPapillon
(20h17) MrPapillon "gna gna gna these updates will help in an online world", et hop l'icône d'Edge est revenue sur ma toolbar.
MrPapillon
(20h16) MrPapillon Super, mise à jour de Windows 10 qui reset tous mes params, et remets le fond d'écran par défaut.
Feed
(19h54) Feed Niko > Coucou :)
__MaX__
(19h29) __MaX__ Ca tue la trotinettes. Tu fais au moins quelques back flip avant d'arriver au boulol ?
zouz
(19h10) zouz Pas de Segway ?
MrPapillon
(19h02) MrPapillon Et beaucoup d'escalators aussi.
Le vertueux
(19h01) Le vertueux zouz > Ouais y en a pas mal quand même. Beaucoup de trotinettes pour adulte, quelques trotinettes électriques (bien rapide) et quelques roues électriques.
MrPapillon
(18h51) MrPapillon zouz > À Paris plein. De plus en plus. Un jour ça sera honteux de marcher à pieds, un peu comme le fait de monter un escalier alors qu'il y a un escalator de feignasse à côté.
zouz
(18h49) zouz Je ne me rends pas trop compte mais y'a beaucoup des gens qui se trimbalent avec ça en ville ?
zouz
(18h49) zouz Tu vas vraiment t'en servir à visage découvert ?
Le vertueux
(18h40) Le vertueux Crusing > Non ça tu peux le dire ça n'est pas honteux. Par exemple je n'ai pas dit que j'avais une trotinette, pour faire le trajet boulot. ça tu le caches.
Crusing
(17h56) Crusing (16h29) noir_desir > [youtube.com]
Crusing
(17h09) Crusing Le vertueux > C'est pas le genre d'info qu'on doit passer sous silence? comme n'avoir qu'une couille?
Le vertueux
(16h54) Le vertueux Je me suis acheté un monocycle électrique, jetez vous sur les côtés si vous me voyez !
noir_desir
(16h29) noir_desir Crusing > ^^' remarque il voulait supprimer les juges d'instruction lors de son précédent mandat...
Crusing
(15h57) Crusing noir_desir > j'aimerai bien que sarko nous sorte maintenant un "j'ai confiance en la justice de mon pays"
noir_desir
(14h13) noir_desir thedan > c'est bête surtout quand on pense , que les sarkolatres aiment la justice ^^'
thedan
(14h10) thedan noir_desir > tout à fait, je leur ai sorti l'article
MrPapillon
(14h10) MrPapillon Poker VR : [youtube.com]
noir_desir
(14h07) noir_desir thedan > C'est surtout qu'il y a eu une jurisprudence, qui ne te mets pas l'abri quand ton mail est de ton boulot...
thedan
(14h05) thedan d'ailleurs ils se sont pris un retour de manivelles... Pas de mails perso, pas de mails politiques au bureau Non mais
thedan
(14h04) thedan de toute façon, t'as des sarko idolâtres. Tu peux leur mettre le nez dedans, ils te diront que ça sens la rose... J'ai vu passer certains mails persos au boulot d'adhérents aux Républicains qui sont sarko idolâtres, ça vaut son pesant de conneries
noir_desir
(13h18) noir_desir Crusing > on ne croirait pas comme ça
noir_desir
(13h18) noir_desir Crusing > les commentaires oui, mais les amis de sarko qui passe à la télé. C'est évident hollande est tellement fort, qu'il a infiltré la Norvège (soit dit en passant l'un des pays les moins corrompu du monde). Finalement il est trop fort hollande,
Crusing
(13h10) Crusing noir_desir > héhé, j'ai lu les comms sur le site europe1, c'est exactement ça "encore une pseudo affaire" "les mediaco-bobo-gaucho..."
noir_desir
(13h07) noir_desir Crusing > c'est fou, et le pire comme cela vient de la norvege, dans le cadre d'une affaire de corruption pétrolière, son camps ne peut s'agiter en disant que ça vient de hollande (ou des bobo-bien pensant)
Crusing
(12h30) Crusing Comme disait le directeur de campagne de sarkozy "house of cards, c'est un peu tendre" : [mediapart.fr]
Crusing
(12h17) Crusing (oups stun pdf)
Crusing
(12h16) Crusing choo.t > haha adblock me ferme la page direct :D
Crusing
(12h04) Crusing kmplt242 > J'iomagine qu'on peut avoir une dérogation pour le jazz, mais c'ets limite [bestbassgear.com]
kmplt242
(11h39) kmplt242 Ce qui choque le plus c'est qu'il n'y a pas" écouter de la musique", mais "écouter de la musique classique". Toujours cette hierarchisation dans les genres de musique.
Toutoune
(11h38) Toutoune Merci. J'ai ri.
kmplt242
(11h34) kmplt242 Toutoune > (11h30) Ben tu cultive des tomates.
Toutoune
(11h30) Toutoune Mais en quoi faire du jardinage c'est de la culture ?!
choo.t
(11h20) choo.t thedan > "Question :Pour chacune des activités suivantes,dites-moi si, pour vous personnellement, elle fait partie de la culture ?"
thedan
(11h12) thedan choo.t > aprés ça dépends comment sont posés les questions... Mais ça m'étonne assez peu quand on y réfléchit
choo.t
(10h59) choo.t [culturecommunication.gouv.fr]
choo.t
(10h58) choo.t thedan > c'est flippant leur sondage, c'est des rétrogrades de qualité qu'ils ont chopé. La BD moins culturelle que la mode. Collectionner des timbres, plus culturel que le graffiti, le jardinage, plus culturel que le rap.
thedan
(10h52) thedan le jeu vidéo et la culture : [lemonde.fr] !!!
zouz
(10h21) zouz Avant on envoyait des chiens ou des singes dans l'espace pour voir si ça passait, maintenant on envoie des milliardaires. En fait elle pas si pourrie notre époque.
MrPapillon
(08h59) MrPapillon Oui, et il y a beaucoup plus de choses intéressantes à faire là-bas.
_Kame_
(08h34) _Kame_ Y'a juste une petite différence. C'est sur Terre.
MrPapillon
(07h00) MrPapillon L'Antarctique est hostile et pourtant on fait de plus en plus d'activités là-bas, et le tourisme augmente (malgré les interdictions/restrictions).
_Kame_
(00h35) _Kame_ C'est cool pour le côté défi, mais on parle de planètes et satellites un tout petit peu hostile à l'humain. Je serai plus content quand on annoncera qu'on a inventé un nouveau mode de propulsion.
MrPapillon
(00h26) MrPapillon Et ça fera une excuse de plus à Yotleotl de dire qu'ils sont financés par des fonds publics américains.
MrPapillon
(00h26) MrPapillon C'est aussi bon pour les scientifiques, surtout que ça coûtera pas cher relativement.
MrPapillon
(00h26) MrPapillon Kame> Elon Musk souhaite établir une autoroute vers Mars. Donc tout client est le bienvenu. Minage ou pas. Scientifiques ou pas. Il faut pas oublier, c'est que leur fusée peut aller aussi sur Europa ou plein d'autres destinations.
MrPapillon
(00h24) MrPapillon Et le minage d'astéroïdes, c'est Larry Page à titre personnel, pas Google.